Javier Pastore
Javier Pastore, le milieu du PSG | AFP - FRANCK FIFE

Pastore : "une année très positive"

Publié le , modifié le

Alors que le PSG pourrait être sacré ce week-end en cas de victoire face à Valenciennes, Javier Pastore est revenu en conférence de presse a passé en revue plusieurs sujets : la saison du PSG qu'il juge "positive", son cas personnel et notamment sa baisse de forme au coeur de l'automne et enfin les rumeurs de transferts et départ du "Mister" Carlo Ancelotti. Une éventualité qu'il accueillerait avec tristesse même s'il n'est pas "sous contrat avec Ancelotti, mais avec le PSG".

Le titre est tout proche. Vous êtes impatient ?
Javier Pastore : "On serait très content de pouvoir prendre ce titre dès dimanche. C'est très important pour nous et pour moi ce serait le premier. On a vécu une année très positive, avec un bon parcours en Ligue des Champions. Le début de saison a parfois été difficile mais je crois que ce sera une saison positive.

"Vous allez regarder le match de Marseille samedi ?
J P : "Non, je jouerai à la Playstation. Surtout, le titre dépend de nous. Si on gagne, le résultat de Marseille ne changera rien. Il faut être concentré sur ce que nous avons à faire.

"Les bruits sur un éventuel départ de Carlo Ancelotti peuvent-ils vous perturber ?
J P : "Des rumeurs, il y en a toute l'année sur tous les sujets. On est  concentré sur ce match et sur le fait d'être champion. Ancelotti aussi je pense. Quand le titre sera assuré, il sera temps pour lui de réfléchir.

"Son éventuel départ pourrait-il vous faire réfléchir vous aussi à votre  avenir ?
J P : "Je ne suis pas sous contrat avec Ancelotti mais avec le PSG. S'il part,  je serai un peu triste. On a d'excellentes relations et on s'est très bien entendu ces 18 derniers mois. Mais ce sont les choses du foot, il faut y être préparé. Si on me demande mon avis, je souhaite qu'il reste. Mais chacun doit prendre sa décision.

"Vous avez perdu votre place en sélection depuis que vous êtes à Paris.  Vous regrettez d'avoir rejoint le PSG ?
J P : "Je ne pense pas que le club m'a fait perdre ma place. Au contraire, il m'a donné la possibilité d'être plus exposé en jouant la Ligue des Champions. Ca dépend des performances sur le terrain, des choix du sélectionneur. Il y a beaucoup de joueurs argentins partout dans le monde. Il y a aussi beaucoup de  grands joueurs qui ne sont pas dans la sélection. Il faut continuer à  travailler.

"L'Italie vous manque, à vous et à Lavezzi ?
J P: "Quand on a vécu en Italie, c'est normal de vouloir y retourner quand on a quelques jours de libre. C'est un pays que j'aime plus que d'autres, et  "Pocho" aussi. Mais aucun de nous deux ne pense à partir. On est très bien ici et on en parle tous les deux. La ville est formidable et on est très bien au  club.

"Comment expliquez-vous la période difficile que vous avez traversée en novembre-décembre ?
J P : "Ce n'était pas mon meilleur moment. C'était déjà le cas l'an dernier, ce n'est pas nouveau. Je ne me sentais pas bien physiquement ni avec le ballon. Rien de plus.

"Les joueurs ont l'air nerveux ces derniers temps...
J P : "Ca a été une saison longue, on a joué beaucoup de matches. Il y a un peu de tension, de stress. On sait que le club a besoin d'un titre. La fin est  proche.

"Et pourquoi prenez-vous autant de cartons ?
J P : "Parce qu'on fait beaucoup de fautes. Il faut s'améliorer dans ce domaine, même si ça vient aussi du fait qu'on a beaucoup de joueurs de caractère. Peut-être aussi les arbitres ont été un peu plus durs avec nous.

"Ca a été une semaine particulière ?
J P : "Non, une semaine comme les autres. On a travaillé en pensant à gagner  le match de dimanche. On sait que tout est entre nos mains. On est calme et  serein, on a une avance conséquente."

Vidéo : le PSG à l'entraînement

Voir la video-->Voir la video