Précieux face à Metz, Di Maria risque gros face à la LFP

Publié le , modifié le

Auteur·e : Martin Boissereau
Di Maria
Angel Di Maria, un pied gauche précieux qui n'éclipse pas son crachat | JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / ANADOLU AGENCY VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Paris Saint-Germain a arraché sa première victoire de la saison dans le temps additionnel, face à Metz (1-0), lors d'un match en retard de la 1re journée de Ligue 1. Réduits à neuf et en l'absence de sept joueurs, dont Neymar et Mbappé, les Parisiens ont pu compter sur Angel Di Maria. Précieux sur le terrain, le gaucher risque toutefois gros en dehors. Convoqué par la commission de discipline de la LFP suite à son crachat en direction d'Alvaro Gonzalez, ce dimanche, lors de PSG-OM, il pourrait manquer jusqu'à six matches.

Précieux. En l'absence de Neymar, suspendu, et Kylian Mbappé, blessé, Angel Di Maria a été dans tous les bons coups face à Metz. Il est d'ailleurs à la passe, presque décisive, sur le but salvateur de Julian Draxler (1-0, 90e+4). Au bout de l'effort, alors que le PSG était réduit à neuf et après un contrôle exquis, il a vu son centre dévié par Alexandre Oukidja sur la tête de l'Allemand, qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond des filets. Son premier but depuis le 28 octobre 2018. Le premier des Parisiens en Ligue 1 cette saison, aussi, après 42 tirs. Un but libérateur, surtout, synonyme de première victoire en championnat pour le Paris Saint-Germain, 18e au début de ce match en retard de la 1re journée de Ligue 1.

Passeur, dribbler et métronome 

Inspiré, le gaucher argentin a débuté sa démonstration d'une sublime passe en profondeur masquée en direction de Pablo Sarabia, qui a perdu son duel face à Alexandre Oukidja (13e). Il a ensuite trouvé Julian Draxler derrière les trois défenseurs centraux messins, peu avant la mi-temps. Idéalement servi sur la gauche de la surface, l'Allemand n'a toutefois pas réussi à tromper l'excellent gardien algérien, resté debout, qui a freiné le ballon avant qu'un de ses équipiers le dégage sur la ligne (39e).

Au-delà de ces deux passes presque décisives, l'Argentin a attiré le ballon sur la gauche de la pelouse, tout au long de la rencontre (100 ballons). Il y a combiné avec Mitchel Bakker, très offensif. Il l'a parfois quitté pour libérer quelques gestes techniques, aussi (7 dribbles, 4 réussis), dont un petit pont sur Dylan Bronn (23e). Mais c'est de la partie gauche du terrain qu'il a libéré la rencontre et déposé deux autres centres sur la tête du revenant Mauro Icardi, plus titulaire avec Paris depuis le quart de finale de Ligue des champions face à l'Atalanta. Dominateur dans les airs, l'attaquant argentin n'a toutefois jamais trouvé le cadre sur les offrandes d'El Fideo, le vermicelle (12e, 33e).

à voir aussi Ligue 1 : 2 matches ferme pour Neymar, comme Paredes, 6 pour Kurzawa et 3 pour Amavi, enquête ouverte pour propos racistes contre Alvaro Gonzalez Ligue 1 : 2 matches ferme pour Neymar, comme Paredes, 6 pour Kurzawa et 3 pour Amavi, enquête ouverte pour propos racistes contre Alvaro Gonzalez

Un crachat qui pourrait coûter cher

Décisif face à Metz, où le PSG a terminé à neuf après l'exclusion d'Abdou Diallo (65e) et la sortie de Juan Bernat (86e), blessé alors que les trois changements avaient déjà été effectués, Di Maria pourrait bientôt manquer aux siens. Convoqué par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel le 23 septembre, il risque d'être écarté des terrains plusieurs semaines. En cause, un crachat propulsé de sa bouche en direction d'Alvaro Gonzalez, lors de la défaite du Paris Saint-Germain contre l'Olympique de Marseille, ce dimanche (1-0).

La réunion à l'issue de laquelle sa convocation a été annoncée ne le concernait pourtant pas. La Ligue s'était réunie peu après 18 heures, dans le XVIe arrondissement de Paris, pour évoquer le cas des cinq exclus du "Classique". Neymar, Paredes et Kurzawa côté Paris. Benedetto et Amavi côté Marseille. Tous ont écopé d'une sanction, allant de un à six matches ferme. Et le 23 septembre, Di Maria pourrait être à son tour suspendu (le règlement évoque une suspension allant jusqu'à 6 matches). La saison 2020/21 du Paris Saint-Germain, qu'il a participé à lancer, s'annonce décidément compliquée.