Puel: "Mon cas n'est pas important"

Publié le , modifié le

Lyon a signé, à Nancy samedi, sa seconde victoire de la semaine, sur la lancée de son match face à Tel Aviv en Ligue des champions. De quoi laisser souffler un peu un Claude Puel sous pression. Mais l'entraîneur de l'OL sait qu'il lui reste du travail à accomplir pour être enfin tranquille. Ce qui lui importe avant tout, que ses joueurs ne soient pas gênés par le climat.

Que retenez-vous de cette rencontre?
"On prend les trois points, la victoire. Ca fait du bien. Le scénario est particulier. On savait à quoi s'attendre face à cette équipe, elle a un jeu très direct. On a réussi à mettre le ballon à terre, à faire de belles choses. Après, on prend des coups de pied arrêtés sur lesquels on a été un peu défaillants. On est toujours sous pression. Le but de Jimmy a pu complètement nous libérer même si jusqu'au bout ils ont été dangereux. Il n'y a pas eu de fébrilité à 2-0 mais des fautes de marquage qui permettent à Nancy de revenir alors qu'on maîtrise la situation. Quand on a pu jouer, on a bien joué. Mais c'est difficile face à Nancy. Dès qu'on a pu mettre un peu de mouvement, on a vu des choses très intéressantes."

Briand et Lisandro marquent. Est-ce un soulagement pour vous?
"Jimmy a doublé la mise. Il a fait un bon match, certainement son meilleur tant sur l'aspect offensif, car il est passeur et buteur, que sur l'aspect défensif. Il a tenu son couloir et il a eu un gros volume de jeu. Lisandro conclut un super mouvement. Il avait eu une situation similaire mais il l'avait loupée. Ce but, c'est bien pour le mettre en confiance."

Vous étiez opposé au synthétique après Lorient, l'êtes-vous toujours après ce match?
"Pour moi, cela (le terrain synthétique) devrait être proscrit. On a tâté les deux terrains avec Lorient et Nancy. J'espère que d'autres clubs ne prendront pas la suite parce qu'au niveau des appuis, ce n'est pas le même football."

Le président Jean-Michel Aulas veut tirer un bilan après dix journées. Comme vivez-vous cette menace?
"Mon cas n'est pas important. Ce qui m'embêterait, c'est que les joueurs soient gênés ou manquent de sérénité par rapport à cette situation. Après, ce que je peux ressentir ou ma personne ne sont pas importants. Après cette victoire, moi je suis content pour les joueurs. Ils ont été récompensés. Ils ne lâchent pas et se donnent les moyens de gagner."

AFP