AS Monaco Raggi Reims
Les Rémois ont puni le club du Rocher sur une jolie contre-attaque. | VALERY HACHE / AFP

Reims fait preuve de cœur à Monaco

Publié le , modifié le

Eliminé par Arles-Avignon, avant-dernier de Ligue 2, mardi en Coupe de la Ligue, le Stade de Reims a eu le mérite de rien lâcher pour accrocher le nul (1-1) lors de son déplacement sur le terrain de l’AS Monaco. Les Champenois, menés après 20 minutes, sont revenus en toute fin de match sur leur seul tir cadré du match. Fort de ce résultat, Reims s'éloigne provisoirement de la zone rouge, tandis que Monaco manque l'occasion de recoller au Top 5.

Monaco, tenu en échec à domicile par une bonne équipe de Reims (1-1) vendredi en ouverture de la 12e journée, piétine encore en championnat et a mal préparé son déplacement à Lisbonne en Ligue des champions mardi. Ce nul, obtenu par une équipe champenoise qui se rassure au passage ,maintient la formation de Leonardo Jardim engluée dans le peloton, avec 18 points. Il dénote aussi de nouveau le manque de réalisme des attaquants monégasques, incapables de convertir leurs nombreuses occasions, souvent intelligemment créées. Pas de bonne augure avant la Ligue des champions...

C'est le Monégasque Martial qui allumait la première mèche sans cadrer (11e). Fofana lui répliquait avec la même adresse de la tête à la suite d'un corner (14e): Reims ne s'en laissait pas conter. Et après un tir dévié de Germain passant de peu à côté (16e), Reims payait rapidement ses prises de risques. A la suite d'une belle percée de Kondogbia, Germain centrait pour Silva, qui servait de l'autre côté le latéral gauche Elderson Echiejile, buteur (1-0, 20e). Le Nigérian montrait ainsi qu'il était certainement mieux qu'une doublure de Kurzawa à ce poste.

Monaco pas assez réaliste devant le but

Peu affectés, les Champenois poursuivaient avec leurs intentions offensives, auxquelles se mêlaient régulièrement les latéraux Signorino et Conte. Mais les plus belles opportunités demeuraient monégasques. Comme celle de Martial (29e), qui contrôlait subtilement une ouverture de Ferreira Carrasco, mais dont la frappe enchaînée était trop peu appuyée. Puis Martial encore lui, jeune prodige formé à Lyon, peu en réussite mais si fort balle au pied, qui, sur une passe en profondeur de Germain, mystifiait son vis-à-vis avant de tomber sur un excellent Placide (35e).

Dès la reprise, Monaco se créait une monumentale occasion. Après un  coup-franc de Ferreira-Carrasco, la remise dans l'axe d'Echiejile trouvait Germain. Seul au niveau du point de penalty, ce dernier ne parvenait pas à cadrer (47e). Dans la foulée, Placide repoussait une tête de Carvalho (49e). Tour à tour, Traoré entré à la place de Martial (78) et Ferreira Carrasco (79e) vendangeaient encore. A la suite de la frappe de ce dernier repoussée par Placide, Reims allait alors effectuer un modèle de contre: au terme d'une action Devaux-Charbonnier-De Preville, Benjamin Moukandjo égalisait de près (1-1, 80e), renvoyant Monaco à son manque de réalisme.

francetv sport @francetvsport