Laurent Blanc banc de touche PSG
Laurent Blanc devant le banc de touche du PSG | VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / BELGA/AFP

PSG : Des supporteurs portent plainte

Publié le , modifié le

Onze supporteurs du Paris SG ont déposé la semaine dernière des recours en justice après l'annulation sans explication de leurs billets pour le match de Ligue des Champions du club à Leverkusen le 18 février, a appris l'AFP auprès de leurs avocats.

Les recours ont été déposés devant le juge de proximité du Tribunal d'instance du 16e arrondissement de Paris, où le PSG a son siège, a précisé à l'AFP Me Pierre Barthélémy, qui représente avec son collègue Me Cyril Dubois les 11 supporteurs concernés. Selon plusieurs sources, ce sont au total "une grosse centaine" de places pour ce 8e de finale aller de Ligue des Champions face au Bayer Leverkusen qui avaient été annulées par le club parisien. "En plus de la justification des annulations, nous demandons une indemnisation pour le préjudice moral et financier, puisque ces supporteurs avaient déjà réservé des hôtels et des billets pour le transport", a expliqué Me Barthélémy. "Le club n'a pas justifié ces annulations. Ils disent qu'il s'agissait de pré-réservations et qu'ils ne peuvent pas donner suite. Et ils remboursent simplement le prix du billet", a-t-il ajouté. "Nous considérons qu'il s'agit de pratiques commerciales arbitraires et discriminatoires."

Selon Me Dubois, l'explication donnée par le PSG "est un artifice". Pour lui, "il s'agit bien d'un e-ticket et pas d'une pré-réservation". Dans le mail initialement envoyé par le service billetterie du PSG après la  commande d'une place, que l'AFP a consulté, il n'est en effet pas question de  "pré-réservation" et il est bien spécifié: "vous avez récemment fait l'achat d'un billet pour le 8e de finale aller de Champion's League Bayer Leverkusen-PSG". 

Au moment de ces annulations, Me Dubois avait alerté la Cnil, estimant que le PSG "continue de considérer certains de ses supporteurs, qui ne sont pourtant actuellement sous le coup d'aucune interdiction administrative ou judiciaire de stade, comme étant indésirables et continue à cet effet d'utiliser hors de tout cadre légal des listings de supporteurs qu'il considère comme tel afin d'annuler leurs billets". En septembre, la Cnil avait en effet mis en demeure le club en raison de l'existence de deux listes d'exclusion de supporteurs. Après s'en être dispensé, le PSG a transmis à la commission "les dossiers de formalités  appropriées". La mise en demeure a été levée mais la commission doit encore se prononcer sur la légalité de ces listes, notamment celle qui concerne des personnes "considérées par le PSG comme ayant un comportement non conforme aux valeurs du club" et qui comporte plus de 2.000 noms. 

AFP