Alain Casanova
Alain Casanova. | DAMIEN MEYER / AFP

Pour Casanova, Toulouse a manqué de "leaders et de personnalité"

Publié le , modifié le

L'ex-entraîneur de Toulouse, Alain Casanova, démis de ses fonctions et remplacé lundi par Dominique Arribagé, a assuré que son cas personnel "n'était pas important" et que tout ce qui comptait était "le sauvetage" du club.

En quoi votre départ peut-il aider le club ?

Alain Casanova : "S'il y avait un dernier électrochoc à trouver, c'était celui-ci: donner la possibilité aux joueurs d'être encore plus placés devant leurs responsabilités, donner aussi la possibilité à des gens du club comme Arribagé d'avoir un autre discours, donner encore plus de confiance et tout mettre en oeuvre pour sauver ce club que l'on aime tant. Mon cas personnel n'est pas important, c'est avant tout le club qui compte aujourd'hui. Je n'en veux à personne, je souhaite le meilleur au TFC, aux joueurs, ils sont un peu dans le dur mais ils ont la qualité pour s'en sortir, je suis convaincu qu'en faisant ce qu'il faut samedi (contre Bordeaux, ndlr), ça va repartir".

C'est un déchirement ou un soulagement ?

A.C: "Par rapport au TFC, c'est un déchirement parce que je suis resté très longtemps ici. Il n'y a pas de soulagement car je me sentais encore capable de redresser la barre et je pense qu'on l'aurait fait mais on n'est sûr de rien non plus. Si ça peut être le déclic fort qui va provoquer quelque chose et  permettre au TFC de se maintenir, c'est tout ce que je demande. Après tant d'années, c'est pas facile mais en même temps c'est la loi du sport de haut niveau. Ce qui prime, c'est le sauvetage du TFC."

Comment expliquez-vous la lente descente aux enfers du club ?  

A.C: "On a manqué un peu de personnalité, de leaders, des gens qui ont mis un peu de temps à s'intégrer à ce qu'on voulait faire et ensuite le doute s'est un petit peu installé mais je pense qu'il y a de la qualité dans cet effectif, il lui faut juste un peu de croyance et un peu de détermination et je suis persuadé qu'ils vont s'en sortir. Je suis quand même fier de tout ce qui a été  fait, il y a un beau projet qui s'est mis en place, il y a une philosophie de jeu qui est apparue. Ce que je regrette, c'est qu'on soit dans la difficulté depuis pas mal de temps et qu'on arrive pas à trouver la solution."

AFP