Paris laisse passer sa chance

Paris laisse passer sa chance

Publié le , modifié le

Au Parc des Princes, le PSG a manqué l’occasion de reprendre la tête du championnat en concédant le nul contre Lille (0-0). Un point qui permet aux hommes d’Antoine Kombouaré de revenir au niveau de Montpellier avec 37 points, mais une différence de buts moindre. Lille est 3e et reste sur une série de 16 matchs sans défaite en L1.

La pluie a longtemps refroidi les ardeurs des 22 acteurs. Au sommet du Parc des Princes, l’immense banderole "Ici c’est Paris" a tardé à prendre des couleurs. Il a fallu attendre la seconde période pour véritablement voir la partie s’emballer. Le PSG a bien essayé de laisser l’offensive. Trop tard, vraisemblablement, et les Franciliens n’ont pas réussi à percer la défense lilloise dans ce match au sommet de la 18e journée de Ligue 1 (0-0).

Le faux-pas de Montpellier contre Toulouse n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd du côté du PSG. Pourtant le match a pris du temps à réellement débuter. En première mi-temps, la première véritable occasion était à mettre au crédit de Kevin Gameiro (20e). Idéalement servi par une louche de Pastore, l’ancien lorientais manquait pourtant le but qui s’offrait à lui. Voilà en quelques mots le résumé des quarante cinq premières minutes d’une rencontre fermée et pas franchement divertissante.

Premier tir cadré lillois... à la 60e !

En début de seconde période, dans un match toujours aussi haché de fautes techniques, l’Argentin Javier, bien décalé par Bodmer manquait le cadre de Landreau. Une première offensive (48e) qui allait donner le ton de la suite de la rencontre. Les Parisiens, plus entreprenant allaient se ruer vers l’avant pour menacer la cage du potier Lillois. Des velléités de buts souvent entachées par un dernier geste imprécis. Incompréhension entre Nene et Gameiro (53e) ou mauvais centre de Menez (74e)… A l’heure de jeu, Lille trouvait le cadre pour la première fois par l’intermédiaire de Mathieu Debuchy. Mais sa tête était finalement bien boxée par Sirigu. Du côté du champion de France on a bien tenté en fin de match de forcer la décision sur des frappes lointaines mais ni Guye (75e) ni Béria (80e) ou Jelen (90+2) n’ont trouvé la faille.

Les 2e et 3e du championnat de France se séparent donc sur un score nul et laissent les rênes de le la Ligue 1 aux Montpelliérains. Il faudra attendre la prochaine journée (mardi et mercredi) pour savoir qui sera sacré champion d’automne.

Vincent Fossiez @VincentFossiez