Blaise Matuidi Lossemy Karaboué PSG Nancy
Blaise Matuidi (PSG) devance Lossemy Karaboué (Nancy). | JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Paris froid comme une lame

Publié le , modifié le

La machine parisienne continue d'engranger sa moisson sur les pelouses de Ligue 1. Sur le synthétique de Nancy, Paris a gardé la tête froide et s'est imposé 1-0 grâce au pied gauche d'Ibrahimovic. Vainqueur de Brest 3-1, Toulouse est son nouveau dauphin provisoire en attendant OM-OL dimanche. Montpellier s'est remis de son échec en C1 par un succès sur Nice 3-1. Nul 1-1 dans le derby champenois Reims - Troyes. Sochaux-Evian a été reporté en raison de la neige.

PSG s'échappe

Le froid s'abat sur la France et c'est Paris qui enrhume un peu plus Nancy. Le sort est cruel pour les Lorrains qui avaient attaqué par une frappe sur le poteau de Moukandjo, mais le PSG a fini par concrétiser ses occasions. Ndy Assembé a plusieurs fois retardé l'échéance jusqu'à ce tir du gauche de Zlatan Ibrahimovic (75e). Nancy n'a pas abdiqué mais Sirigu a sauvé Paris sur un coup franc de Grange (89e). Le PSG attend désormais sereinement le choc entre ses rivaux marseillais et lyonnais qui pointent provisoirement à 3 et 4 points.

Toulouse le dauphin

En attendant le choc OM-OL de dimanche, Toulouse n'a pas manqué l'occasion de grimper sur la deuxième marche du classement. Face à Brest, le TFC s'est reposé sur ses cadres. Deux buts de Ben Yedder (30e) et Capoue (40e) ont mis les Violets sur les rails. Les Bretons se sont accrochés à l'espoir de ramener leur premier point en déplacement. Lesoimier l'a concrétisé (75e) mais Toulouse a tenu bon jusqu'au temps additionnel où Regattin a soulagé le Téfécé (3-1).

Troyes aime son voisin

Pour cette revanche des 16e de finale de la Coupe de la ligue (victoire 2-1 de l'Estac à Reims), il aurait fallu disputer les prolongations car les deux équipes se sont neutralisées. Reims avait ouvert le score par Mandi (28e) mais Troyes est revenu au score grâce à Camus (63e). Les Aubois sont toujours 19e mais leurs quatre points en deux journées sont un motif d'espoir de maintien.

Montpellier trouve la clé

La frustration européenne des hommes de René Girard a été parfaitement évacuée. Nice en a fait les frais à la Mosson en repartant avec une défaite 3-1. Tout s'est déroulé en deuxième période avec trois buts signés Camara (53e), Utaka (64e) et Civelli (67e csc). Le champion de France ne passera pas une soirée complète car Bocaly a été exclu en fin de match (90e). Nice en a profité pour sauver l'honneur sur un penalty de Cvitanich (90e+2).

Sochaux – Evian sous la neige

La rencontre entre Sochaux et Evian a été reportée à une date ultérieurs en raison de la neige qui tombe dans le Doubs et rend impraticable le terrain sochalien. "En raison des fortes chutes de neige, le match Sochaux-Evian a été reporté à une date ultérieure qui sera fixée par la Commission des Compétitions de la LFP", a expliqué la LFP dans son communiqué. Vendredi, la rencontre de la 12e journée de L2 entre Ajaccio et Niort avait également été reportée en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur la Corse.

Réactions

Jean Fernandez (entraîneur de Nancy): "J'y ai cru au vu de la première période. C'est là qu'on a perdu le match. On a une frappe sur le poteau, ça ne rentre pas, ils ont une frappe sur le poteau, ça rentre. En deuxième période, ils ont rééquilibré leur équipe, ils avaient plus de densité au milieu et nous ont posé plus de problèmes. Je ne dis pas qu'on méritait de le gagner mais on ne méritait pas de le perdre non plus. Mais on a du mal à concrétiser et je pense qu'il y avait penalty pour nous en première période."

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG): "Merci Ibra. C'est un joueur fantastique et au fil des matches, il va améliorer le caractère et la personnalité de l'équipe et va l'aider à gagner. La deuxième période était meilleure pour nous. On a joué avec plus d'intensité. Les entrées de Bodmer et de Rabiot ont donné plus de sécurité à l'équipe et nous avons mérité de gagner. La première période était difficile, Nancy a mis plus d'intensité dans le match. On a commencé avec un problème à droite parce que Pastore n'a pas l'habitude de jouer au milieu de terrain. Une fois replacé derrière les attaquants, l'équipe a été plus en place. Ménez a perdu un peu de confiance après sa première occasion, ensuite il a cherché à faire des choses difficiles. On n'avait pas l'habitude de jouer sur une pelouse synthétique. On avait perdu ici la saison passée et c'est une victoire importante pour nous. (A propos du 8e de finale de Coupe de la Ligue contre Marseille, mercredi) Je n'ai pas l'intention de faire beaucoup de changements."

Hubert Fournier (entraîneur de Reims): "On peut être déçu de n'avoir pas su réitérer la qualité de notre première période en deuxième. Sans tomber dans la psychose, le scénario se reproduit depuis plusieurs matches: notre retour des vestiaires ne se passe pas bien et on laisse revenir l'adversaire dans le match. Et là, après l'égalisation, on n'a pas réussi à reprendre le dessus pour gagner comme contre Nice (3-1 le 6 octobre, ndlr). La deuxième période, c'était un peu fou-fou. Les deux équipes auraient pu gagner, donc le match nul est logique. C'est un point de perdu par rapport à la première période, mais par rapport à la seconde, c'est presque un point de gagné. Je n'ai pas vu si Ghilas était hors-jeu sur son but. Mais bravo au corps arbitral s'il l'était, parce que je n'aurais pas aimé gagner ce match sur un but non valable".

Jean-Marc Furlan (entraîneur de Troyes): "C'est un bon résultat. On sait que tout le monde laisse des plumes dans un derby. On a vu une équipe de Reims en pleine confiance en première période. C'était logique de repartir mené aux vestiaires. Mais je suis très fier de mes joueurs qui ont su revenir. Ils cherchent la confiance et la trouvent. Ils ont encore fait preuve de beaucoup de générosité. En deuxième période, nous avons eu les occasions, c'est vrai, pour gagner. Mais la fin de match a été difficile. Reims sait gagner en fin de match, il a fallu nous montrer solides jusqu'au bout. Notre équipe fait une belle performance. Reims restait sur quatre victoires de suite sur leur pelouse, c'est un gros challenge de réussir à prendre un point ici. Et c'est notre premier point à l'extérieur. Cette soirée est positive, même si mes joueurs, compte tenu de la deuxième période, doivent se dirent qu'ils auraient aussi pu gagner".

René Girard (entraîneur de Montpellier): "Il était important de concrétiser dans un match plus que correct où l'on a été présent du début à la fin. Ce match n'était pas évident à gérer après notre match en Coupe d'Europe. Les garçons ont montré que l'on pouvait avoir quelques points de plus, ce que l'on peut regretter. Ces trois points font du bien surtout pour le mental. C'est toujours bien de réapprendre à gagner, d'autant que l'on n'avait pas gagné à la maison cette saison. On est dans un monde où il faut que cela aille vite. On a fait le dos rond alors que l'on traverse un mauvais passage. Ce n'est pas parce que nous avons gagné 3-1 que tout est arrivé. Ce match est plus dans logique de ce que l'on peut faire. Pourquoi vouliez-vous que l'on parle d'urgence après neuf journées ? Il est sûr qu'il fallait prendre des points pour être plus sereins. Urgence, je le regarde à la télé. Ce n'était pas un match facile notamment sur les coups de pied arrêtés où Nice a deux grands qui mettent le boxon en défense. On a fait un match correct en défense, car on ne peut pas dire que l'on ait été très souvent en danger. Mis à part le penalty, Nice n'a pas eu trop d'occasions. Au niveau du bloc-équipe, nous avons été costauds. Et nous nous sommes créés pas mal d'occasions".

Claude Puel (entraîneur de Nice): "On a fait un bon début, avec vingt cinq minutes intéressantes de notre part. Ensuite, on est tombés dans l'à peu près et on a manqué de simplicité. On est bien reparti en seconde période. Mais on a eu un couac et on a relancé l'équipe de Montpellier. On semblait maîtriser les débats et on pouvait prétendre à mieux. Cela fait mal. On donne des opportunités et des ballons. Il est ensuite difficile de pouvoir intervenir sur ces cadeaux. On va revenir à la maison avec pas mal de frustration. A nous de relever la tête et d'évacuer très vite tout ça. On a la chance de pouvoir enchaîner très vite en Coupe. Cela n'exonère pas nos erreurs qui ont offert trois points à Montpellier, alors que l'on avait le match en mains".

Landry Chauvin (entraîneur de Brest): "C'est quand même dommage de passer autant de temps à préparer des matches et se saborder de la sorte. Nous avons été trop défaillants dans tous les domaines pour rivaliser avec une équipe qui est en pleine euphorie. Nous avons eu une réaction en seconde mi-temps mais c'est insuffisant. Il y a beaucoup de colère car j'ai l'impression que l'on n'avance pas. Nous ne pourrons pas survivre en L1 en ayant ce genre de comportement à l'extèrieur. C'est mental et il faut y remédier car le championnat est loin d'être terminé".

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): "Sur l'ensemble du match la victoire est amplement méritée. On s'est un peu arrêté de jouer en seconde mi-temps mais je ne veux pas insister sur le négatif car nous avions fait une excellente première mi-temps. On s'est rendu le match facile en ouvrant le score. Wissam Ben Yedder a mis un but extraordinaire mais il a aussi beaucoup apporté dans le jeu. Une fois de plus c'est lui qui nous débloque le match en apportant beaucoup à l'équipe. Vous donnerez la signification que vous voulez au fait qu'il m'ait serré la main après son but (sourires). J'ai un groupe qui me plaît. Cette place sur le podium est anecdotique, je le répète. C'est très bien et il faut retenir ce bon début de saison mais il ne faut pas voir plus loin que ça. Il n'y a aucune conclusion à tirer de cette place à la 10e journée. Il va falloir confirmer".