Diarra (Ajaccio) et Jallet (PSG) en duel
Diarra (Ajaccio) et Jallet (PSG) en duel | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Paris ne va pas mieux

Publié le , modifié le

Le début de saison du PSG est très poussif. Après son nul initial face à Lorient (2-2), Paris n'a pu faire mieux que ramener un point d'Ajaccio (0-0). La faute à un fond de jeu inexistant et à des Corses tonitruants. Le PSG a terminé la rencontre à dix après l'exclusion de Lavezzi (60e). Carlo Ancelotti a lui aussi reçu un carton rouge, sévère, en fin de match, avant la panne des projecteurs du stade François-Coty.

La furia des voisins bastiais serait-elle contagieuse? Le parfum de la victoire du Sporting sur Reims (2-1) a fleuré bon jusqu'au sud de l'Ile de Beauté. Dans un stade François-Coty plein comme un œuf, l'AC Ajaccio rêvait de frapper encore plus fort face à l'ogre parisien. Mais face à un ogre, la faim ne suffit pas. Endormi sur ses suffisances, le PSG a cherché la maîtrise pendant près d'une demi-heure. Très approximatif, Paris a surtout défendu. Pressé par un ACA gonflé à bloc, le ballon brûlait les pieds. La pause boisson permettait à Carlo Ancelotti de remettre ses joueurs dans le sens du jeu. Il fallait se montrer plus patient pour créer des décalages. Plus précis aussi. Pastore avait bien compris les consignes et trouvait Nene, isolé à droite, d'une superbe transversale. Le Brésilien servait Menez à six mètres du but. Il fallait une énorme parade d'Ochoa pour éviter l'ouverture du score parisienne (27e). Voilà qui ne va pas arranger la situation de Menez, déjà très maladroit devant le but contre Lorient. Cette action soulageait le PSG mais ne le libérait pas totalement, d'autant qu'Ajaccio continuait d'exercer son pressing sur les relanceurs. L'ACA avait laissé passer sa chance en début de match sur centre dévié qui file au deuxième poteau pour Diarra. Sirigu sortait très vite pour contrer l'attaquant corse (9e). En fin de première mi-temps, c'est Chantôme qui avait la balle de but de la tête mais le portier corse était encore bien placé.

Lavezzi et Ancelotti exclus !

Ajaccio suivait son plan de jeu à la lettre. Comme au coup d'envoi, les Corses bousculaient le PSG dès la reprise. Paris tenait bon mais la menace s'était rapprochée. Diawara était trop court sur un coup franc (53e). Dans la minute suivante, Eduardo trouvait le poteau après une grossière erreur de relance de Sakho devant Pierazzi (54e). Dernier rempart, Sirigu avait effleuré le cuir du Brésilien. Les affaires parisiennes ne s'arrangeaient pas quand Lavezzi était exclu pour une intervention musclée sur André (60e). Les deux pieds décollés, l'Argentin était plus maladroit que violent mais le mal était fait pour les deux ou trois prochains matches. Avec une demi-heure à jouer, Paris se recroquevillait dans son camp. Ajaccio n'y trouvait pas son compte. Le PSG avait lui quelques contres à négocier. Sur l'un d'eux, Gameiro frappait dans les gants d'Ochoa (77e). Sur son banc, Carlo Ancelotti perdait un moment son flegme quand il pensait voir une faute sur Pastore. Le technicien tapait dans une bouteille au sol et était exclu du match (80e). Sale soirée pour les Parisiens qui se consoleront en ramenant un point de Corse. Dans les arrêts de jeu, les projecteurs de François-Coty tombaient en panne. C'était à l'image d'un match laborieux et sans lumière.