Paris, seul contre tous

Paris, seul contre tous

Publié le , modifié le

Samedi, face à Lorient, le PSG aura à cœur de marquer le coup pour ses grands débuts dans ce championnat de France 2012-2013. Tous les regards seront braqués sur le club de la capitale, qui devra assumer son statut d'archi-favori après un recrutement estival cinq étoiles.

Paris doit faire les choses dans l'ordre. Avant de tutoyer les sommets européens, le PSG doit prouver que son hégémonie hexagonale annoncée se traduira dans les faits. Son match face à l'une de ses bêtes noires, Lorient, sera scruté par toute la France du football, qui voudra voir si le club de la capitale laissera autre chose que des miettes aux autres pensionnaires de Ligue 1.

Un mercato à 150 millions d'euros

"Pour être grand au niveau européen, il faut s'imposer en France, c'est pourquoi le championnat est si important pour nous", explique Salvatore Sirigu, le gardien parisien. Si rien ne dit que le PSG écrasera la Ligue 1, aucune équipe en France ne peut se targuer d'un tel effectif. Avec près de 150 millions d'euros dépensés cet été et l'arrivée de quelques uns des meilleurs joueurs de la planète (Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva, Ezquiel Lavezzi), Paris a prouvé qu'il était capable de rivaliser avec les plus grands clubs du monde sur le marché des transferts.

"Je sens le PSG très très fort, pas imbattable"

Un changement de standing qui doit encore être confirmé sur le terrain. "Pour vous (les journalistes) sûrement, il y a le sentiment qu'avec tous ces investissements, c'est impossible de battre le PSG, souligne Sirigu. Mais les gens qui sont dans le foot savent très bien que ce n'est pas aussi facile qu'on le pense. C'est comme avoir une Ferrari. Tu peux gagner toutes les compétitions, mais ce n'est pas si facile : il faut savoir bien la conduire. Mais je sens le PSG très très fort, mais pas imbattable."

Le PSG champion de France pour 85% des joueurs

Il n'empêche, peu d'observateurs imaginent les hommes de Carlo Ancelotti échouer à soulever l'hexagoal en fin de saison. Pour 85% des joueurs évoluant en L1, le sacre final du PSG ne fait aucun doute. L'interrogation principale porte sur l'écart qui séparera Paris de son dauphin.. Lors de chaque match, tout autre résultat qu'une victoire sera analysé comme un échec. Plus que jamais, la pression deviendra le pain quotidien des coéquipiers d'Ibrahimovic. L'issue du championnat dépendra de leur capacité à la gérer.

Victor Patenôtre