Ibrahimovic Silva PSG
Les deux capitaines du PSG, Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva | AFP - JACQUES DEMARTHON

PSG, chronique d’un sixième titre de champion de France annoncé

Publié le , modifié le

En étrillant l’ESTAC ce dimanche, le PSG s’est offert le sixième titre de son histoire, le quatrième d’affilée et a donné la réponse à la seule question qui existait en début de saison : quand serait-il champion ? Il l'est en mars donc. Huit mois après le début d'une Ligue 1 qui n’a pas pu résister. Retour sur la chronologie d’un titre qui ne faisait aucun doute et qui s’est dessiné sans douleurs, malgré quelques légères perturbations.

1 août 2015 : un premier trophée

La joie des Parisiens après leur victoire dans le Trophée des champions en août dernier
La joie des Parisiens après leur victoire dans le Trophée des champions en août dernier

Premier match officiel de la saison, première victoire et premier trophée. Au stade Saputo à Montréal (Canada), le PSG domine l’OL, son dauphin, sans trembler. Un succès 2-0 avec des buts de Serge Aurier et d’Edinson Cavani pour s’offrir le Trophée des Champions. L’OL, l’adversaire redoutable de la saison dernière, est terrassé. Laurent Blanc parle d’une "maîtrise quasi-totale". La saison est lancée sur de bonnes bases.

16 août 2015 : Déjà devant

On joue la deuxième journée de Ligue 1, le PSG reçoit le promu, le Gazélec d’Ajaccio, durant une période où Blaise Matuidi marche sur l’eau. Il ouvre le score d’une frappe tendue du gauche et poursuivra sur sa lancée avec le but de la victoire à Montpellier la journée suivante. Il marquera également un but exceptionnel avec l’équipe de France contre la Serbie début septembre. Mais après la victoire contre les Corses, l’essentiel est ailleurs : le PSG prend la tête du championnat avec deux succès en deux matches. Le début poussif de la saison dernière est oublié.

30 août : Di Maria, la première de l’artiste

Angel Di Maria pour ses débuts avec le PSG contre Monaco
Angel Di Maria pour ses débuts avec le PSG contre Monaco

C’est la recrue phare de l’été pour le PSG. Angel Di Maria, acheté 63 millions d’euros à Manchester United, fait ses grands débuts avec le club parisien contre Monaco. Un choc princier que Di Maria va marquer de sa patte. Gauche évidemment. Le score est de 1-0 lorsqu’il remplace Lucas Moura à la 66e minute. Il va mettre 16 minutes pour être décisif en adressant un superbe ballon en profondeur à son copain Ezequiel Lavezzi. Le PSG s’impose 3-0 (doublé de Cavani) et envoie un message à la Ligue 1. Di Maria, lui, prouve que le PSG a bien fait de le recruter.

11 septembre : Oh les boulettes

Cela été le débat de la préparation estivale du PSG, l’un des seuls nuages. Trapp ou Sirigu en numéro 1 ? Recruté pour 9 millions d’euros, Kevin Trapp a tout de suite été intronisé titulaire par Blanc. Salvatore Sirigu, l’habituel numéro 1, a dû prendre place sur le banc et l’accepter. Jusqu’à cette rencontre de la 5e journée face à Bordeaux, le débat est clos. Mais les deux grossières erreurs de l’Allemand vont le relancer. Mais Laurent Blanc coupera court en confortant son gardien. "C’est un gardien qui prend énormément de risques, je lui demande de prendre énormément de risques. Pour moi, ce n’est pas un risque de vouloir relancer, c’est dans l’esprit du jeu. Après, quand ça passe, c’est très bien joué, quand ça ne passe pas, ça fait souvent but et c’est souvent critiquable. Mais j’espère que la prochaine fois, il arrivera à réussir, ce qu’il a fait depuis un certain temps", déclare Blanc qui lui maintiendra sa confiance. Malgré d’autres erreurs (Lyon, Madrid, Bastia).


19 septembre : Ibra dans le dur

En milieu de semaine, le PSG a entamé sa campagne de C1 par une victoire contre Malmö, l’ancien club d’Ibrahimovic. Un Zlatan justement un peu dans le dur en ce début de saison. Le Suédois est handicapé par des blessures et reprend doucement le rythme. Très doucement même. Contre Reims, il rate plusieurs occasions franches et le PSG est contraint au nul (1-1). Lui-même reconnaît qu’il n’est pas bien. "J’aurais dû marquer ce soir. Quelque chose ne va pas, il va falloir changer ça!", assure-t-il dans L'Equipe. Laurent Blanc, lui, ne s'inquiète pas. "Elles sont normales les difficultés d'Ibrahimovic", estime l'entraîneur. C'est un garçon avec un gabarit pas typique et qui a besoin d'enchaîner des matches, il le dit lui-même et a raison de le dire et de le penser. Zlatan n'est pas à 100 % et quand il le sera vous le verrez, ne vous inquiétez pas", conclut Blanc. La suite va lui donner raison.

4 octobre 2015 : Ibra dépasse Pauleta

Zlatan Ibrahimovic est devenu contre l'OM le meilleur buteur de l'histoire du PSG
Zlatan Ibrahimovic est devenu contre l'OM le meilleur buteur de l'histoire du PSG

Moins d’un mois après le match contre Reims, Ibrahimovic s’est réveillé. Il a ouvert son compteur en Ligue 1 contre Guingamp puis confirmé sa montée en puissance contre Nantes (un nouveau but). Pour l’affiche historique face à l’OM au Parc, il inscrit un doublé – sur penalty – et offre la victoire aux siens. Il entre surtout dans l’histoire du club en inscrivant ses 109 et 110e buts avec le PSG et dépasse le Portugais Pedro Miguel Pauleta.

6 décembre 2015 : Les impatiences d’Adrien Rabiot

La trêve se profile, le PSG après son succès à Nice (3-0) plane sur la Ligue 1, possède 15 points d’avance sur son dauphin surprise, le promu Angers. Mais Adrien Rabiot va se charger de dynamiter le calme règnant. Dans Téléfoot, il assure qu’il a "demandé au président d’être prêté si (son) temps de jeu venait à baisser d’ici au mois de janvier". Une déclaration qui tombe mal alors que le joueur de 21 ans fait son trou au PSG – il venait de prendre part aux sept derniers matches de Ligue 1 dont six titularisations –. Et qui passe mal auprès d’un Laurent Blanc énervé. "Quand on signe un contrat de cinq ans (il avait signé un nouveau contrat en octobre 2014, ndlr), on doit respecter son club". Nasser Al-Khelaïfi, le président, a aussi du mal à accepter cette nouvelle preuve d’impatience du joueur formé au club. La suite ? Rabiot ne partira pas au mercato hivernal et sera même décisif en 8e de finale de Ligue des Champions contre Chelsea.

Lire aussi : Rabiot, la déclaration qui a rendu fou le PSG

​13 décembre 2015 : Le PSG seul au monde

C’est le choc de cette 18 journée. Ce dimanche 13 décembre, le PSG reçoit l’OL, son dauphin de la saison précédente. Si l’OL est plus en difficulté (5e à 19 points), l’affiche est tout de même prestigieuse. Mais l’écart aperçu au Trophée des Champions a encore grandi. Au Parc, les Lyonnais en prennent 5 : Ibra y va de son doublé, Cavani, Aurier et Lucas, en toute fin de rencontre, participent à la fête. Le PSG repousse son adversaire du soir à 22 longueurs et le deuxième de Ligue 1 (Angers) à 17. "Il y avait deux classes d’écart ce soir", constate Aulas.

19 décembre 2015 : Lucas passe devant

Le joueur brésilien du PSG, Lucas
Le joueur brésilien du PSG, Lucas

Barré par Cavani, Ibra et Di Maria, Lucas doit se contenter de bouts de matchs. Mais face à Caen pour le dernier match de l’année, il est titulaire profitant de la blessure de l’Uruguayen. Il se montre en adressant deux passes décisives à Angel Di Maria et participe pleinement à la victoire 3-0. Le PSG est champion officiellement champion d’automne et Lucas a prouvé à Laurent Blanc qu’il pouvait s’imposer dans le 11 de départ. "Il y a beaucoup de choses qui ont changé avec Lucas. Il y a le match qu'il a fait à Caen en fin d'année, pendant lequel il avait été bon, pendant lequel le trio qu'il formait avec Ibra et Angel avait été très bon", reconnaît même Blanc après le match contre Bastia début janvier où le Brésilien est encore titulaire.

12 janvier 2016: Le malaise Cavani

Pour la trêve hivernale, le PSG a pris ses habitudes à Doha, au Qatar. Là-bas, les joueurs travaillent en vue de la deuxième partie de saison, la plus importante. Là-bas va se jouer une scène importante. Les cadres de l’équipe (Motta, Ibra, Silva, Matuidi) se réunissent avec Laurent Blanc et Olivier Létang, le directeur sportif adjoint, pour parler d’Edinson Cavani. Le comportement d’El Matador avant la trêve a du mal à passer. Blessé l’attaquant est parti en vacances deux jours avant les autres et n’a même pas assisté au match contre Caen. Un excès d’individualisme en privé qui tranche avec son comportement ultra-généreux sur le terrain. Avant le quart de finale de Coupe de la Ligue contre l’OL, Blanc évoque "un problème de comportement", mais n’accable pas son joueur. Il en remettra une couche fin janvier, justifiant la mise sur le banc de l’Uruguayen.

Lire aussi : Laurent Blanc critique le comportement de Cavani

3 février 2016 : Le record du FC Nantes effacé

Et un qui fait 33 ! En dominant Lorient 3-1, le PSG fait tomber le record du FC Nantes qui datait de la saison 94-95 qui était resté invaincu 32 matches consécutivement. Les Parisiens font mieux, mais à cheval sur deux saisons, eux qui n’avaient plus perdu depuis un déplacement à Bordeaux (2-3) le 15 mars 2015.
 


14 février 2016: Le "AurierGate"

En ce jour de Saint-Valentin et juste avant le huitième de finale aller contre Chelsea, Serge Aurier décide de poser une bombe. Juste là. Comme ça. Sur Périscope, le défenseur qui réussissait jusqu’ici une superbe saison, insulte tout le monde : Laurent Blanc, Ibrahimovic, Sirigu. Le PSG ne tarde pas à réagir : il est mis à pied à titre conservatoire, puis envoyé en CFA jusqu’au 20 mars. Le joueur évite le licenciement mais a déçu dirigeants, entraîneur et coéquipiers. Toutefois, le temps a joué en sa faveur puisque certains, comme Matuidi, ont pris la parole pour le soutenir.

Lire aussi : Aurier envoyé en CFA jusqu’au 20 mars

​28 février : A Lyon, une défaite anecdotique

Après 27 matches sans défaite cette saison, 36 à cheval sur deux saisons, le PSG tombe sur la pelouse de l’OL (1-2). Une défaite méritée et qui ne souffre d’aucune contestation, tant les Lyonnais ont bousculé les Parisiens. "On a été trop moyen, pour ne pas dire plus, ce soir pour espérer quoi que ce soit dans ce type de match", assure Laurent Blanc après la rencontre. Simple accident ou début de mauvaise passe ? Le PSG apporte sa réponse trois jours plus tard en se qualifiant pour les demi-finales de la coupe de France en dominant Saint-Etienne dans le Chaudron (3-1).

Lire aussi : L’OL, les ingrédients de l’exploit

13 mars 2016 : le champion le plus rapide de l’histoire

La joie des Parisiens contre Troyes
La joie des Parisiens contre Troyes

Quatre jours après sa qualification en quarts de finale de Ligue des Champions contre Chelsea, le PSG est donc champion de France. A huit journées de la fin, un record. Lyon en 2006-2007 avait été sacré à cinq journées de la fin. En humiliant la lanterne rouge Troyes, les Parisiens se sont débarrassés des affaires courantes et mis fin au peu de suspense qui existait en début de saison. "Dès la première journée, on s'était dit qu'on allait mettre un rythme difficile à suivre suivre. On l'a fait et maintenu. Et on se rend compte que personne n'est arrivé à le suivre", a assuré Laurent Blanc après la rencontre face à Troyes. Ce qui donne un nombre de points incalculable, un nombre de buts incalculable, et surtout le titre après 30 journéesIls peuvent désormais se consacrer à leurs autres objectifs...

Lire aussi : le PSG champion toutes catégories

Paris est officiellement Champion de France pour la 6e fois ! #ParisiensEtChampions #IciCestPar6 pic.twitter.com/GtIzeoM9Pd

Benoit Jourdain @BenJourd1