Le Brésilien Nene attend son heure à Paris
Le Brésilien Nene attend son heure à Paris | AFP -KENZO TRIBOUILLARD

Paris déjà sous pression

Publié le , modifié le

Le Paris SG, qui a concédé le nul à domicile contre Lorient (2-2) samedi dernier, doit lancer sa saison à Ajaccio dimanche pour éviter railleries et critiques, dans le cadre de la 2e journée de Ligue 1. Vainqueurs en ouverture à l'extérieur, Bordeaux et Marseille espèrent faire aussi bien au cours de leur première à domicile respectivement face à Rennes et Sochaux.

Le PSG est déjà dans une forme d'urgence. Annoncé comme la favori intouchable de la Ligue 1 par la vox populi et la sphère médiatique et sportive, le club de la capitale doit présenter un visage bien plus sûr et solide que celui de la première mi-temps catastrophique contre Lorient samedi dernier (les Merlus menaient 2 à 0 à la pause). "On joue tous les matches pour les gagner, c'est normal avec notre statut", a prévenu le milieu de terrain Clément Chantôme jeudi en conférence de presse. Les Parisiens se mettent une pression qui n'est pas encore positive.

"Ibra" diminué mais présent

Face à Lorient, la défense parisienne avait complètement déjoué et le milieu de terrain avait affiché un manque de combativité inquiétant compte du niveau d'engagement en Ligue 1. Même si Ibrahimovic sera sur la pelouse ou pas loin, il ne revêtira pas toujours les habits de sauveur. L'attaquant suédois est en outre touché à une cheville suite à la première journée. Quoi qu'il en soit, l'alchimie entre les anciens et les nouveaux venus, précédés par leur réputation de stars, risque de ne pas prendre tout de suite. "Ça va forcément prendre un peu de temps", selon Clément Chantôme. "On a vu contre Lorient que la première mi-temps était un peu décevante parce qu'on n'arrivait pas à se trouver sur le terrain".

Ce match est un choc entre deux mondes dans cette L1, entre le modeste club corse aux 20 millions d'euros de budget (soit le total du coût du travail annuel d'"Ibra") et le PSG des Qataris qui a dépensé plus de 130 millions d'euros au seul mercato d'été. Sur le terrain, onze hommes affronteront onze hommes bien mieux qu'eux. C'est connu: ce n'est pas avec des fiches de paies qu'un match de foot se gagne.

Marseille et Bordeaux pour capitaliser

A l'opposé des ressources budgétaires infinies du PSG, Marseille et Bordeaux affichent une austérité qui a payé dès la première rencontre. Les deux formations n'ont quasiment pas bougé et offrent une belle cohésion collective. Les Marseillais, qui reçoivent Sochaux, doivent tenir compte des effets de la canicule annoncée dans toute la France. Bientôt privé de Cesar Aspilicueta, en partance pour Chelsea, et de Stéphane Mbia (Queens PArk Rangers), l'entraîneur Eli Baup peut compter sur les rentrées de Loïc Rémy et de Morgan Amalfitano pour apporter un peu plus de percussion, de vitesse et de créativité. 

Les Girondins, qui avaient fini en trombe la saison passée (six succès de rang) pour décrocher une place en Europa League, ont entamé leur saison par une précieuse et remarquée victoire à Evian (3-2) grâce à un jeu offensif efficace et beaucoup d'activité. Le club entraîné par Francis Gillot a démarré la saison sans recrue mais pas sans ambition. A l'opposé, les Rennais éviteront de tomber dans la sinistrose après leur feux-pas à domicile face à Lyon (0-1).  "J'ai peur que ce ne soit pas un bon  match", prévient Gillot face à un adversaire traditionnellement "compliqué à jouer". 

Mathieu Baratas