Dimitri Payet (OM)
Dimitri Payet (Olympique de Marseille) | AFP

Pour tenir la cadence, l'OM aura besoin du vrai Payet

Publié le , modifié le

Malgré ses vacances anticipées avant la trêve, Dimitri Payet peine à retrouver le rythme qui était le sien jusqu’à mi-décembre. Le week-end dernier, son exil sur le côté gauche n’a pas réussi au meneur de jeu marseillais. Ce soir (20h30), à Montpellier, Marcelo Bielsa pourrait replacer le meilleur passeur de Ligue 1 à son poste axial. Là où il a tant brillé durant la première moitié de saison. Si l’OM veut rester en tête jusqu’à la fin, il devra s’appuyer sur un Payet à 100%.

L’été dernier, lorsqu’il a posé ses valises à Marseille, Marcelo Bielsa ne comptait pas sur Dimitri Payet. Par la force des choses, l’entraîneur argentin a dû revoir son jugement. La réalité du terrain l’a rattrapé. L’ancien Lillois s’est imposé comme une évidence. Comme le successeur naturel de Mathieu Valbuena. A son poste de prédilection, derrière André-Pierre Gignac. Car Payet a survolé la première moitié de saison. Sa métamorphose s’est traduite en chiffres : 5 buts et 7 passes décisives, le tout en 18 matches de Ligue 1.

"Seulement" dix-huit matches, car le dix-neuvième, il ne l’a pas joué. Il ne l’a même pas vu depuis le banc. Il était déjà en "vacances", lorsque l’OM est venu à bout de Lille (2-1), juste avant la trêve. "Vacances", le terme ne correspond pas nécessairement à la réalité de l’instant : "repos forcé" collerait davantage à la décision de Bielsa. Pas assez impliqué à l’entraînement, Payet avait besoin de souffler, aux yeux d’El Loco. Depuis, les fêtes de Noël sont passées. Et le leader de la Ligue 1 est sorti par la petite porte en Coupe de France, aux tirs au but, sur la "pelouse" grenobloise.A Grenoble, Bielsa aurait eu "besoin de Payet dans un rôle de numéro 10 axial"Après coup, Bielsa s’en est voulu. L’objet de son auto-critique ? Le positionnement de Payet, sur le flanc gauche. L’axe, il était réservé à Michy Batshuayi. Le Belge l’avait si bien tenu lors de la dernière rencontre de la phase aller. Cette fois, ça n’a pas marché. Batshuayi n’a pas eu le rendement escompté. Tandis que Payet a traversé ce 32e de finale comme un fantôme. D’où cette réflexion a posteriori de Bielsa : "On avait besoin de Payet dans un rôle de numéro 10 axial."Ce rôle, il l’a de nouveau endossé après la sortie d’André-Pierre Gignac. Logique : il y excellait jusqu’à mi-décembre. Dans le sillage du meilleur passeur de Ligue 1, l’OM a fini devant tout le monde. "Si on a réalisé un aussi beau parcours, c'est grâce à lui, glisse un de ses coéquipiers. On dépend énormément de Dimitri. Tout passe par lui. C'est la clé de notre système. On doit tout faire pour le mettre dans les meilleures conditions."Qui pour suppléer Ayew à gauche ?Vendredi, à Montpellier, il est fort probable que Payet retrouve son poste fétiche. L’OM a trop besoin de lui pour garder son rythme. Le stratège réunionnais en est devenu son baromètre. Sa plaque tournante. Son maître à jouer. D’accord, mais qui pour suppléer André Ayew dans le couloir gauche durant la Coupe d’Afrique des nations ? Les alternatives se nomment André-Pierre Gignac, Romain Alessandrini et Benjamin Mendy.Le premier est naturellement attiré par le côté gauche, d’où il peut aisément enrouler sa frappe du droit. Mais au regard de son rendement de finisseur, l’exiler reviendrait à ce que l’attaque phocéenne se tire une balle dans le pied. Alessandrini a la tête de l’emploi pour combler l’absence d’Ayew. Sauf que l’ancien Rennais est forfait pour le déplacement dans l’Hérault. Reste la solution Mendy. De son propre aveu, le très offensif latéral "peut" évoluer un cran plus haut. "Mais je préfère jouer arrière gauche", a confié l’ancien Havrais jeudi. Ça tombe bien : "ce n’est pas cette option que j’envisage demain", a précisé son coach dans la foulée. Lorsqu’il s’est présenté face à la presse, Bielsa assurait ne pas avoir encore tranché. Il envisagerait d'aligner Florian Thauvin à gauche, Michy Batshuayi.le suppléant à droite. Une tendance tiend largement la corde : on imagine mal El Loco renouveler l’expérience d’un Payet désaxé. L’OM a tellement besoin de lui à la baguette.L'équipe probable de l'OM à Montpellier : Mandanda - Fanni, Lemina (ou Romao), Morel - Dja Djédjé, Imbula, Mendy - Batshuayi, Payet, Thauvin - Gignac.

"Seulement" dix-huit matches, car le dix-neuvième, il ne l’a pas joué. Il ne l’a même pas vu depuis le banc. Il était déjà en "vacances", lorsque l’OM est venu à bout de Lille (2-1), juste avant la trêve. "Vacances", le terme ne correspond pas nécessairement à la réalité de l’instant : "repos forcé" collerait davantage à la décision de Bielsa. Pas assez impliqué à l’entraînement, Payet avait besoin de souffler, aux yeux d’El Loco. Depuis, les fêtes de Noël sont passées. Et le leader de la Ligue 1 est sorti par la petite porte en Coupe de France, aux tirs au but, sur la "pelouse" grenobloise.

A Grenoble, Bielsa aurait eu "besoin de Payet dans un rôle de numéro 10 axial"

Après coup, Bielsa s’en est voulu. L’objet de son auto-critique ? Le positionnement de Payet, sur le flanc gauche. L’axe, il était réservé à Michy Batshuayi. Le Belge l’avait si bien tenu lors de la dernière rencontre de la phase aller. Cette fois, ça n’a pas marché. Batshuayi n’a pas eu le rendement escompté. Tandis que Payet a traversé ce 32e de finale comme un fantôme. D’où cette réflexion a posteriori de Bielsa : "On avait besoin de Payet dans un rôle de numéro 10 axial."

Ce rôle, il l’a de nouveau endossé après la sortie d’André-Pierre Gignac. Logique : il y excellait jusqu’à mi-décembre. Dans le sillage du meilleur passeur de Ligue 1, l’OM a fini devant tout le monde. "Si on a réalisé un aussi beau parcours, c'est grâce à lui, glisse un de ses coéquipiers. On dépend énormément de Dimitri. Tout passe par lui. C'est la clé de notre système. On doit tout faire pour le mettre dans les meilleures conditions."

Qui pour suppléer Ayew à gauche ?

Vendredi, à Montpellier, il est fort probable que Payet retrouve son poste fétiche. L’OM a trop besoin de lui pour garder son rythme. Le stratège réunionnais en est devenu son baromètre. Sa plaque tournante. Son maître à jouer. D’accord, mais qui pour suppléer André Ayew dans le couloir gauche durant la Coupe d’Afrique des nations ? Les alternatives se nomment André-Pierre Gignac, Romain Alessandrini et Benjamin Mendy.

Le premier est naturellement attiré par le côté gauche, d’où il peut aisément enrouler sa frappe du droit. Mais au regard de son rendement de finisseur, l’exiler reviendrait à ce que l’attaque phocéenne se tire une balle dans le pied. Alessandrini a la tête de l’emploi pour combler l’absence d’Ayew. Sauf que l’ancien Rennais est forfait pour le déplacement dans l’Hérault. Reste la solution Mendy. De son propre aveu, le très offensif latéral "peut" évoluer un cran plus haut. "Mais je préfère jouer arrière gauche", a confié l’ancien Havrais jeudi. Ça tombe bien : "ce n’est pas cette option que j’envisage demain", a précisé son coach dans la foulée. Lorsqu’il s’est présenté face à la presse, Bielsa assurait ne pas avoir encore tranché. Il envisagerait d'aligner Florian Thauvin à gauche, Michy Batshuayi.le suppléant à droite. Une tendance tiend largement la corde : on imagine mal El Loco renouveler l’expérience d’un Payet désaxé. L’OM a tellement besoin de lui à la baguette.

L'équipe probable de l'OM à Montpellier : Mandanda - Fanni, Lemina (ou Romao), Morel - Dja Djédjé, Imbula, Mendy - Batshuayi, Payet, Thauvin - Gignac.