PSG: la faillite des cadres

PSG: la faillite des cadres

Publié le , modifié le

Pour la deuxième fois de l'année 2017, le PSG s'est incliné. Après le match décisif en 8e de finale de la Ligue des Champions retour à Barcelone (6-1), les Parisiens sont cette fois tombés à Nice (3-1), avec deux expulsés (Thiago Motta et Di Maria). Un revers synonyme pratiquement de perte du titre de champion de France. A Paris, les cadres sont en cause. A tous les niveaux.

Les joueurs, premiers responsables

Cette défaite à l'Allianz Riviera est symbolique des maux du PSG cette saison. Lors des moments cruciaux, les joueurs expérimentés n'ont pas tenu la baraque. Contre Monaco et Nice, les deux rivaux, Paris n'a pris que deux points sur les 12 possibles. A Nice, Thiago Motta et Angel Di Maria, à l'expérience incroyable, ont fini avant les autres, expulsés. Dans le jeu, Verratti, Motta, Matuidi, Cavani ou Di Maria n'ont pas été à la hauteur, montrant une extrême nervosité qui n'a certainement pas aidé le collectif à s'épanouir. Comme ils l'avaient été également au Camp Nou, comme toute l'équipe. Les grands joueurs se révèlent dans les moments importants. Le PSG n'a pas trouvé ses cadres cette saison. Pourquoi ?

L'entraîneur, premier coupable

C'est toujours le fusible: l'entraîneur. Unai Emery est arrivé à Paris pour faire passer un cap au club. Résultat: le PSG a été éliminé avant les quarts de finale de la Ligue des Champions, avec la pire humiliation de l'histoire de la compétition à Barcelone, et Paris ne devrait pas conquérir un 5e titre consécutif de champion de France. Dans le jeu, le rouleau-compresseur parisien des saisons précédentes n'a jamais donné cette impression de force. Sa gestion des joueurs (Ben Arfa, Trapp, Areola, Maxwell, Pastore, Matuidi, Motta, Krychowiak, Aurier) a beaucoup interrogé tout au long de la saison. Si Edinson Cavani a brillé comme jamais, marquant buts sur buts, le jeu collectif n'a jamais atteint des sommets. Après avoir limogé un entraîneur qui venait de réaliser le triplé, Nasser Al-Khelaifi peut-il maintenir un homme qui aura peut-être fini sur un doublé ? 

Les dirigeants, premiers critiquables

Ben Arfa, Krychowiack, Lo Celso, Guedes. Le PSG s'est activé sur le marché des transferts, à l'été comme en hiver, et hormis Meunier et Draxler, aucun joueur ne s'est imposé. Comment dépenser des millions pour laisser des joueurs sur le banc, voire même en tribunes ? Les rumeurs de départ, de prolongation de contrat qui trainent en longueur (Cavani, Matuidi), rien ne parait être fait pour amener de la sérénité. L'arrivée de Patrick Kluivert n'a pas semblé apporter de nouveau souffle à la politique du club. L'annonce par Nasser Al-Khelaifi de changements pour la saison prochaine, après la claque au Camp Nou, n'a certainement pas aidé un collectif fragile à retrouver confiance en cette fin de saison, malgré une belle série qui s'est interrompue ce dimanche soir. Et maintenant ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze