David Beckham
David Beckham, porté en triomphe par les joueurs du PSG lors du titre en 2013 | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Paris en liesse, Sainté pas en reste

Publié le , modifié le

Tout juste sacré champion de France, le PSG s'est fait plaisir pour sa dernière sortie au Parc des Princes en battant Brest (3-1) lors de la 37e journée de Ligue 1. Lille, de son côté, n’a pu faire mieux qu’un match nul et vierge face à Montpellier et voit la C1 s’éloigner sérieusement, contrairement à Saint-Etienne, victorieux de Marseille (2-0) et qui pointe à une longueur du podium.

La fête aura donc été totale. Auréolé de son troisième titre de champion de France le week-end dernier à Lyon, Paris s’est régalé devant son public face à des Brestois inoffensifs. Carlo Ancelotti, qui avait choisi de confier le brassard de capitaine à David Beckham pour le dernier match de sa carrière, a également pu offrir du temps de temps à ceux qui n’en n’avaient pas eu cette saison, tel que Siaka Tiené, titulaire, ou Alphonse Aréola, le jeune gardien formé au club et lancé dans le grand bain à la mi-temps.

Les larmes de Beckham

Il n’y aura donc jamais vraiment eu de match entre un PSG de gala, mis sur orbite dès la 5e minute par un but de l’inévitable Ibrahimovic, et Brest, lanterne rouge de Ligue 1 et qui vient de concéder sa 10e défaite d’affilée… Les Parisiens, maquillés aux couleurs parisiennes pour l’occasion, ont donc récité tranquillement leur partition, acclamés par un public chauffé à blanc. Auteur d’un doublé, Zlatan en a profité pour gonfler ses statistiques et porter son total à 29 réalisations, pendant que Matuidi se mêlait à la fête en reprenant victorieusement – et avec pas mal de réussite – un corner de Beckham.

Beckham, justement, aura été au centre d’un concentré d’émotion à la 80ème minute. Alors que Lavezzi s’apprête à le remplacer, la légende anglaise fond en larme, conscient qu’il dispute ses dernières secondes de football professionnel. En pleurs, David Beckham est chaudement félicité par chacun de ses coéquipiers, qui l’enlacent au milieu du terrain. Même Nasser laisse couler quelques larmes. Du coup, la réduction du score de Benschop, intervenu juste avant la sortie de Beckham, en devient presque anecdotique tant le Parc était focalisé sur la sortie de l’ancien joueur de Manchester United. 

Saint-Etienne - Marseille

Si Paris a célébré son titre comme il se doit, Saint-Etienne a également de quoi se réjouir. Victorieux de Marseille à domicile grâce à des buts de Perrin et Brandao, les Verts se sont relancés dans la course à la Ligue des Champions en revenant à un point de la 3e place occupée par Lyon, qui se déplace à Nice demain. Dominateurs, les hommes de Christophe Galtier auront peut-être profité du relâchement logique des Phocéens suite à leur qualification directe pour la C1 décrochée le week-end dernier. 

Saint-Etienne, qui n'avait gagné aucun de ses trois derniers matches en championnat, était sixième au coup d'envoi. Toutefois, se classer au moins au quatrième rang leur permettrait de  s'épargner, au coeur de l'été, un tour préliminaire de Ligue Europa, épreuve  pour laquelle ils sont déjà qualifiés après leur titre en Coupe de la Ligue. Le dernier déplacement samedi prochain à Lille, actuel 5e à une longueur  des Verts, aura donc son importance pour l'ASSE.

Dans l'ensemble, les Verts ont été les plus entreprenants en première  période au cours de la quelle ils ont eu les meilleures occasions.  De son côté, l'OM, assuré de la 2e place et pour qui la défaite n'a aucune  incidence au classement, n'a peut être pas mis autant d'impact que s'il y avait  eu un réel enjeu. Néanmoins, Marseille aurait pu marquer sur une tentative de Mathieu  Valbuena passant au-dessus (28e) alors que Stéphane Ruffier repoussait du pied  un tir de Jacques-Alayxis Romao (39e). En fin de partie, Valbuena trouvait le poteau sur une action dans la  surface (84e) alors que Ruffier s'interposait devant Jordan Ayew (87e) et Modou  Sougou après un coup franc de Valbuena (89e).

Montpellier - Lille

Tenu en échec à la Mosson (0-0) par une équipe de Montpellier accrocheuse, Lille a manqué l'occasion de mettre la pression sur Lyon et pourrait voir ses espoirs de qualifications en C1 définitivement enterrés en cas de victoire des Gones demain. 


Montpellier a offert un bon match à défaut d'une victoire à son entraîneur  René Girard, au contrat non renouvelé par le président Louis Nicollin, pour ses  adieux à la Mosson au bout d'un mandat de quatre ans (2009-2013). Le champion de France en titre remonte à la 8e place grâce à ce nul  regrettable au regard de sa nette domination. L'ancien sélectionneur des Espoirs a salué le public de la Mosson par un  tour d'honneur à la fin de la rencontre, avant d'être porté par ses joueurs à  la sortie du terrain.

Victor Patenôtre