Serge Aurier
Serge Aurier | STEPHANE ALLAMAN / DPPI

PSG : Aurier assume ses "erreurs" et se dit prêt à refaire un Periscope

Publié le , modifié le

Le défenseur ivoirien du Paris Saint-Germain Serge Aurier a assuré dimanche qu'il "assumait" toutes "ses erreurs", et affirmé être prêt à s'exprimer à nouveau sur l'application Periscope en cas de victoire du club parisien en Ligue des Champions.

Serge Aurier a connu une année 2016 mouvementée. Dans un entretien accordé à Téléfoot, le défenseur du PSG est revenu sur les polémiques qu'il a alimenté tout au long de cette année, notamment lorsqu'il s'était moqué de Laurent Blanc et de ses certains de ses coéquipiers sur l'application Periscope. L'ancien toulousain assure être prêt à refaire une session sur Periscope, mais avec les formes cette fois. "J'espère qu'on va gagner la Ligue des Champions, et puis je vais le refaire (une vidéo Periscope). Mais si je le refait ce serait avec classe, avec la coupe. Ce sera plus drôle", a-t-il confié.

Le défenseur Ivoirien est également revenu sur sa célébration polémique avec les Elephants lors d'un match face au Mali le 8 octobre dernier. "C'était une joie. Je pense qu'en Côte d'Ivoire, on a tous notre petit rituel de force. C'est rien de méchant", assure-t-il. Lors de la même rencontre il a évité à un joueur malien d'avaler sa langue après un choc dans un duel. "J'ai eu le réflexe d'être là au bon moment. Dieu avait décidé que ce n'était pas son jour, voilà", a-t-il sobrement ajouté.

"J'assume tout"

Au moment de tirer le bilan de son année 2016, Serge Aurier se montre plutôt lucide. "J'assume tout, j'apprends de mes erreurs. Cette année là, c'était un peu difficile parce qu'on a oublié le sportif et on a pensé plus à la personne mais cela ne m'a pas plus affecté que cela" a-t-il dit avant d'avoir un mot pour son président Nasser Al-Khelaïfi. "C'est quelqu'un qui m'aime beaucoup. Parfois j'ai trouvé ça un peu étonnant parce qu'avec tout ce que j'ai fait, je pense que si c'est un président normal, il prend une sanction grave. Il m'a toujours soutenu et pour ça je lui dois tout mon respect. Si je suis encore là, c'est en grande partie grâce à lui"