La joie d'Edinson Cavani
L'attaquant et buteur uruguayen du PSG, Edinson Cavani | AFP - DIMITAR DILKOFF

Paris, gare au piège

Publié le , modifié le

Paris se déplace à Nancy pour la reprise du championnat. Les hommes d'Unai Emery, fébriles en ce début de saison, n'ont pas le droit à l'erreur face à des Nancéens qui n'ont rien à perdre. Gare au piège...

Paris, troisième du championnat avec 16 points, ne connaît pas le même début de saison de l’an passé, où les coéquipiers de Kévin Trapp survolaient alors la Ligue 1, enchaînant les statistiques hallucinantes et les matches facilement gagnés. Mais les Parisiens restent tout de même sur le podium du championnat, à une distance respectable (et facilement rattrapable) de Nice et Monaco. Unai Emery et ses recrues commencent tout juste à trouver leurs marques, et le résultat commençait à se faire sentir juste avant la trêve internationale. L’entraineur espagnol vient de franchir le cap des 100 jours à la tête du PSG, et n’a désormais plus droit à l’erreur.

Avec deux défaites en huit matches, du jamais vu depuis les débuts de l’ère qatarie, Paris doit à tout prix se ressaisir et reprendre le leadership qui était le sien. Quand on fait les comptes, les statistiques d’Emery ne sont pas tant que ça différentes de celles de Laurent Blanc. En huit rencontres, l’ancien entraîneur sévillan a empoché seulement deux points de moins que son prédécesseur (16 contre 18), encaissé deux buts de plus (6 contre 4). En revanche, le PSG version Emery a marqué 5 buts de plus (17 contre 12).

"On se prépare à faire un coup"

La rencontre devrait être à sens unique à Nancy ; les Lorrains sont actuellement la lanterne rouge de la Ligue 1, avec seulement une victoire et trois buts marqués (contre cinq défaites) depuis le début de la saison. C’est simple, ils n’ont plus gagné depuis le 10 septembre dernier, face à Lorient. Depuis, rien, le néant, et le plongeon vers la zone de relégation.

Pablo Correa croit tout de même que ses hommes peuvent tendre un piège aux Parisiens. Le technicien nancéen est conscient que le potentiel de ses joueurs est inférieur à celui de ses adversaires : « à la base, Paris nous est largement supérieur. Le football est tellement capable d'écrire des choses différentes de la logique qu'on s'accroche à cela », a-t-il indiqué lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. Néanmoins, il sait que Paris, qui cherche encore son rythme et une organisation de jeu stable, est plus prenable maintenant que les mois prochains… « On se prépare à faire un coup. On sait pertinemment que cela va être difficile, qu'on a une montagne devant nous. Mais on ne veut pas tomber dans cette facilité qui consisterait à ne même pas jouer le match. On sait que l'équipe en face est plus talentueuse que la nôtre. Mais... nous on veut faire jouer ce "mais" là et dire qu'il y a toujours la possibilité d'équilibrer quelque chose sur le terrain. »

Une victoire permettrait à Nancy de stopper sa mauvaise série, mais face aux Parisiens, bien que plus fébriles et prenables que les précédentes saisons, cela semble bien compliqué…