Paris, problèmes de banc

Paris, problèmes de banc

Publié le , modifié le

Tout va bien pour le Paris-Saint-Germain : flamboyant en Ligue des champions, leader facile du championnat, le club de la capitale accumule les bons résultats. Ce mercredi, face à Troyes, Unai Emery va avoir l’occasion de faire tourner son effectif… et redonner du temps de jeu à des remplaçants pas forcément heureux de leur sort.

Outre le trio d’attaque le plus cher du monde (Cavani, Neymar, Mbappé), Paris peut se targuer d’avoir un banc de remplaçants plutôt conséquent. Di Maria, Lucas, Pastore… Autant de joueurs habitués à être titulaires la saison passée, et qui désormais ne sont utilisés qu’à temps partiel par Unai Emery. Ce mercredi face au promu troyen, il va avoir la possibilité de ménager ses cadres habituels. "La concurrence est plus grande que l'année passée, et la performance aussi je crois", a-t-il reconnu dans l’habituelle conférence de presse d’avant-match, mardi.

Cette année, Unai Emery doit gérer un effectif dense en talent… et en ego. Du côté des joueurs désormais relégués au second plan, la mauvaise humeur est prégnante. Javier Pastore, entré en jeu face à Monaco dimanche, n’a pas hésité à se plaindre aux médias : "Je ne joue pas les matches importants comme en Ligue des champions (…) J'ai envie d'être au Mondial et si je ne joue pas, ça va être difficile qu'il m'appelle".

Les maux de Di Maria

Du côté de Di Maria, ce n’est pas non plus la grande joie : l’attaquant argentin a vu sa place de titulaire chipée par Mbappé. Le "Fideo" ne montre pas un très grand enthousiasme à l’échauffement, ou même sur les réseaux sociaux. La situation paraît encore plus compliquée du côté de Lucas, jeune papa. Le joueur brésilien n’a pas joué une seule minute de Ligue des Champions cette saison.

Unai Emery va devoir faire preuve d’habileté pour gérer ce vestiaire bourré d’egos. Pour l’heure, ses décisions tactiques ont payé : leader de son groupe en Ligue des Champions (avec en prime le record de buts marqués, 24), Paris compte également neuf points d’avance sur son dauphin en championnat. "Normalement, je maîtrise bien quand c'est le moment de parler avec les joueurs quand ils ne jouent plus, quand ils jouent moins…la porte est ouverte pour tous les joueurs qui veulent des explications, qu’ils jouent ou qu’ils ne jouent pas", a-t-il assuré en conférence de presse. La rencontre face à Troyes s’annonce donc importante pour les remplaçants qui souhaitent retrouver du temps de jeu.

francetv sport @francetvsport