PSG - OM : Neymar accuse Alvaro de racisme, le flou persiste

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Alvaro-Neymar

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dimanche soir lors du Classico tendu entre le PSG et l’OM, Neymar a été expulsé après avoir frappé Alvaro derrière la tête. La raison de ce geste : des insultes racistes qu’aurait prononcé le défenseur espagnol de l’OM à l’encontre du Brésilien. Pour l’heure, aucune image n’est venue les confirmer, mais Neymar a donné des précisions dans la nuit.

"Fils de p... de singe". Voici les insultes dont Neymar aurait été victime de la part d’Alvaro, défenseur de l’OM, lors du Classico dimanche soir au Parc des Princes. C’est en tout cas la version de la star brésilienne du PSG qui a donné des précisions dans la nuit sur son compte Twitter, après s’être plaint à plusieurs reprises sur le terrain. D’abord à la demie heure de jeu, lorsque Neymar a répété "racismo, no !" aux arbitres en pointant du doigt Alvaro. Puis après son expulsion en fin de match, le numéro 10 parisien insistait auprès du quatrième arbitre en quittant le terrain : “Regardez le raciste! C’est pour ça que je l’ai frappé!”.

Parole contre parole

Graves, ces accusations sont pour le moment en suspens, puisque aucun témoignage ni aucune image ne sont venus les confirmer. "Il m'a dit qu'il y avait eu une insulte raciste. Mais je n'ai pas entendu sur le terrain", a témoigné Thomas Tuchel, l’entraîneur allemand du PSG, avant de poursuivre : "Le racisme, dans toute la société, ne peut pas exister, c'est clair. Mais honnêtement je n'ai pas entendu une telle chose aujourd'hui. L'arbitre non plus". Interrogé par Téléfoot, le directeur sportif du PSG, Leonardo, attend les images : “Il y a les images de la télévision, les choses seront jugées”. "Le Paris Saint-Germain soutient fermement Neymar qui lui a rapporté avoir été victime d'insultes racistes par un joueur adverse", a précisé le club de la capitale dans un communiqué publié lundi en fin de journée.

Côté marseillais, Andre Villas-Boas était aussi dans l’expectative après le match : “Neymar était un peu énervé, j’espère qu’on n’a rien à voir. J’espère que ça ne va pas mettre du noir sur notre victoire. Il n’y pas de place pour le racisme dans le foot. Je ne pense pas que ce soit le cas. (…) J’espère que ce n’était pas le cas”. L’avantage de jouer dans un stade quasiment vide, c’est que si insultes racistes il y a bien eu, les nombreuses caméras et micros déployés pour un PSG-OM devraient permettre (ou non) de donner raison à Neymar. Pour l’heure, rien ne permet d’inculper Alvaro, ni de l’innocenter. 

En attendant, les deux joueurs ont confronté leur version dans une passe d’armes sur Twitter jusque tard dans la nuit. “Mon seul regret c’est de ne pas avoir frappé ce c... au visage”, a d’abord lancé Neymar, une fois rentré aux vestiaires, avant de développer : “C’est facile pour le VAR de montrer quand “j’agresse”. Maintenant j’aimerais aussi qu’on montre l’image du raciste qui m’a traité de "Fils de p... de singe". Ça, j’aimerais bien le voir! Si je fais une Carretilha (un type de dribble jugé humiliant par ses détracteurs, ndlr), vous me punissez. Pour une tape sur le crâne, je suis expulsé. Et eux? Et alors?”.

Via une photo, entouré de plusieurs de ses coéquipiers, le défenseur espagnol de l’OM s’est défendu de tout racisme : "Il n’y a aucune place pour le racisme. Une carrière propre avec beaucoup de coéquipiers et d’amis au quotidien. Parfois il faut apprendre à perdre et l’assumer sur le terrain. Incroyables trois points". Ce à quoi Neymar a répliqué directement : “Tu n’es pas homme à assumer ton erreur, perdre fait partie du sport. Mais insulter et ramener le racisme dans nos vies non, je ne suis pas d’accord. JE NE TE RESPECTE PAS! TU N’AS PAS DE CARACTÈRE! Assume ce que tu dis mon vieux... sois UN HOMME, MEC ! RACISTE”.

Alors que pour le moment Téléfoot a admis ne pas avoir des images de l'incident, Alvaro risquerait gros dans le cas où ces propos étaient confirmés. D’un point de vue réglementaire déjà, le barème établi par le règlement de la FFF prévoit jusqu’à dix matches de suspension pour tout "propos, geste et/ou attitude visant une personne en raison notamment de son idéologie, sa race, son appartenance ethnique, sa confession, sa nationalité, son apparence, son orientation sexuelle, son sexe ou son handicap". "Le PSG compte sur la commission de discipline de la LFP pour enquêter et faire la lumière sur ces faits", précise le club de la capitale dans son communiqué publié lundi.

Mais la plus grosse punition pourrait venir des supporters de l’OM eux-mêmes. En effet : dès l’euphorie de la victoire passée, nombreux sont les supporters marseillais à avoir réagi. Si certains tentent de défendre l’inacceptable, la majorité est plutôt claire : si Alvaro a eu des propos racistes envers Neymar, il lui sera compliqué de reporter le maillot de l’OM un jour. Car à Marseille, la lutte contre le racisme anime les tribunes depuis des décennies. A chaque match ou presque, les tribunes du Vélodrome affichent des messages anti-racistes. Impossible donc pour les supporters marseillais de passer au-dessus de telles insultes si elles étaient confirmées. Diffuseur de la rencontre et propriétaire des droits, la chaîne Téléfoot va devoir vite lever le voile. Plus encore que pendant le match, tout le monde a les yeux tournés vers elle.