Pedro Henrique
Pedro Henrique, un formidable potentiel technique pour un Stade Rennais à la recherche de résultats. | Jean-François Monier - AFP

Pedro Henrique, le technicien supérieur du Stade Rennais

Publié le , modifié le

En ouverture de la 18e journée, ce vendredi soir (20h30) au Roazhon Park, le Stade Rennais reçoit le Stade Malherbe de Caen. En cas de succès, les Bretons recolleraient au wagon de tête du championnat. Pour y parvenir, Philippe Montanier mise notamment sur Pedro Henrique et sa touche technique. Le Brésilien a toutes les qualités pour désarçonner la défense normande. Dans un effectif à la recherche de la bonne formule, le natif de Santa Cruz do Sul a vraiment une carte à jouer.

Sa silhouette devient de plus en plus familière sur les terrains de Ligue 1. Le Brésilien possède un tel bagage technique qu'il ne peut que taper dans l'oeil, surtout au cours de certains matches insipides, comme notre championnat sait en proposer. Débarqué du côté de la Piverdière, le centre d'entraînement du Stade Rennais, à l'été 2014, pour compenser le départ de Romain Alessandrini à l'OM, Pedro Henrique a tout de suite plu à son entraîneur, Philippe Montanier : "Pedro est un joueur que l’on a suivi sur toute la saison. On recherchait un profil qui puisse occuper les deux couloirs. C’est un joueur rapide qui a des capacités de percussion intéressantes. Il est également très adroit devant le but. Il arrive de Zurich, ce qui peut faciliter son adaptation car il a pu se familiariser avec les exigences européennes."

Oktoberfest en plein Rio Grande do Sul !

L'intéressé découvre effectivement l'Europe en janvier 2012, pour échouer en Suisse, où le FC Zurich a immédiatement su exploiter ses talents. Son coach Urs Fischer le lance dans le grand bain et Pedro Henrique Konzen Medina da Silva, de son nom complet, apporte sa formidable capacité à faire la différence en un contre un. "Par ma vitesse, j'aime aussi prendre la profondeur", revendique le natif de Santa Cruz do Sul. Lorsqu'arrive l'été 2014, le club breton jette donc son dévolu sur un Pedro Henrique, sixième recrue à ce moment-là. "Shabani Nonda, qui a joué à Zurich et au Stade Rennais, ne m'a dit que des choses positives sur le club, insiste le numéro 18 des "Rouge et Noir". Je sais aussi qu’il y a eu plusieurs Brésiliens venus jouer ici. On m’a beaucoup parlé de Alexander Frei qui a connu beaucoup de réussite au club. Même si je sais qu’ils ont connu quelques difficultés à se montrer réguliers, il y a un bon potentiel."

Formé au Grêmio, Pedro a débuté en professionnel dans le plus parfait anonymat, en Serie C brésilienne (l'équivalent du National en France), dans la modeste formation de la Sociedad Esportiva e Recreativa Caxias do Sul. Pour l'anecdote, Henrique est issu de la grande région du Rio Grande do Sul qui, au XIXe siècle, accueillit des migrants d'origine allemande, venus pour la plupart des bords du Rhin ou de Silésie. Lui aurait pu tout aussi bien se nommer "Peter-Henrik". Sa ville, Santa Cruz, porte encore les stigmates de la culture germanophone puisqu'elle célèbre chaque année l'Oktoberfest et, durant plusieurs jours, la bière coule à flot... comme à Munich !

Les conseils de Toivonen

Avec 34 matches disputés la saison passée avec le SRFC, Pedro Henrique fut l'un des plus assidus sur les pelouses de Ligue 1. Certains de ses coéquipiers sont persuadés que le Brésilien, par son aisance technique, peut encore amener beaucoup plus au groupe rennais. A l'instar du Suédois Ola Toivonen, prêté à Sunderland, mais enchanté d'avoir côtoyé Pedro : "Il doit apprendre à davantage garder la balle quand il le faut, mais aussi à jouer moins personnel parfois. Cela viendra avec l'expérience. Plus il jouera, plus il apprendra." Philippe Montanier l'a bien noté. Henrique est devenu l'un de ses hommes de base, au sein d'un effectif trop souvent contrarié par les blessures et son irrégularité. A Pedro de jouer !

Nicolas Gettliffe