PSG Kevin Gameiro 072011
L'attaquant parisien Kevin Gameiro | AFP - Francisco Leong

Paris en progrès

Publié le , modifié le

Le PSG a concédé le nul sur la pelouse de Rennes (1-1) lors de la deuxième journée de Ligue 1 malgré l'ouverture du score de Kevin Gameiro. Un résultat heureux, tant les Parisiens ont été dominé durant la rencontre. Dans les autres matchs de la soirée, Lyon a été accroché sur sa pelouse par Ajaccio (1-1) tandis que Caen a dominé Sochaux (1-2). Bordeaux, a dix contre onze, a arraché le nul contre Lorient (1-1) alors que Valenciennes et Brest se sont accrochés (0-0).

L'affiche : Rennes (0-1) Paris

Dure dure cette entame de saison pour les Parisiens. Attendus par ses supporteurs et nombre d'observateurs après son Mercato XXL, le club de la Capitale, en manque de repères, n'a pas eu l'occasion de prendre son rythme. Après une journée d'ouverture délicate au Parc des Princes contre Lorient, sa bête noire à domicile, c'est contre leur pire ennemi à l'extérieur, Rennes, que les joueurs d'Antoine Kombouaré ont dû faire leur preuve. Problème, la formation bretonne a commencé la saison tambour battant en étrillant Dijon (5-1). Pire, le PSG ne s'est plus imposé au stade la route de Lorient 2002. De quoi en faire sa véritable bête noire. La tendance s'est confirmée ce samedi.

Malgré de meilleures intentions que face à Lorient, le PSG a souffert. C'est d'ailleurs Boukari à la 16e min qui était tout près d'ouvrir la marque, sur un ballon bien détourné par Sirigu. Les hommes d'Antoine Kombouaré allaient ensuite connaitre deux coups du sport avec les sorties sur blessure de Sako (ischio-jambiers) et Jallet. Avec un groupe déséquilibré, le PSG pourra remercier son nouveau sauveur Sirigu, déterminant sur sa ligne. Des sauvetages qui ont fait la différence. Tant et si bien que Paris allait prendre le contrôle de la rencontre. A la 72e min, Jérémy Menez centrait parfaitement en retrait pour Kevin Gameiro qui alignait Costil du plat du pied. Dominés durant la rencontre, les joueurs de la capitale ont fait preuve d'un rare réalisme. Grand bien leur en a pris puisqu'en fin de match, Pitrojpa, la révélation rennaise allait remettre les deux équipes à égalité. A Paris, la crise a peut-être été évitée, mais il faudra laisser du temps pour permettre à ce collectif de s'exprimer pleinement. Une chose est sûre, Sirigu a marqué des points.

Le chiffre : Caen invaincu depuis neuf matchs

Déjà tombeur la semaine dernière de Valenciennes (1-0), Caen a une fois de plus signé une belle performance en dominant (2-1) Sochaux sur sa pelouse. Les Lionceaux ont concédé l'ouverture du score dès la 14e min sur un but de Hamouma avant que Frau, face à son ancien club, vienne alourdir la marque à la 65e min. Au passage, l'ancien sochalien inscrivait son 79e but en Ligue. Un but qu'il eut la courtoisie de ne pas célébrer. Malgré la réduction du score de Boudebouz en fin de rencontre, Caen allait obtenir une deuxième victoire cette saison et fait ainsi perdurer sa série d'invincibilité. A cheval sur les deux dernières saisons, les Nordistes restent sur neuf matchs sans défaite.

La première : Umut Bulut (Toulouse)

L'attaquant turc de Toulouse, Umut Bulut a inscris sa première réalisation de la saison face à Dijon. Sur une pelouse lamentable à cause d'une erreur des jardiniers, les joueurs de la ville rose allaient inscrire un deuxième but, grâce à un pénalty de Machado. Le club promu, quant à lui, concède une seconde défaite cette saison après son humiliation en match d'ouverture contre Rennes (5-1). La saison s'annonce longue…

Le carton rouge : Sertic (Bordeaux)

Le défenseur bordelais, Grégory Sertic, a scellé le sort de son équipe en écopant d'un deuxième carton jaune à la 79e min. La sanction n'allait pas tarder à tomber pour les hommes de Gillot qui concédaient un but deux minutes plus tard sur une belle frappe à l'extérieur de la surface de Jouffre. Il allait falloir un petit miracle d'Henrique sur un coup franc de Plasil en fin de rencontre pour permettre aux Girondins d'arracher le nul.Le premier point de leur saison.

La mauvaise opération : Lyon (1-1) Ajaccio

Alors qu'on pensait les avoir retrouvés la semaine dernière après leur succès (3-1) contre Nice, les Lyonnais ont affiché d'étonnantes lacunes ce samedi contre Ajaccio. A la peine dans le dernier geste (dont un poteau de Lisandro), les hommes de Rémi Garde se sont fait surprendre à l'heure de jeu par un but de Sammaritano. Un but contre le cours du jeu, sur un service de Kinkela. Heureusement pour le président Aulas, Pjanic allait déposer un centre parfait sur la tête de Lisandro.Un moindre mal.

La déclaration : "Immérité de perdre ce match" ( Antonetti)

Frédéric Antonetti (entraîneur de Rennes) : "Ca aurait vraiment été  immérité de perdre ce match. On aurait mérité de gagner sur l'ensemble du  match. On est tombé sur un gardien qui a fait des arrêts déterminants. C'était  un beau match de première division avec deux équipes qui se craignaient au  départ puis un beau spectacle. On aurait pu et dû l'emporter car on a eu plus  de situations chaudes. Le fait de revenir dans le match c'est très important."