Paris et Bordeaux se réveillent

Paris et Bordeaux se réveillent

Publié le , modifié le

Après trois défaites de suite, le Paris Saint-Germain a repris goût à la victoire en dominant Auxerre 3-2 au Parc des Princes. N'en déplaise à ses détracteurs, Antoine Kombouaré peut se satisfaire de la performance de ses joueurs, qui se repositionnent en deuxième position, derrière Montpellier. Cette 16e journée a été également l'occasion pour Bordeaux de confirmer son retour en forme, en battant (2-0) une équipe de Nancy qui s'enfonce dans le bas de tableau.

Paris S-G – Auxerre (3-2): La 600e victoire du PSG en L1

Bien plus remuants que contre l’OM, les Parisiens ont tenté de prendre le jeu à leur compte devant un public du Parc des Princes inquiet. Inquiet, l’était aussi Antoine Kombouaré, conscient qu’il peu à tout moment quitter ses fonctions d’entraîneur. Après trois défaites d’affilée toutes compétitions confondues, le PSG se devait montrer un autre visage. Mais en face, l’AJA a fait bloc, et mis à part quelques incursions parisiennes dans la surface adverse, les Parisiens n’ont jamais réellement porté le danger sur les cages de Sorin. Nene a une nouvelle fois tenté d’accélérer le jeu, mais en vain et ses coéquipiers se sont même faits peur sur les rapides contres auxerrois, à l’image d’une action qui se concluait par une bonne frappe d’Oliech (10e). Mais les actions franches se comptaient à peine sur les doigts d’une main, et les 22 acteurs regagnaient les vestiaires sous quelques sifflets.

En début de deuxième période, les Parisiens avaient clairement haussé le rythme, se trouvaient bien mieux, et après deux minutes, sur un centre de Ménez, Pastore se mélangeait un peu les crayons et ratait sa reprise alors qu’il était seul devant le dernier rempart bourguignon (47e). Une minute plus tard, Sorin était une fois encore tout heureux de ne pas voir Paris marquer, mais Nene ratait à son tour l’immanquable. C’était finalement sur une frappe lourde de Jalet que le PSG ouvrait le score (52e, 1-0). Mais l’AJA ne lâchait rien, et sur un énième contre mené tambour battant, Oliech égalisait sept minutes plus tard (59e, 2-0). Dix minutes plus tard, une tête de Le Tallec manquait de peu le cadre pour l’AJA, mais finalement un centre de Nene trouvait Ménez qui reprenait de volée et donnait l’avantage aux Parisiens (76e, 2-1). Et peu après, Nene qui réussissait un grand pont était bousculé dans la surface. Le Brésilien se faisait justice sur ce pénalty et assurait le succès du PSG (3-1, 80e). Un coup franc de Dudka qui fusillait Sirigu ne changeait pas grand-chose (87e, 3-2) et Paris l’emportait logiquement pour signer sa 600e victoire en L1.

Bordeaux-Nancy (2-0): Les Girondins enchaînent à domicile !

Les Girondins avaient à cœur de confirmer leur récente performance, à l’image d’un Gouffran auteur de cinq buts lors des cinq derniers matches. Face à une formation nancéenne dos au mur, Bordeaux a rapidement, très rapidement montré sa volonté de s’imposer. C’est en effet sur le coup d’envoi que l’équipe girondine a ouvert le score, après une première frappe de Bellion détournée sur le poteau par Ndy Asembé, et repris aussitôt par Plasil, pour un but inscrit après seulement 16 secondes. Il battait ainsi de trois secondes celui inscrit par le Marseillais Rémy face à Dijon, fin octobre. Ce but permettait à Bordeaux de prendre un ascendant sur l’ASNL qui était tout heureux de ne compter qu’un but de retard à la pause.

Mais la logique l’emportait et sur un corner tiré au millimètre, Henrique trompait N’Dy Assembé de la tête. Menant 2-0 après 51 minutes, surtout face à une équipe lorraine bien trop tendre pour pouvoir prétendre renverser la tendance, Bordeaux tenait le score et remportait une deuxième victoire de la saison à domicile, après celle réussie lors de la journée précédente. Surprenants vainqueurs du PSG, les hommes de Jean Fernandez sont retombés dans leurs travers et encaissent à Bordeaux une deuxième défaite après celle contre Dijon. Les Lorrains enregistrent une sixième défaite en huit déplacements et s’enfonce doucement mais sûrement dans les profondeurs du classement. A contrario, cette victoire donne du baume au cœur des Girondins qui doivent se rendre la semaine prochaine à Marseille.

Romain Bonte