Pastore PSG 2012
Pastore ouvre le score pour Paris face à Sochaux | JOHANNA LEGUERRE / AFP

Paris cartonne

Publié le , modifié le

En battant Sochaux au Parc des Princes (6-1), le PSG est revenu à deux points de Montpellier, vainqueur la veille de Valenciennes (1-0), en tête du championnat de France. Dans l'autre match décalé de cette 33e journée, Ajaccio et Nancy n'ont pas pu se départager (0-0) alors que Lyon, pourtant mené 0-2 par Lorient, s'est finalement imposé 3-2 et s'accroche à la 4e place.

Le match nul concédé dans les dernières minutes à Auxerre est presque effacé. Cette fois, le PSG ne s'est pas relâché et a empoché une victoire qui lui permet de rester dans le sillage montpelliérain. Sans numéro 9 au coup d'envoi, Gameiro et Hoarau étant sur le banc, Paris ne tarde pourtant pas à faire parler la poudre. Lancé en profondeur, Javier Pastore, si décrié ces dernières semaines, efface son défenseur et s'en va battre Richert d'un tir puissant (1-0, 6e). Paris est sur la bonne voie mais il déraille face à des Sochaliens toujours joueurs. Maïga, de retour en grâce, parvient en effet à devancer Sirigu et à égaliser de la tête (1-1, 12e). Cinquième but en cinq matchs pour l'attaquant des Lionceaux. Dans la foulée, les partenaires de Martin sont tout près de plonger Paris dans le doute avec cette frappe de Maïga qui meurt sur le montant de Sirigu (21e)... L'espoir des Doubistes, toujours en lutte pour le maintien et qui reste sur 22 matchs sans victoire au parc des Princes, est cependant de courte durée. Thiago Motta, parfaitement servi par Nenê, redonne l’avantage aux hommes d'Ancelotti lui aussi d'un coup de tête rageur (2-1, 25e). Le front est à l'honneur en cette fin d'après-midi puisque c'est de cette partie du corps que Menez marque encore après un superbe mouvement collectif (3-1, 44e).

Ce but juste avant la pause a fait mal aux Sochaliens. Ces derniers coulent en seconde période en encaissant deux nouveaux buts, signés Nenê. Vilipendé après son énorme occasion gâchée par excès d'individualisme à Auxerre, le Brésilien se rachète en plantant un doublé en cinq minutes (55e, 60e). Sylvain Armand, d'un tir croisé, en rajoute une dernière couche dans les arrêts de jeu pour donner au score des allures d'un set de tennis (6-1, 91e). Au delà du festival offensif et d'une confiance retrouvée, le PSG soigne également son goal-average. Grâce à ce succès, il passe à +28, contre +29 au leader montpelliérain. Une donnée qui pourrait avoir son importance dans le cas d'une égalité entre les deux clubs à la fin du championnat. L'hypothèse n'est pas improbable...

Lyon a de la ressource

Incroyables Lyonnais. Capables du meilleur comme du pire cette saison, les Rhodaniens ont montré ces deux visages face à Lorient. Dans un premier temps, les hommes de Rémi Garde apparaissent sous leur plus mauvais jour en début de match, encaissant deux buts face à des Bretons qui ne renient toujours pas leur jeu offensif. Monnet-Paquet et Autret plongent ainsi l'OL dans le doute en l'espace de quatre minutes (22e et 26e). Mais il en faut plus pour enterrer les Gones. A l'image d'un Cris rageur et auteur du but de l'espoir (1-2, 38e), ils continuent à lutter sans se décourager. Leur abnégation est récompensée en seconde période quand Lisandro, d'un tir légèrement contré, puis Gomis, à cinq minutes de la fin, font basculer le match (3-2, 85e). Ce succès renversant contre les Merlus permet d'oublier une semaine maussade pour le club de Jean-Michel Aulas avec une finale de la Coupe de la Ligue perdue, et en trois matches toutes compétitions confondues, 6 buts encaissés et 3 marqués. Et samedi prochain, c'est la finale de la Coupe de France contre Quevilly...

Dans un match de dimanche, Ajaccio et Nancy se sont neutralisés (0-0). Ce point commun pourrait s'avérer précieux pour les deux clubs à l'heure de faire les comptes dans l'optique du maintien. Nancy est sans doute sauvé avec 41 points et une 11e place, tandis qu'Ajaccio est premier non relégable avec 34 unités, mais seulement un petit point d'avance sur le premier relégable, Brest.

Julien Lamotte