Claudio Ranieri
Claudio Ranieri | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Ranieri: l'entraîneur est un "mari cocu"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Monaco Claudio Ranieri, dont l'avenir reste flou, a ironisé jeudi avant le déplacement à Ajaccio pour la 35e journée du Championnat de France, comparant son poste à un "mari cocu, le dernier à savoir".

Lutter contre le Paris SG a-t-il été difficile?

Claudio Ranieri: "On n'a pas lutté contre eux. Ceux qui connaissent le football savent que Paris, c'est autre chose. Je suis fier de cette 2e place, qu'il faut valider (...) Ajaccio voudra faire un grand match. Ce sera difficile. Il faut garder notre mentalité: jouer concentré et gagner. Nous avons accompli beaucoup, mais rien gagné (...) Quand on me donne la possibilité de bien travailler, je travaille bien. Il est important de bien faire les choses. Il me reste un an de contrat. S'ils sont contents, je continue. S'ils ne sont pas contents, on change. Pas de problème. L'important, c'est le respect entre les deux parties. Je pense en donner et en recevoir".

L'incertitude sur votre avenir vous déçoit-elle?

C.R: "C'est la première fois que les Russes ont une équipe. Ils connaissent mal comment se règlent les choses. Quand on parle ensemble, tout va bien. J'ai lu qu'il y a des problèmes internes entre Italiens et Portugais. Ce n'est pas vrai (...) L'entraîneur, c'est comme un mari cocu. Il est le dernier à savoir (rires) (...). Si Monaco veut continuer à gagner, je dois rester. Sinon, Monaco ne gagnera plus (rires). Je ne sais pas si mon avenir est décidé. Il peut encore dépendre de beaucoup de choses. Tout est ouvert. Je suis tranquille et calme (...) Il y a des rumeurs. Ma direction dit qu'il n'y a rien. Je la crois. Je suis très fort, je n'ai pas besoin de soutien".

Cette saison a-t-elle été usante?

C.R: "Non, pourquoi? Les rumeurs? J'ai 62 ans, cela fait 30 ans que j'y réponds. Je suis habitué. A Monaco, une bonne connexion existe avec la direction. Les rumeurs ne sont pas la vérité (...) (Entraîner) c'est ma vie. Je veux continuer. Mais je n'ai pas de contact. Je ne répondrai pas à d'éventuelles offres. Monaco avant tout (...) Le plus important est de terminer 2e. Puis écouter ce que veut faire le président. Veut-il continuer à investir? Ou dire 'assez comme ça'? Veut-il lutter ou goûter à la Ligue des champions en terminant 4e de poule? Tout est à discuter".

AFP