Pourquoi le PSG n'arrive pas à garder ses jeunes joueurs ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Tanguy Kouassi
Annoncé à Dortmund, Kouassi devrait quitter le PSG libre cet été. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Une fois de plus, le Paris Saint-Germain s’apprête à perdre deux jeunes formés au club, aux qualités sportives pourtant reconnues : Adil Aouchiche et Tanguy Kouassi. Le départ de ce dernier, apparu treize fois sous le maillot parisien cette année, a du mal à être digéré par les supporters parisiens. Il s’inscrit pourtant dans une continuité puisque, depuis quelques années, le PSG s’est fait une spécialité de ne pas profiter de son excellent centre de formation. 

Avec treize matches sous le maillot du PSG avant ses 18 ans, le défenseur Tanguy Kouassi est devenu cette saison le recordman en la matière depuis Bartholomew Ogbeche en 2002. Souvent très bon, le jeune défenseur parisien commençait à faire son trou dans l’effectif pléthorique parisien. Et pourtant, comme Adil Aouchiche, lui aussi formé au club, Kouassi s’apprête à quitter la Capitale. Le directeur sportif parisien, Leonardo, l’a confirmé dimanche dans le JDD : “Ils sont en fin de contrat et il y a un vrai risque de les perdre. On a fait des efforts et donné des possibilités de jouer, mais le fait est qu’ils n’ont toujours pas signé”. Une fois de plus, le PSG pourrait laisser filer deux de ses joyaux. 

Le camp d'éloges

Kouassi, je le regrette déjà, pour son profil sportif plus encore que parce que c’est un titi parisien”, souffle Piotr, supporter du PSG. Il développe : “C’est un surdoué, très mature à 17 ans, à poste où on a un besoin. Il est très bon de la tête, peut jouer au milieu avec un profil intéressant en double pivot. Son départ aura un impact sportif à court terme, c’est pratiquement incompréhensible”. Un sentiment partagé par beaucoup de supporters parisiens, pourtant habitués à voir les joyaux de leur centre de formation partir briller sous d’autres couleurs. “Atteindre l’équipe professionnelle, c’est une chance : il y a très peu d’élus, et quand ces élus choisissent un autre projet, on peut prendre cela pour de l’ingratitude”, résume Omar, du site CulturePSG.

"On a le vivier le plus intéressant du monde, et on a longtemps été mauvais en formation. Maintenant qu’il y a une vraie formation, on a un effectif tellement dense qu’on ne peut pas faire jouer nos titis”

Depuis plusieurs années, ces départs sont en effet devenus courants au PSG, comme le résume Piotr : “On a le vivier le plus intéressant du monde, et on a longtemps été mauvais en formation. Maintenant qu’il y a une vraie formation, on a un effectif tellement dense qu’on ne peut pas faire jouer nos titis”. Ex-directeur historique du centre de formation du LOSC Lille et aujourd’hui à la tête de Pro Consulting Soccer, une entreprise qui accompagne les jeunes joueurs lors de leur formation, Jean-Michel Vandamme éclaire : “Pour réussir en formation, il faut plusieurs ingrédients : des joueurs de haut niveau, ça, le PSG en a plein.  Un concept pédagogique avec des entraîneurs pour l’animer et fixer des objectifs, Paris a aussi. Et le plus important : l’ouverture vers le haut niveau, ce qui est plus difficile ces derniers temps au PSG”. Résultat : les jeunes promesses parisiennes vont éclore ailleurs, et notamment au LOSC Lille, cher à Vandamme : “Ça fait totalement partie de la stratégie du LOSC de récupérer ces jeunes. Eux mettent les moyens qu’il faut par rapport à leur projet pour faire éclore ces joueurs”.

Pourquoi le PSG n'arrive pas à garder ses jeunes joueurs ?
© Florian Parisot

Cet exode des pépites parisiennes nourrit alors quelques regrets, forcément. “Moussa Diaby, Jonathan Ikoné, Christopher Nkunku avaient le potentiel pour devenir des joueurs importants, et qu’on a sacrifiés pour des raisons économiques”, regrette ainsi Piotr. “Le départ libre de Kingsley Coman, c’est un regret éternel. Un joueur comme Soumaré, parti à Lille, c’est vraiment dommage car c’est un profil qu’on cherche aujourd’hui”, complète Omar. Supporter parisien, Rudy approuve mais relativise : “Quand un jeune part, on ne connaît pas encore son niveau. Il reste un pari sur l’avenir. On ne peut jamais savoir”.

Paris brûle-t-il les ailes de ses jeunes ?

Une fois les regrets balayés, reste à se poser les bonnes questions. Pourquoi Paris ne garde pas ces jeunes ? “Il y a beaucoup de raisons : certains n’avaient pas le niveau, pas leur place”, tranche Piotr. Pour Rudy, concernant Kouassi et Aouchiche, “Ce n’est pas la direction du PSG qui est responsable :  la preuve, Koaussi on lui propose un beau contrat mais ça ne lui suffit pas”. Alors, à qui la faute ? “C’est une double responsabilité”, expose Omar, “D’abord, le PSG propose-t-il un projet viable aux jeunes? Pas vraiment. Ensuite, un joueur de 20 ans a-t-il de nos jours la patience de s’inscrire dans ce projet et d'attendre son heure ? Non plus. Les jeunes et leur entourage en demandent trop avant d’avoir prouvé”. Paradoxalement, le PSG serait même victime de l’excellence de son centre de formation au PSG selon Omar : “Les joueurs sont au niveau très tôt, et en veulent donc beaucoup, très vite”.

"D’abord, le PSG propose-t-il un projet viable aux jeunes? Pas vraiment. Ensuite, un joueur de 20 ans a-t-il de nos jours la patience de s’inscrire dans ce projet et d'attendre son heure ? Non plus."

Interrogé par le JDD, Leonardo invoquait une autre raison : le règlement, qui empêche les clubs de faire signer des contrats d’aspirants pro de plus de trois ans aux joueurs mineurs : “C’est terrible pour les clubs car ça nous place dans des situations complexes où on a le choix entre laisser filer ou surpayer. Au PSG, il y a de la concurrence. Donc, à 16-17 ans, c’est difficile de prétendre à une place. Et généralement, comme ils ne jouent pas, ils ne signent pas et s’en vont dans des clubs qui leur font la cour depuis deux ans”. De son côté, Rudy imagine une solution pour enrayer ce problème : “Il faudrait faire comme pour un contrat d’apprentissage. Si le gamin a passé plus de 4 ans au centre de formation, automatiquement il doit signer un contrat pro dans ce club”. 

Cette saison à Paris, Leonardo a ainsi pris le risque de faire jouer deux jeunes qui n’avaient pas encore signé leur contrat pro : Kouassi et Aouchiche. “C’est la chose la plus digne : la méthode “tu ne signes pas, tu ne joues pas” n’est pas digne d’un club qui se veut l’un des plus grands du monde”, approuve Omar. Pourtant, le directeur sportif du PSG pourrait bien l’arrêter, comme il l’a précisé au JDD : “C’est peut-être une erreur de ma part, car l’usage dans le milieu c’est : tu ne signes pas, tu ne joues pas. On a privilégié le niveau de performance. On a sans doutes nos responsabilités si on n’arrive pas à conserver nos jeunes”. Autre élément à prendre en compte : Leonardo n’a repris les commandes sportives que l’été dernier, et subit encore le travail de ses prédécesseurs. Mais nul doute qu’en coulisses le Brésiliens s’agite pour que le PSG apprenne enfin à garder ses jeunes joyaux, surtout à l’aube d’un été où Paris a encore plus besoin de recruter.

Club satellite, clause de rachat et anticipation

Que les supporters parisiens se rassurent, des solutions existent pour contrer ces vagues répétées de départ. A la tête du centre de formation du LOSC à son époque dorée (qui a abouti au doublé de 2011 avec une équipe à moitié formée au club), Jean-Michel Vandamme en avance une première : “Il faut s’adapter aux nouvelles générations et à leur impatience, on est obligé d’être dans l’anticipation. C’est essentiel. Eden Hazard je lui faisais signer un contrat tous les six mois”. Autre procédé pour l’instant trop peu appliqué par le PSG : le prêt. “Vu le niveau de la formation, il faut peut-être lui réserver des places dans l’effectif pro”, avance de son côté Omar. Mais LA solution qui met tout le monde d’accord, c’est la nécessité de posséder un club satellite.

"Si le PSG veut tirer le profit de sa formation, il faut automatiquement qu’il y ait des places pour jouer. Pour cela, il lui faut un club satellite de haut niveau, pas de deuxième division, mais par exemple aux Pays-Bas ou Belgique"

“Si le PSG veut tirer le profit de sa formation, il faut automatiquement qu’il y ait des places pour jouer. Pour cela, il lui faut un club satellite de haut niveau, pas de deuxième division, mais par exemple aux Pays-Bas ou Belgique, parce que le club en question doit être proche pour aller les voir souvent”, développe Vandamme, qui avait fait de Mouscron le satellite du LOSC. “Posséder un club satellite pour Paris, c’est essentiel”, estime Rudy, avant de pointer un autre problème : “En France on ne peut pas mettre de clause de rachat lorsqu’on vend un joueur, contrairement aux autres pays”. Une méthode notamment appliquée par le Real Madrid en Espagne, notamment lors de la vente de Mariano Diaz à Lyon ou d’Alvaro Morata à la Juventus.

à voir aussi Fin de contrat d'Edinson Cavani : retour sur ses sept ans au PSG Fin de contrat d'Edinson Cavani : retour sur ses sept ans au PSG

“Aujourd’hui la formation parisienne est vraiment excellente, et elle va l’être de plus en plus avec le nouveau centre de formation. Le nombre de joueurs va être colossal, mais le nombre de places dans l’effectif pro ne changera pas. Chaque année, le club sort entre 3 et 6 joueurs, tous ont le niveau pour jouer en L1, mais pas forcément au PSG”, expose Omar. Pouvoir envoyer ces jeunes s’aguerrir dans un club satellilte comme Monaco le fait avec le Cercle Bruges serait ainsi la solution idéale pour le PSG. A leur retour, les poulains seraient soit au niveau pour entrer dans la rotation parisienne, soit vendus plus cher qu’après une saison blanche au PSG.

"Quand tu sors des joueurs de qualité, il faut savoir les garder. Le Barça en 2007, ils ne se font pas voler Messi ou Busquets, par exemple"

Très engagé dans sa formation depuis des années, Paris a tout intérêt à trouver les solutions adéquates à l’avenir, comme le résume Piotr : “Être un club formateur, ça ne m’intéresse pas plus que ça à la base. Mais quand tu sors des joueurs de qualité, il faut savoir les garder. Le Barça en 2007, ils ne se font pas voler Messi ou Busquets, par exemple”. Et ça, le PSG semble l’avoir compris vu les efforts déployés pour attirer les meilleurs joueurs dès les catégories de jeunes. D’ailleurs, selon Jean-Michel Vandamme, particulièrement au fait des réputations des différents centres de formation via sa société Pro Consulting Soccer, le PSG reste très attirant pour les jeunes footballeurs, malgré le peu de débouchés en équipe première : “Entrer au centre de formation du PSG, c’est entrer dans un centre exceptionnel, qui sort des très bons joueurs. Ils n’ont pas encore passé le cap de prêter ou d’anticiper les contrats, mais le jour où ils vont faire ça… Leonardo va amener ce qui manque à ce niveau. Ce qui se passe maintenant ne se passera plus, connaissant l’intelligence et la connaissance du bonhomme, il va mettre en place ce qu’il faut”. Peut-être, mais le Brésilien devra d’abord trouver un remplaçant à Thiago Silva. Remplaçant qu’aurait pu être Tanguy Kouassi.