Lavezzi
Ezequiel Lavezzi a manqué l'occasion de donner l'avantage à son équipe en perdant son face à face contre Agassa. | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Reims humilie Paris

Publié le , modifié le

Réduits à 10 à l'heure de jeu, Reims a finalement trouvé les ressources pour marquer et s'imposer (1-0) face à une équipe Parisienne peu inspirée à l'occasion de la 27e journée de Ligue 1. Le club de la capitale pourrait voir Lyon revenir à hauteur en cas de victoire à Brest.

Paris est une énigme. Séduisant avec une équipe remaniée face à Marseille mercredi dernier, les hommes de Carlo Ancelotti ont été surclassés par une équipe de Reims réduite à 10 à l'heure de jeu. Comme face à Sochaux il y a deux semaines, les Parisiens sont tombés sur des Rémois entreprenants qui n'auront pas volé leur exploit. 

"On n'était pas parti pour faire un coup, on était parti pour poser des problèmes à cette équipe parisienne, a expliqué l'entraîneur Rémois Hubert Fournier à l'issue de la rencontre. Il a fallu faire preuve de courage, de solidarité. Ces trois points nous font le  plus grand bien. On va s'appuyer (sur cette victoire). Cela prouve à l'ensemble  de l'équipe qu'on est capable de battre n'importe qui.

Dès les premières minutes du match, il était clair que l'après-midi parisien ne serait pas de tout repos sur la pelouse difficile du stade Auguste-Delaune. Empruntés, battus dans l'agressivité, les Parisiens peinent à poser le pied sur le ballon. Après 25 minutes, Reims comptabilise 63% de possession de balle. Habitué à aspirer son adversaire exploiter au mieux la vivacité de ses attaquants, Paris n'est pratiquement jamais parvenu à faire la différence en première mi temps, à l'exception de ce raté incroyable de Lavezzi, maladroit lors de son face à face avec Agassa (35e).

Reims héroïque

Probablement secoués par Carlo Ancelotti à la pause, les Parisiens reviennent des vestiaires avec d'autres intentions. Un changement d'attitude qui aurait d'ailleurs se traduire au tableau d'affichage si l'arbitre n'avait pas annulé le but d'Ibra pour un hors-jeu inexsitant (49e). Alors le match semble basculer en sa faveur à la 59ème et le carton rouge reçu par Glombard, averti deux fois à 10 minutes d'intervalle, Paris va finalement voir son adversaire ouvrir le score en infériorité numérique. Sur corner, oublié par la défense, Krychowiak crucifie Sirigu à bout portant.

Paris n'y est clairement pas et les entrées successives de Beckham et Ménez n'y changeront rien. Les hommes de Carlo Ancelotti n'arrivent pas à se mettre dans le bon sens et ne se créent pratiquement aucune occasion. Les offensives sont brouillonnes, les passes imprécises. Comme souvent, le PSG pêche par suffisance. Reims, auteur d'une prestation collective énorme, va contre toute attente réussir à conserver ce résultat jusqu'au bout. Sans même trembler. 

Alors qu'un rendez-vous crucial se profile mercredi prochain, avec le 1/8e de finale retour de Ligue des Champions face à Valence, Paris cherche toujours une constance et serait bien inspiré de changer d'attitude s'il veut s'octroyer un titre de champion de France qui lui tend les bras. Cette saison, c'est dos au mur que le PSG est le plus performant. La réception de Nancy le week-end prochain lui donnera l'occasion de le prouver. 

 

Victor Patenôtre