Zlatan Ibrahimovic PSG
L'attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic | AFP - JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Paris SG: l'ordinaire avant les paillettes

Publié le , modifié le

Le Paris SG aura une double mission à Nantes, lors de la 8e journée de L1: s'imposer pour conforter sa domination, tout en se ménageant avant le déplacement de Ligue des champions chez le Shakhtar Donetsk et le clasico qui suivra contre Marseille au Parc.

Blaise Matuidi résume la situation: "ça tombe avant la Ligue des champions,  mais le championnat c'est notre gagne-pain tout au long de l'année. On se doit  de jouer ce match pour le gagner", a-t-il rappelé sur le site internet du club. Une obligation qui incombe à chaque rendez-vous domestique au PSG, dont la  supériorité sur ses concurrents, traduite par trois titres de champion de  France consécutifs, se confirme sans peine en ce début d'exercice. Toujours est-il que cette suprématie est mise à l'épreuve à chaque match de championnat et il arrive, comme à Reims il y a une semaine (1-1), que l'équipe  de Laurent Blanc, quelque peu désintéressée par l'enjeu, se montre  insuffisante, sinon un brin suffisante, et tutoie l'accident de parcours.

Un phénomène qui a été un peu trop récurrent en 2014-2015, avec de nombreux  points perdus lors de la phase aller qui ont compliqué sa vie au printemps,  lorsqu'il a fallu sprinter sur tous les tableaux. Certes le Paris SG a fini par  réussir un quadruplé national historique, mais après avoir trop dépensé  d'énergie pour espérer inquiéter le Barça en quart de finale de la C1. Un scénario qu'il veut ne pas voir se répéter. Car cette saison plus que  jamais, avec le recrutement d'Angel Di Maria, la Ligue des champions est  l'objectif du PSG. Et les joueurs, "très concernés dès la reprise" comme s'en  félicite Blanc, ont bien pris soin de démarrer comme un champion en puissance  la défense de leur titre national.

Rotation attendue 

A tel point que l'entame réalisée est la meilleure de Paris depuis 18 ans,  avec 17 points récoltés en sept journées qui lui ont permis de rapidement  s'asseoir sur le fauteuil de leader. Malgré tout, si les prétendus rivaux, Lyon et Monaco sont déjà bien  décrochés au classement, respectivement à 5 et 6 longueurs, l'avance comptable  n'est que d'un point sur l'actuel dauphin, Saint-Etienne. Et Paris doit donc  continuer sa marche en avant pour conserver un matelas. Le déplacement à Nantes , qui reste sur trois défaites et gît à une  dangereuse 17e place, n'est pas de nature à contrarier ses plans. Et ce quand  bien même Blanc devrait opter pour une nouvelle rotation d'effectif, avant les  échéances plus importantes et huppées de la semaine prochaine.

Sous le coup d'une suspension s'ils venaient à écoper d'un troisième carton  jaune dans une période de dix matches, David Luiz et Thiago Motta devraient  ainsi être remplaçants au coup d'envoi. Marquinhos et Adrien Rabiot, voire  Benjamin Stambouli, pourraient en profiter. Tout comme Lucas et Ezequiel Lavezzi en attaque, dans la mesure où Angel Di  Maria et Zlatan Ibrahimovic pourraient souffler pour ce cinquième match en  quinze jours. Pour le Suédois au début de saison plombé par des blessures au  genou et à l'abdomen, la nécessité de s'économiser apparaît plus forte que le  besoin de recouvrer du rythme, alors qu'il s'est enfin montré à son avantage et  buteur contre Guingamp (3-0). La tentation est probablement grande de lui permettre de devenir dès samedi  le meilleur buteur de l'histoire du PSG, alors qu'il n'est plus qu'à deux unités du record de Pauleta (109). Mais l'inéluctable pourrait bien attendre  encore un peu.

AFP