PSG: Kylian Mbappé suspendu trois matches après son expulsion à Nîmes

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Joie de Mbappé avec PSG
Le prodige parisien Kylian Mbappé. | Pascal GUYOT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après sa réaction énergique suite à un tacle d'un Nîmois le week-end dernier, l'attaquant du PSG Kylian Mbappé a été sanctionné de trois matches ferme de suspension par la commission de discipline de la Ligue de football. En stage avec l'équipe de France pour affronter l'Allemagne jeudi dans la Ligue des Nations, le jeune international sait maintenant qu'il ratera le prochain match contre Saint-Etienne, mais aussi le déplacement à Rennes et la réception de Reims. Un coup d'arrêt pour le joueur déjà auteur de 3 buts et une passe décisive.

Il risquait 5 matches de suspension. Pour avoir repoussé le Nîmois Savanier après un tacle répréhensible de celui-ci, Kylian Mbappé pouvait être écarté des terrains durant cinq matches. Mais la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a décidé de ne pas infliger la sanction la plus lourde. Avec trois matches ferme à purger, le jeune attaquant parisien a néanmoins payé cher sa réaction.

2e rouge de sa carrière, 2e en 2018

C'est seulement le 2e carton rouge de la jeune carrière de Mbappé. Pour mémoire, le 8 février 2018 le Parisien avait écopé d'une suspension de deux matches ferme pour une sale semelle sur Ismaïla Sarr en demi-finale de la Coupe de la Ligue contre Rennes le 30 janvier. Il n'a pas pu se défendre, cette fois, devant la commission car présent à Munich avec les Bleus champions du monde en titre pour affronter jeudi l'Allemagne en Ligue des nations. Il était représenté par un membre de la direction du PSG.

S'il n'a pas écopé du maximum, c'est que l'arbitre du match avait qualifié le geste du Nîmois de "faute grossière", ce qui a certainement compté dans le jugement. Et ce dernier, lors de la même commission, a écopé de cinq matches ferme de suspension, dont 1 par révocation du sursis. La commission a donc jugé plus sévèrement le premier fautif, mais n'a pas pour autant disculpé le Parisien, coupable d'une réaction que le corps arbitral ne peut laisser impunie.