Laurent Blanc
L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc. | Photo Ben Queenborough / BPI / DPPI

PSG: Laurent Blanc dénonce le calendrier

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Paris SG Laurent Blanc a déploré samedi le "manque de bon sens" dans la confection du calendrier après le refus de la Fédération française de football de reporter la demi-finale de la Coupe de France contre Saint-Etienne, maintenue au 8 avril.

Interrogé sur la décision de la FFF de reuser le report de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le technicien parisien a surtout stigmatisé la programmation de la finale de la Coupe de la Ligue, prévue le 11 avril contre Bastia, soit juste avant les quarts de finale aller de la Ligue  des champions les 14 ou 15 avril. "Il manque du bon sens, il y a cinq ans on s'est retrouvé exactement dans la même situation avec Bordeaux. On a eu une finale de Coupe de la Ligue programmée juste avant un quart de finale de Ligue des champions", a critiqué Blanc en conférence de presse au Camps des Loges.

"Il y a des choses à revoir dans la programmation ou alors on admet qu'il est fort impossible d'avoir des représentants français en Ligue des champions. Il faudrait du bon sens dans la programmation des finales. On connaît les dates de l'UEFA avant le début de la saison", a ajouté Blanc. "Je trouve illogique que des équipes qualifiées en coupe d'Europe soient  défavorisées. A la sortie, vous vous retrouvez pénalisés par le calendrier. Un peu d'anticipation ferait du bien et ça permettrait de mieux gérer des situations", a-t-il poursuivi.

La colère de Nasser Al-Khelaifi

Le PSG avait réclamé un report de sa demi-finale de Coupe de France après sa qualification pour les quarts de finale de la C1, en raison d'un calendrier surchargé. Mais la FFF a refusé cette demande vendredi, estimant qu'"aucune  date n'est disponible avant le mardi 19 mai, soit 11 jours avant la finale de la Coupe de France". "Il est impossible de renvoyer le déroulement de la demi-finale de la Coupe de France à une date aussi proche de la finale prévue le samedi 30 mai", a argué la Fédération, précisant que "l'engouement autour de la finale de la  Coupe de France impose une préparation en relation avec les pouvoirs publics de  plusieurs semaines" pour la vente des billets, l'acheminement des supporteurs  et la logistique.

Le président du PSG Nasser Al-Khelaifi s'est dit "profondément déçu de la  rapidité" de la décision de la FFF et "surpris du refus de dialogue avec la  direction du club".

AFP