Bastia-PSG
. | FRANCK FIFE / AFP

Paris s'est déjà envolé

Publié le , modifié le

La route vers le titre semble dégagée pour le PSG. Même si ce déplacement à Bastia à 17h, après la trêve internationale, apparaît compliqué, les Parisiens comptent déjà huit points d’avance sur Monaco, à onze rencontres de la fin de la saison. L’ASM veut tout de même rester au contact du leader, avec la réception de Sochaux ce soir. Quatre autres matchs sont programmés à 20h : Toulouse-Reims, Guingamp-Evian, Valenciennes-Rennes et Nantes-Ajaccio.

L’échappée belle. Avec autant d’avance sur son dauphin, Monaco, Laurent Blanc peut souffler. Et surtout gérer plus confortablement son effectif car avec la suite de la Ligue des champions et une finale de Coupe de la Ligue contre Lyon à l’horizon, Paris veut gravir les sommets. Bastia (9ème) est la première marche vers cette année dorée. Attention à la décompression après des matchs internationaux aux quatre coins du monde. « Il est toujours difficile de préparer un match alors que beaucoup de joueurs reviennent de sélection, prévient le gardien Sirigu. Beaucoup d’entre nous se sont déplacés, et on ne s’est donc pas encore entraîné tous ensemble. Le déplacement à Bastia sera donc encore plus difficile. Je pense qu’il faut se donner à 100% dès aujourd’hui pour préparer ce match. » Une question se pose à Laurent Blanc, qui ne pourra pas compter sur Cavani, pas encore de retour d’Uruguay après un passage dans son pays natal pour régler quelques affaires personnelles cette semaine. Doit-il titulariser Lucas, impressionnant contre l’OM (2-0) dimanche dernier, ou plutôt privilégier l’assurance de Lavezzi pour accompagner Ibrahimovic en attaque ?

Monaco est bien loin de ces préoccupations. Sans leur attaquant vedette Falcao, blessé jusqu’en fin de saison, les Asémistes se contenterait bien de valider leur deuxième place, derrière l’intouchable PSG. Les hommes de Claudio Ranieri accueillent une équipe de Sochaux (19ème) qui se remet à croire au maintien. « Tout le monde pense que Sochaux va descendre, mais moi je ne crois pas, avoue l’entraîneur italien. Cette équipe va se sauver, donc ça sera un match très compliqué pour nous. » Ranieri devra se passer des services d’Abdennour et d’Abidal. De retour à l’entraînement mercredi après un bref passage à l’hôpital, l’international français semble trop juste pour figurer dans le groupe monégasque.

Reims croit à l’Europe

Sans les mêmes moyens financiers que le club du Rocher, le Stade Rémois (7ème) réalise une très bonne deuxième saison dans l’élite. Avec un point de retard sur la cinquième place, le double finaliste de la Coupe des clubs champions (1956, 1959) se prend à rêver d’Europe. Les Champenois reçoivent Toulouse (10ème). Pas de tout repos car le TFC est invaincu à l’extérieur en Ligue 1 depuis une défaite à Lille (0-1) le 24 novembre dernier.

A défaut de suspens pour la course au titre, celle pour le maintien n’en manque pas. Evian (17ème) voit revenir Sochaux et Valenciennes à cinq points derrière. De quoi rendre périlleux ce déplacement à Guingamp (13ème). Surtout avec les remous en interne dans le club haut-savoyard. « Il y a une unité importante au sein du club, tempère l’entraineur Pascal Dupraz. Bon, pas de tout le monde, à tel point que je me demande pourquoi certaines personnes restent. » Le temps presse car VA (18ème) accueille Rennes (14ème), presque sauvé mais trop irrégulier pour aspirer à mieux. Ajaccio (20ème) ne prend plus part à cette lutte pour le maintien depuis longtemps. En déplacement à Nantes (15ème), les Corses espèrent néanmoins tirer partie de la crise chez les Canaris, interdits de recrutement pour les deux prochaines périodes de transferts. Une crise qui pourrait d’ailleurs plonger Nantes dans cette bataille pour sauver sa peau en Ligue 1.

Adrien Debargue