Puel et l'OL divorcent officiellement

Publié le , modifié le

Claude Puel n'est plus officiellement l'entraîneur général de l'Olympique lyonnais. "L'Olympique lyonnais informe du départ de Claude Puel qui n'est plus l'entraîneur général du club à compter de ce jour (lundi)", explique un communiqué laconique mis en ligne sur le site internet de l'OL. Puel, 49 ans, était arrivé à l'OL en 2008 en signant un contrat de quatre ans. Il part de l'OL après sa 3e saison.

Rémi Garde, ancien joueur et capitaine de l'OL comme milieu ou défenseur (1984-1993), devait être désigné dans les prochaines heures pour lui succéder. Garde, 45 ans et six sélections en équipe de France, a également joué à Strasbourg (1993-1996) et Arsenal (1996-1999) et est revenu à Lyon comme cadre technique en 2003. Il y a un an, il avait été nommé directeur du centre de formation du club. Mercredi dernier, les deux parties n'avaient pas trouvé de terrain d'entente à l'issue de l'audience de conciliation organisée à la Ligue de football professionnel (LFP). "Nous avons entériné la décision de divorce" entre les deux parties, avait alors précisé André Soulier, président de la commission juridique de la LFP, expliquant que cela ouvrait la voie à une procédure de licenciement. 

Pas un titre...

"L'OL va pouvoir envoyer une lettre de licenciement à M. Puel et ainsi lui rendre sa liberté pour qu'il trouve un autre employeur", a-t-il précisé. Il restera ensuite aux deux parties à s'entendre sur la compensation financière liée à ce licenciement, ce qui peut se faire à l'amiable ou devant les prud'hommes. Cette indemnité devrait se monter à 4 millions d'euros environ entre les salaires restant dus sur la dernière année de contrat non effectuée et les primes que Puel aurait pu percevoir. Sous la direction de Claude Puel, l'OL s'est classé 3e en 2009, 2e en 2010 en se qualifiant pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la première fois de son histoire, et 3e en 2011. Durant son mandat, Lyon a également été éliminé à deux reprises en 8e de finale de la C1. Toutefois, si le standing européen de l'Olympique lyonnais a été maintenu, le public de Gerland manifestait régulièrement sa désapprobation à l'égard du jeu pratiqué et de l'absence de titres. Une partie des supporteurs s'était montrée particulièrement virulente à plusieurs reprises, notamment en septembre en déployant des banderoles à travers l'agglomération lyonnaise et lors du dernier match de la saison à domicile contre Caen (0-0).