Claude Puel
L'entraîneur de l'OGC Nice, Claude Puel | AFP - VALERY HACHE

Puel: "Paris sera une tout autre histoire"

Publié le , modifié le

Conforté par le 3-0 réalisé le 14 avril contre Sochaux, l'entraîneur niçois Claude Puel prévient tout de même, à quelques jours de la confrontation, dimanche, avec le PSG: "Paris sera une tout autre histoire".

La prestation de Nice devant Sochaux est-elle une excellente préparation face au PSG ?
Claude Puel
: "Chaque match a son histoire. Mais le Nice-Sochaux est le genre qu'on  souhaiterait vivre plus souvent. Complet, très satisfaisant offensivement et  défensivement. J'ai apprécié l'écoute des joueurs qui ont corrigé les points  faibles vus à Toulouse. Il était important de s'appuyer sur cette rencontre,  certainement très attractive pour les spectateurs, moins pour les techniciens,  et de rectifier certaines choses pour passer des paliers... Les joueurs ont su  le faire. Maintenant, Paris sera une tout autre histoire. Déjà notre équipe  connaîtra des évolutions automatiques dans le secteur offensif du fait des  suspensions (Bauthéac, Bosetti, Eysseric) et des blessures (rupture des croisés  antérieurs du genou droit pour Maupay). Il faudra trouver des solutions d'ici  la fin de semaine. D'autres garçons postulent."

L'élimination du PSG de la Ligue des Champions et de la Coupe de France,  peut-elle influer sur la confrontation de dimanche ?
C P : "Pour l'épreuve européenne, je sais par expérience que le plus dur à  gérer est le retour immédiat au championnat. Il y a toujours une petite  dépression. Paris l'a bien géré à Troyes sans y faire un gros match. Notre  équipe ne joue pas en fonction de ses adversaires. Elle essaie de développer  son jeu, d'être performante et ambitieuse en toutes circonstances. On connaît  les forces du PSG qui s'est forgé dans les challenges européens. C'est le  résultat du travail d'Ancelotti. Le rendez-vous est forcément particulier mais  il n'y a que 3 points en jeu."

Visez-vous désormais l'Europe?
C P : "Nous avons dit que nous ferions le point à cinq étapes de la fin. Or,  il en reste six (sourire). Aujourd'hui, nous pensons surtout à prendre des  points, à batailler à chaque match. Que dire d'autre de sérieux?  De Bordeaux à  l'OM, tous regardent plus haut. Jouons notre jeu, et nous verrons où cela nous  mène. Je n'aime pas les effets d'annonce. Laissez-nous vivre une belle fin de  saison."