Pour Lyon, Amiens et Toulouse, match décisif au Conseil d'Etat

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Bernard Joannin (Amiens)
Le président d'Amiens Bernard Joannin continue son combat contre la LFP | Amiens SC

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

C'est la planche de salut pour trois clubs. Ce jeudi, le Conseil d'Etat va écouter les arguments développés par les représentants de Lyon, d'Amiens et de Toulouse, qui l'ont tous saisi en référé pour contester la décision de la Ligue de football professionnel (LFP) de stopper la saison 2019-2020.

A la fin, c'est le Conseil d'Etat qui tranche. Lyon, Amiens et Toulouse sont en quête d'une victoire sur le terrain judiciaire jeudi devant la cour administrative suprême, face à la décision d'arrêter la Ligue 1 et de figer son classement, qu'ils contestent. C'est la dernière journée de la saison: pas la saison de football, mais celle des recours, qui animent le calendrier sportif en l'absence de compétition depuis début mars.

Les trois clubs sont attendus pour une audience à 14h devant le juge des référés (procédure d'urgence) afin d'évoquer cette fin d'exercice 2019-20 et ses conséquences, qui agite tant le foot français. La décision du Conseil d'Etat est attendue dans les jours qui suivent.

Au centre de la polémique, la réunion du Conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP) du 30 avril, qui a clôturé le Championnat en raison de la pandémie de coronavirus, et déterminé le classement final en fonction d'un indice de performance. Celui-ci a éjecté l'OL (7e) des places européennes et envoyé l'ASC (19e) et le TFC (20e) en Ligue 2. Les trois formations, grandes perdantes de ce mode de calcul, ont promis de faire entendre leur voix en justice.

Le Tribunal administratif de Paris a rejeté sur la forme le premier recours en référé de chaque requérant, le 22 mai, estimant que les décisions de la LFP ne pouvaient être contestées "que devant le Conseil d'Etat". Voilà désormais les trois clubs devant la plus haute juridiction administrative.

Lyon pour la reprise

Pour le président de l'OL Jean-Michel Aulas, c'est une nouvelle occasion de pousser pour la reprise de la compétition, un scénario qu'il est le seul à défendre publiquement. Son club demande la suspension de la décision du CA, mais enjoint aussi la LFP à "réexaminer les conditions permettant d'envisager une reprise des compétitions au mois d'août, ou à défaut, de prononcer la saison 2019-2020 'saison blanche'". Cette dernière option, annulant la saison et reconduisant à l'identique les qualifiés européens de 2018-2019 (donc Lyon), avait déjà été brandie en mars par Aulas.

Le puissant dirigeant, qui conteste un arrêt "précipité" et "à contre-courant" alors que les autres championnats majeurs d'Europe reprennent, a encore bougé ses pions dans ce sens-là, en saissisant la Ligue pour qu'elle réévalue sa position.

Pour lui, l'annonce récente du Premier ministre, qui a autorisé l'entraînement à partir du 2 juin, est un argument supplémentaire qui rend possible une fin de saison cet été. Mais "aujourd'hui, pour des questions organisationnelles, c'est trop dur" de reprendre, affirme son homologue de Nantes Waldemar Kita, soulignant, notamment, l'absence de diffuseurs.

"Valeurs"

Contrairement à Lyon, Amiens et Toulouse ne contestent pas l'arrêt du Championnat, mais bien le classement final, qui a conduit à leur relégation sans avoir pu disputer toutes les rencontres. "La justice est le seul rempart face à la décision de la Ligue de reléguer arbitrairement l'Amiens SC. La seule chose qui compte pour nous aujourd'hui, c'est de faire gagner le sport et ses valeurs", a déclaré le président du club picard Bernard Joannin.

"Ce que l'on conteste, c'est le changement de règles du jeu en cours de compétition. Selon les textes, les relégations se font après la 38e journée, et pas avant. On ne déclare pas perdante une équipe qui est menée à la 66e minute du match", abonde auprès de l'AFP l'avocat au Conseil d'Etat Me Guillaume Tapie, qui conseille l'ASC.

Amiens a également introduit un deuxième recours, sur le fond, qui doit prendre plusieurs mois au Conseil d'Etat. Le cas des deux clubs sera suivi aussi par les équipes des divisions inférieures. Si le Conseil d'Etat suspend leur relégation, c'est tout l'édifice bâti par le président de la Fédération (FFF) Noël Le Graët, soucieux de conserver le principe de montées et descentes dans tous les championnats, qui pourrait bien s'écrouler...

AFP