L'attaquant français Kylian Mbappé
L'attaquant français Kylian Mbappé | AFP - FRANCK FIFE

PSG / Kylian Mbappé : les 3 défis de la nouvelle star

Publié le , modifié le

La saison dernière, c'était pour voir les débuts de Neymar sous le maillot parisien que tout le monde regardait du côté de Guingamp. Cette saison, c'est plutôt en espérant revoir Kylian Mbappé, frais champion du monde, que les regards convergeront en Bretagne samedi (17h00).

1. Gérer l'après Mondial

Le Roudourou de Guingamp, où Paris dispute la 2e journée de Ligue 1 samedi (17h00), n'a pas tout à fait le même lustre que le stade Loujniki de Moscou, où la France a empoché sa deuxième étoile de champion du monde en juillet. De quoi craindre une décompression de "Kyky", passé en quelques semaines des éloges de Pelé aux week-ends de L1?

Si sa jeunesse devrait lui permettre de bien récupérer physiquement de cet été éprouvant, "le quotidien va lui sembler un peu fade", avait averti dès la mi-juillet l'ancien international Alain Giresse, auprès de l'AFP. "A la reprise, il va y avoir une cassure tout à fait normale. Après, il va retrouver le quotidien et la magie du football va reprendre ses droits, mais quand vous sortez de là, sur le plan psychologique, il faut s'en remettre".

"Il revient d'une victoire en Coupe du monde, il revient donc avec beaucoup plus d'expérience", a observé vendredi le nouveau coach du PSG, Thomas Tuchel, pressé de questions sur la nouvelle star de 19 ans, qui devrait sauf surprise être du voyage en Bretagne. L'Allemand entend canaliser sa pépite: "Nous devons nous concentrer sur le fait qu'il garde cette faim de victoire, qu'il garde sa concentration et la tête sur les épaules".

2. (Re)trouver sa place dans le vestiaire

A son arrivée à Paris, il était déjà le deuxième joueur le plus cher de l'histoire (180 millions d'euros, bonus compris, contre 222 MEUR pour Neymar). Mais en gagnant le Mondial à 19 ans, Mbappé a encore pris une nouvelle dimension. "Il y a peut-être juste mon statut qui va évoluer au sein de l'équipe parce que j'ai montré des belles choses lors de ma première saison et que j'ai continué à la Coupe du monde", avait-il observé dans un entretien à France Football, fin juillet.

"quand on voit ses performances en Coupe du monde, c'est normal qu'il y ait du respect"

Interrogé sur cette déclaration, son coéquipier brésilien Marquinhos a gentiment sermonné Mbappé: "C'est le terrain qui parle, je vais lui donner une claque, il ne faut pas qu'il dise ça en interview!" Avant de reprendre, plus sérieusement, que les Parisiens sont "tous contents qu'un joueur énorme comme ça en Coupe du monde soit avec nous". Et que "quand on voit ses performances en Coupe du monde, c'est normal qu'il y ait du respect".

'Kyky', lui, a changé de numéro de maillot, du 29 au 7, avec un objectif assumé: "s'affirmer un peu plus" avec ce "numéro historique". Attention toutefois à ne pas froisser les susceptibilités du vestiaire parisien en tirant trop la couverture à soi.

3. Prétendre au Ballon d'Or

Sa progression ultra rapide lui permet sans doute de rêver devenir le plus jeune Ballon d'Or de l'histoire, en janvier et à 20 ans tout juste (il est né le 20 décembre, contre 21 ans pour le Brésilien Ronaldo et l'Anglais Michael Owen sacrés respectivement en 1997 et 2001). Toujours dans France Football, il s'était modestement classé parmi les 5 favoris pour le trophée, aux côtés de son coéquipier Neymar, de Cristiano Ronaldo, du Croate Luka Modric et du Français Raphaël Varane.

Il faudra pour cela réussir une bonne deuxième partie d'année avec le PSG. Et comme Marquinhos, Thomas Tuchel y est allé de son petit message: "Je pense qu'il y a un changement d'approche avec des joueurs comme N'Golo Kanté, Luka Modric ou Ivan Rakitic qui sont candidats pour le Ballon d'Or, alors qu'il est évident que ce sont des joueurs d'équipe". L'Allemand, interrogé sur la quête de Ballon d'Or que poursuivent à la fois Neymar et Mbappé, se fait encore plus précis: "Tu peux être une individualité de classe mondiale, mais sans ton équipe, tu ne gagnes rien".

Réussir son atterrissage, continuer à briller et ne pas trop se pousser du col, voilà l'équation à résoudre pour la fusée Mbappé.

AFP