Alain Juppé, le maire de Bordeaux, avec l'écharpe du club des Girondins
Alain Juppé, le maire de Bordeaux, avec l'écharpe du club des Girondins | AFP - NICOLAS TUCAT

Rachat des Girondins de Bordeaux : la métropole donne son feu vert

Publié le , modifié le

Le rachat des Girondins de Bordeaux a franchi une nouvelle étape avec la validation du projet par le conseil de Bordeaux-Métropole. Le projet devrait donc se concrétiser à la fin du mois.

Il n'y a plus d'obstacle à Bordeaux au passage des Girondins sous pavillon américain: le conseil de Bordeaux-Métropole présidé par Alain Juppé a donné vendredi son feu vert au rachat du club de football par le fonds d'investissement américain GACP. Cette décision, adoptée à une très large majorité - 79 voix pour, 13 contre, 12 abstentions et un absent sans procuration selon le dernier décompte officiel - valide formellement le transfert des obligations du groupe de médias M6 au nouvel actionnaire concernant les garanties liées au loyer annuel du stade Matmut Atlantique (3,7 millions d'euros pour encore 27 ans).

Une audition décisive

C'était l'ultime barrière à la vente du club, propriété depuis 19 ans de M6, qui sera effective à la fin du mois d'octobre après la clôture des comptes. Il n'y a pas eu de surprise sur l'issue de ce vote à main levée, surtout après le grand oral passé jeudi soir à huis clos par le patron américain de General American Capital Partners de (GACP), Joseph DaGrosa, venu répondre à toutes les interrogations des élus métropolitains. "L'audition a apporté des clarifications sur ce qui relève de notre compétence, c'est-à-dire ce que nous exigions pour permettre à M6 de se dégager. Nous avons le même niveau de garanties que celui que nous avions par le passé", s'est félicité le maire de Bordeaux Alain Juppé à l'issue du vote. 

Un montage financier pointé du doigt par l'opposition

"Nous prenons un risque, comme nous l'avions fait avec M6, mais c'est un risque calculé", a-t-il ajouté. En cas de vote contre, "nous aurions assisté à un déclin inéluctable des Girondins. Là, je pense que c'est une façon d'assurer sa pérennité".

Des voix se sont néanmoins élevées contre ce feu vert donné au "foot business". L'opposition communiste au maire de la ville a ainsi pointé "l'indécence du montage qui vise l'évitement fiscal", a indiqué Max Guichard. "En cas de défaillance (financière), vous obtiendrez une condamnation, c'est sûr. Mais vous aurez les pires difficultés à faire appliquer le jugement aux États-Unis", a prévenu l'élu écologiste Pierre Hurmic, avocat de profession.

Passage de témoin en octobre

Désormais, ce n'est plus qu'une question de jours pour que GACP prenne définitivement possession des Girondins et mette en place sa nouvelle équipe dirigeante. Pour voir Bordeaux passer sous pavillon américain, il faudra attendre fin octobre et la clôture des comptes, avait précisé jeudi soir Nicolas de Tavernost, le président du directoire de M6, ému de passer le témoin contre un chèque estimé à 75 millions d'euros.

"On ne referme pas une page de 20 ans comme ça. Nous laissons un club en bonne situation, européen, qui sera en excédent pour cette saison sur le plan financier", s'était félicité jeudi le dirigeant à l'issue d'un "grand oral" devant les élus. Les Girondins, deux fois champions de France et vainqueurs de quatre coupes nationales pendant ces années M6, sont toutefois derniers de leur poule en Ligue Europa. En Ligue 1, ils sont remontés à la 7e place depuis l'arrivée sur le banc du Brésilien Ricardo, qui a remplacé l'Uruguayen Gustavo Poyet, écarté fin août après avoir critiqué publiquement sa direction. 

Un Français à la tête du club 

Le patron de GACP, Joseph DaGrosa, qui s'est fait connaître en rachetant 248 enseignes Burger King avant de les revendre en 2006, est un inconnu du monde du foot mais il a exprimé "le souhait de prendre soin de ce joyau". "Nous sommes très enthousiastes à propos de l'avenir. Nous pensons que nous arrivons en L1 au bon moment et serons là pour les cinq à dix prochaines années", a-t-il déclaré à l'AFP.

Il a indiqué que son futur club serait présidé par "un Français ayant une excellente expérience du monde du football français et étranger. Nous avons une courte liste de trois noms" dont l'heureux élu devrait être connu d'ici quelques jours. 

AFP