Laurent Blanc PSG
L'entraîneur du PSG Laurent Blanc | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

PSG: Semaine cruciale pour Laurent Blanc

Publié le , modifié le

Les prochains jours seront décisifs pour l'avenir de Laurent Blanc au PSG, avec un quart de finale de Coupe de la Ligue face à Saint-Etienne mardi, puis un match de L1 face à Evian, dimanche. Après déjà quelques remous les dernières semaines, la cinglante défaite essuyée face à Bastia (4-2) risque de peser un peu plus dans les vestiaires parisiens, et comme souvent, le coach pourrait payer la note.

Entraîneur du Paris Saint-Germain n'a jamais été une simple formalité, et Laurent Blanc le savait en acceptant cette fonction. Après un an et demi plutôt convaincants au PSG, l'homme de 49 ans se trouve aujourd'hui en difficulté.

La sempiternelle crise de début de saison est arrivée plus tard, mais elle est bien là. Et ce sont les résultats qui sont d'abord en question. Depuis la défaite face au Barça au Camp Nou (3-1) le 10 décembre, les Parisiens ont perdu le fil. De nouveau battu quatre jours plus tard par la plus modeste équipe de Guingamp (1-0), le club de la capitale accuse le coup.

"Trop de choses inexplicables"

Peu appliqué comme le rappelle si souvent Blanc, et surtout moins efficace, ce PSG là risque de passer à côté de sa saison. Après avoir subi la longue absence d'Ibrahimovic, Blanc doit par ailleurs composer avec la méforme de sa charnière centrale Thiago Silva / David Luiz. La défaite face à Bastia (4-2) et son scénario, ne sont pas faits pour rassurer l'ancien sélectionneur des Bleus qui ne maîtrise pas tous les paramètres. "C'est nous qui avons réveillé les Bastiais", a-t-il pesté, évoquant "trop de choses inexplicables".

Inexplicable, l'est aussi l'implication de certains joueurs tels que Lavezzi ou Cavani. Leur comportement en dehors des terrains devient de plus en plus problématique, comme en témoigne leur retour tardif après les fêtes de fin d'année. Si les sanctions à leur égard ont redonné une certaine autorité à Blanc, il reste à savoir si son discours est encore écouté par les joueurs.

Alors que se profile un match déterminant face à Chelsea en huitièmes de finale de la Ligue des Champions (le 17 février au Parc des Princes), les dirigeants parisiens se trouvent eux-mêmes dans une position délicate. Un remplacement de Blanc à un mois d'un tel rendez-vous causerait peut-être plus de tort à cette équipe, et il n'est pas dit qu'un remplaçant du calibre d'un Carlo Ancelotti soit disponible sur le marché. Mais un nouveau faux pas face à Saint-Etienne ou Evian affaiblirait énormément Laurent Blanc.

Romain Bonte