Rachat de Lille : le protocole d'accord signé

Rachat de Lille : le protocole d'accord signé

Publié le , modifié le

Le protocole d'accord entre Michel Seydoux et Gérard Lopez pour le rachat du LOSC a été signé jeudi. La vente devrait être conclue avant le 20 janvier selon un communiqué du club. Gérard Lopez, homme d'affaire hispano-luxembourgeois, avait déjà tenté de mettre un pied en Ligue 1 en formulant une offre pour l'Olympique de Marseille. Son dossier avait été écarté au profit de celui de Franck McCourt.

La vente du Losc se précise de plus en plus: Gérard Lopez, l'homme d'affaires qui avait échoué dans sa tentative de racheter l'OM, a signé vendredi un accord avec le club de Ligue 1 qui devrait en faire, sauf catastrophe, le nouveau propriétaire d'ici le 20 janvier. L'actuel propriétaire "Michel Seydoux et Gérard Lopez ont en effet signé jeudi 22 décembre le protocole d'accord en vue du rachat du club", "une nouvelle étape importante" dans le processus amorcé en octobre avec le début des négociations exclusives entre les deux parties, ont expliqué les deux hommes dans un communiqué publié sur le site du club nordiste. L'opération doit encore franchir le "closing", c'est-à-dire sa réalisation effective après une série de contrôles, qui "devrait intervenir avant le 20 janvier". 

Michel Seydoux, à la tête du Losc depuis 2002, et Gérard Lopez avaient créé la surprise le 16 octobre en annonçant être entrés "en négociations exclusives" pour un transfert de propriété. Un mois plus tard, l'Hispano-luxembourgeois adressait "une offre ferme" de rachat au président lillois, qui avait exprimé sa volonté de passer la main.  "Depuis plusieurs années, je ne cherchais pas un acheteur mais un successeur. Il était indispensable que cette personne ait la vision, la capacité et un projet permettant au Losc de continuer à gagner des titres", avait déclaré M. Seydoux lors de l'annonce des discussion. A en croire Michel Seydoux, Gérard Lopez "a le profil idéal pour (lui) succéder".

Lille, pas "un plan B"

Cet été encore pourtant, Gérard Lopez ambitionnait de prendre le contrôle de l'Olympique de Marseille mais avait été écarté fin août du processus par la propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus, au profit de l'Américain Frank McCourt. Néanmoins, le Losc "n'est absolument pas un plan B", selon son entourage. L'homme d'affaires a fait fortune dans les nouvelles technologies. Mais c'est aussi sous sa direction que l'écurie de Formule 1 Lotus a fait faillite, avant d'être reprise pour un euro symbolique par Renault. Le montage financier pour l'acquisition du Losc est resté jusqu'ici opaque.

Le Losc possède un centre de formation, le domaine de Luchin, estimé à une dizaine de millions d'euros. En revanche, le club n'est pas propriétaire de son stade Pierre Mauroy, inauguré en 2012 et d'une capacité de 50.000 places. Selon l'entourage de l'acquéreur, le Catalan Marc Ingla, ex-directeur marketing du FC Barcelone (2003-2007) et ami de longue date de M. Lopez, pourrait endosser un "rôle majeur" dans le projet. De même que Luis Campos, pressenti pour devenir directeur sportif. Champion de France en 2011, Lille traverse une passe difficile cette saison, seulement 12e après la phase aller, bien en deça de ses ambitions.

AFP