Corentin Jean
Corentin Jean, l'attaquant de Troyes | AFP - FRANCOIS NASCIMBENI

Rabiot, Jean, Bahoken, la jeunesse fringuante

Publié le , modifié le

En dehors d'un Zlatan Ibrahimovic, une nouvelle fois sauveur d'un PSG poussif face à Nancy (2-1), d'un "Olympico" pour une fois stérile qui fait les affaires des Parisiens, la 28e journée a vu les jeunes pousses de la Ligue 1 s'illustrer. Ils s'appellent Jean, Rabiot ou Bahoken, jouent à Troyes, Toulouse et Nice et ont inscrit leurs premiers buts en championnat ce week-end.

Rabiot, au TFC pour exister

La frappe est soudaine. Pure. De plus de 25 mètres, Adrien Rabiot trouve les filets de Thébaux. Un premier but en Ligue 1 somptueux qui est venu rappeler à tous les observateurs, le talent d'un joueur encore adolescent prêté par Paris durant l'hiver. Du PSG au TFC, les acronymes changent, mais la promesse perdure. Déjà remarqué lors de ses rares sorties avec le club de la capitale, le milieu de terrain trépignait en attendant qu'on lui donne sa chance. Mais derrière les Matuidi, Verratti, Motta, Bodmer, Chantôme ou encore Sissoko, les minutes grappillées étaient rares. L'arrivée de Beckham a achevé de le convaincre. Cantonné au banc quand il n'était pas en tribunes, il a préféré tenter l'aventure sur les rives de la Garonne. Bien lui en a pris puisqu'Alain Casanova l'a déjà titularisé à deux reprises à l'extérieur. Face à Rennes et Brest, à croire que le joueur, qui a fait un passage dans le centre de formation de Manchester City, a une prédisposition contre les Bretons.

"On connaît son talent, et il faut occulter le fait qu'il n'ait pas encore 18 ans (il les aura en avril, ndlr). Il amène un registre différent de Moussa Sissoko, mais il apporte de la qualité technique, une maîtrise individuelle, une capacité à se projeter vers l'avant, et une qualité de dernière passe, voire de finition. Il inscrit un but fantastique, mais il a aussi fait un match remarquable, avec très peu de déchet", a commenté après le match l'entraîneur toulousain. Passé pro au PSG cet été, il y retournera à la fin de la saison, les dirigeants parisiens n'ignorant pas le potentiel du gaucher. Durant les mois qui restent, les Toulousains vont pouvoir en profiter après en avoir eu un aperçu étincelant ce week-end.

Jean, le talent se lève à l'Aube

Corentin Jean, 17 ans, a déjà tout connu en Ligue 1. La joie des buts et la douleur de l'expulsion. Et pas dans cet ordre. Depuis samedi soir, il est le plus jeune joueur des 5 grands championnats à avoir inscrit un doublé cette saison. L'attaquant de Troyes aura du attendre sa douzième apparition en Ligue 1 pour débloquer son compteur. Une attente étonnante près de quatre mois après sa première apparition avec l'ESTAC. C'était le 29 novembre dernier, en quarts de finale de coupe de la Ligue et une défaite contre Rennes où il n'avait mis que 22 minutes à faire trembler les filets. Trois jours plus tard, il débutait en Ligue 1, toujours face aux Rennais. Une première apparition en Ligue 1 qu'il avait également "fêté" d'une drôle de façon, en se faisant expulser.

Deux cartons jaunes reçus en 11 minutes. Pas de quoi le "griller" auprès de son entraîneur Jean-Marc Furlan qui l'a complimenté après son doublé. "S'il est titulaire, c'est que je le considère meilleur que tous nos attaquants. Il lui fallait marquer pour gagner de la confiance". Corentin Jean peut donc remercier son entraîneur de l'avoir titularisé pour la 7e fois cette saison, mais aussi Kossi Agassa, le malheureux gardien de Reims, coupable de deux "boulettes" sur les deux réalisations de l'attaquant. Un coup de pouce qui lui a permis de pétiller dans le derby de Champagne. 2013, année des premières donc avant une autre échéance durant le mois de juin, le baccalauréat.

Stéphane Bahoken, le patient opportuniste

Pentecôte, Pied et Cvitanich blessés, Eyserric suspendu. Au moment de composer sa ligne d'attaque, Claude Puel déplorait un certain nombre d'absences. Il a donc pioché parmi les jeunes. Après avoir lancé Neal Maupay, 16 ans et déjà 3 buts cette saison, ou Alexy Bosetti (19 ans), c'était au tour de Stéphane Bahoken. Pour sa cinquième apparition en Ligue 1, la première en tant que titulaire, l'attaquant de 20 ans a inscrit un doublé contre Montpellier et a fait oublier des débuts "assez quelconques", selon son entraîneur. "Depuis quelque temps, il se montrait performant à l'entraînement", a assuré Puel qui l'a donc récompensé. Bien lui en a pris puisque les Aiglons se sont relancés après leur sévère défaite à Saint-Etienne (4-0) la semaine dernière. Inscrire les seuls buts de la victoire contre le champion sortant, une vraie surprise pour l'attaquant qui ne pensait pas que "ça allait se passer ainsi".

Il a profité des blessures et des suspensions pour se faire une place qu'il a longtemps attendue, entre une fracture au péroné, une suspension et un prêt avorté au Havre. "J'ai été blessé à l'entraînement en octobre. Je suis revenu en CFA où je prends un carton rouge et j'ai été suspendu trois matches. Cinq mois sans jouer...", déplorait-il après la rencontre. Plein d'opportunisme, il a fait parler ses qualités vantées par Claude Puel. "Il possède des caractéristiques intéressantes. Sa puissance et sa vitesse. Il a un bon plat du pied et une gestuelle d'avant-centre". Envieux de la situation de ces camarades du centre de formation Maupay et Bosetti, il a enfin saisi sa chance. A priori, il ne devrait pas attendre cinq mois avant de porter, à nouveau, le maillot niçois.