Nicolas Maurice-Belay (Bordeaux)
Nicolas Maurice-Belay (Bordeaux) | AFP - JEAN-PIERRE MULLER

Paris s'essoufle, Marseille confirme

Publié le , modifié le

Après six victoires de rang, le PSG, toujours leader de L1, a connu un coup d'arrêt, dimanche, en faisant match nul 1-1 à Bordeaux. De son côté, Lyon n’a pas digéré la Ligue des Champions. Après leur défaite (0-2) contre le Real Madrid les hommes de Rémi Garde ont encaissé un nouveau revers contre Sochaux (2-1). En revanche, Marseille va mieux après un troisième succès consécutif face à Nice (2-0).

Baisse de régime au PSG

Ils semblaient partis sur leur lancée. Presque inarrêtables après pas moins de six victoires consécutives. Mais les Parisiens n'ont pas été en mesure de poursuivre leur jolie série à l'issue de la 13e journée de L1. Un constat regrettable puisqu'en en cas de succès les joueurs d'Antoine Kombouaré, toujours leaders, auraient compté pas moins de cinq points d'avance sur Montpellier, leur premier poursuivant. Le PSG a pourtant ouvert le score grâce à Sissoko (10e), mais Gouffran a égalisé dans la foulée (13e), marquant ainsi son quatrième but en trois matches. Contrairement à leur dernières prestations, les joueurs de la capitale n'ont pas impressionné, à l'image d'un Pastore quasi transparent, et devront donc se ressaisir pour espérer conserver leur première place.

L’OL se démobilise

La 13e journée de championnat a viré au cauchemar pour l’OL. Le septuple champion de France a payé cash ses erreurs de début de rencontre contre les Lionceaux de Sochaux. Tout a commencé par un but gag contre son camp de Réveillère (10e) qui essayait de sauver un ballon détourné par Cissokho. Pris à froid, les Rhodaniens allaient pourtant très bien réagir quatre minutes plus tard par l’intermédiaire de la Lacazette, auteur de son premier but de la saison. Mais le stade Bonal n’allait définitivement pas sourire aux coéquipiers de Bafe Gomis. Juste avant la pause, Boudebouz se chargeait de transformer le pénalty qu’il avait lui-même obtenu, sa cinquième réalisation de la saison. Avec ce revers l’olympique lyonnais laisse filer de précieux points et reste au pied du podium, à six longueurs du PSG qui se déplace à Bordeaux ce soir. La preuve aussi, que la défaite sans contestation contre le Real Madrid (0-2) à Gerland est encore dans les mémoires.

Série inédite pour Marseille

Après un début de saison compliqué où les défaites (3) et les nuls (6) se sont enchaînés, Marseille a, semble-t-il, enfin sorti la tête de l’eau. Les troupes de Didier Deschamps ont en effet enchaîné un troisième succès de rang, dimanche, face à Nice. Les Aiglons se sont pourtant montrés dominateurs en première période, manquant à deux reprises l’ouverture du score. La frappe d’Abriel (17e) et tête de Mouloungui (29e) ont, heureusement pour les Phocéens, buté sur la transversale des cages de Mandanda. Sans doute refroidis, les Marseillais ont ensuite accentué leur pressing et cela s’est avéré payant. Lancé par Cheyrou, Rémy a centré au second poteau pour Ayew, esseulé, et ce dernier n’avait plus qu’à pousser le ballon dans les buts azuréens (1-0 à la 73e). Loin d’avoir dit leur dernier mot, les Aiglons ont bataillé jusqu’au coup de sifflet final. En vain. Et l’OM a finalement enfoncé le clou dans les arrêts de jeu grâce à un pénalty de Rémy sifflé pour une faute de Diakité sur Ayew dans la surface de réparation (2-0 à la 90e+6). Marseille s’impose donc 2-0 au Vélodrome et continue ainsi, doucement mais sûrement, sa remontée au classement. Nice devra, pour sa part, attendre encore un peu pour s’offrir son premier succès de la saison à l’extérieur.

Le pétard de Jouffre libère Lorient

Lorient a dû attendra l’heure de jeu pour débloquer la situation contre Ajaccio, lanterne rouge du championnat. Mais l’ouverture du score de Yann Jouffre valait l’attente ! Au départ de l’action, le numéro 8 servait Gilles Sunu côté droit qui temporisait avant de centrer en retrait.
Sans contrôle, Jouffre frappait du droit à 25 mètres pour placer une frappe imparable dans la lucarne d’Ochoa. En fin de match, Sunu, déjà passeur décisif, a assuré la victoire des Merlus en inscrivant le premier but de sa carrière en Ligue 1. Grâce à ce succès, les hommes de Christian Gourcuff remontent à la 7e place du classement avec 20 points.

La rechute brestoise

Après leur victoire 3-1 face à leur voisin lorientais le week-end dernier, les Brestois avaient retrouvé un peu le sourire. Mais la joie aura été de courte durée. En déplacement à Nancy, les hommes d’Alex Dupont n’ont pas réussi à confirmer en s’offrant un 2e succès cette saison. Face à des Lorrains pourtant peu flamboyants et en position de relégables, les Bretons ont balbutié leur football. Sans doute un peu sclérosés par la pression de la victoire. En seconde période, les locaux ont fini par ouvrir la marque grâce à un tir de Jo-Gook dévié par Lorenzi, celui-ci trompant du coup son propre gardien (1-0 à la 64e). Acculés, les Brestois sont parvenus à égaliser d’une frappe de Lesoimier en pleine lucarne (1-1 à la 85e). Malheureusement pour les Bretons, les Nancéiens ont trouvé une nouvelle fois les chemins des filets à deux minutes du coup de sifflet final. Après s’être défait de trois défenseurs brestois, Niculae a trompé victorieusement Cappone du pied gauche (2-1 à la 88e). Un coup dur pour Brest qui perd deux places au classement. De son côté, Nancy signe une 2e victoire encourageante mais qui ne lui permet toutefois pas de sortir de la zone rouge.

Valenciennes respire

Régulièrement englué dans la zone de relégation depuis le début de la saison, Valenciennes a réussi à s’en extirper, dimanche, à la faveur d’un match nul à Rennes (1-1). Un résultat plus que satisfaisant pour les troupes de Daniel Sanchez face à une des équipes prétendantes au podium. Si les Rennais ont ouvert le score grâce à une frappe enroulée de Kembo (1-0 à la 21e), les Nordistes n’ont pas mis bien longtemps à répliquer. Sur un corner, Gomis a profité d’un cafouillage dans la défense locale pour battre Costil de la tête (1-1 à la 29e). Deux frappes valenciennoises juste au-dessus de la transversale rennaise ont donné quelques frayeurs aux hommes de Frédéric Antonetti. Mais le score n’a plus évolué en dépit des efforts des deux camps. Si ce nul, le deuxième de rang, permet à Valenciennes de sortir de la zone de relégation, pour Rennes la désillusion est énorme. Et pour son public aussi puisque le club breton lui a offert, ce dimanche, un 4e nul de rang au stade de la Route de Lorient.

Bulot assure le show

Opposé à Dijon, avant-dernier de Ligue 1, Caen en a profité pour faire le plein de points et de buts lors de cette 13e journée. Face aux promus, les coéquipiers de Pierre-Alain Frau se sont imposés (3-0). Ils ont pu compter sur un Frédéric Bulot des grands soirs auteur d’un but et de deux passes décisives. C’est d’abord sur corner que le franco-gabonnais s’est illustré en servant à merveille Leca à la 36e min. En deuxième période (66e), c’est grâce à un but plein de sang froid que la recrue estivale a permis aux siens de se détacher. Six minutes plus tard, il parachevait la victoire des Nordistes en centrant victorieusement sur la tête de Frau. Caen profite du match nul de St-Etienne contre Montpellier pour grimper à la 9e place du classement, derrière l’OM.

Isabelle Trancoën