Cavani Mbappé
Edinson Cavani et Kylian Mbappé lors du match Angers - PSG. | FRANCK FIFE / AFP

Paris atomise Angers 5 à 0 et s'envole encore un peu plus en tête de Ligue 1

Publié le , modifié le

Le PSG a rectifié le tir. En difficulté lors de ses trois derniers déplacements en Ligue 1 (0-0 à Montpellier, 1-2 à Dijon puis 2-2 à Marseille), les joueurs d’Unai Emery, ont assommé les Angevins d’entrée de jeu. D’abord par l’intermédiaire de Kylian Mbappé (5e, 85e) avant que Julian Draxler (14e) et Edinson Cavani (30e, 60e) n’enfoncent le clou. Les Parisiens ont rendu une copie très propre dans une qu’ils ont maîtrisé de bout en bout avec 69% de possession et plus de 700 passes réussies.

Forts de leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions acquise mardi face à Anderlecht (5-0), les Parisiens étaient en démonstration sur la pelouse d’Angers. Avec les absences de Neymar, Di Maria, Marquinhos et Thiago Motta, Unai Emery a décidé de faire confiance à Pastore pour animer le côté gauche du trident offensif. Et si l’Argentin n’a pas su en profiter pour montrer son plus beau visage, ses coéquipiers ont été intenables.

Mbappé retrouve des couleurs

En difficulté ces dernières semaines, Kylian Mbappé ouvre le score sur la première frappe de la partie (5e). D’un appel tranchant dans le dos de Thomas, le jeune parisien est magnifiquement servi par Daniel Alves avant de croiser sa frappe pour tromper le gardien angevin. L’attaquant de 18 ans inscrit là son 3e but en championnat cette saison. Les Parisiens monopolisent alors le ballon face à des angevins submergés. Un manque de confiance parfaitement symbolisée par Manceau, reprenant seul dans la surface un centre de Ciss, largement au-dessus (11e)…

Alves, serial passeur

Et malheureusement pour Angers, la sanction intervient directement avec une nouvelle fois Dani Alves à la baguette. Le latéral brésilien glisse la balle à Draxler entre les défenseurs centraux et l’Allemand n’a plus qu’à terminer l’action d’une petite balle piquée qui prend Michel à contre-pied (14e). Le stade Raymond-Kopa plonge alors dans un silence de mort.

un Cavani historique

Sans pitié, les Parisiens enfoncent le clou par l’intermédiaire de Cavani. Lancé dans la profondeur, Mbappé accélère et laisse tout le monde sur place avant de talonner en retrait vers l’Uruguayen qui en profite pour inscrire son 100e but en championnat sous le maillot du PSG. Et par la même occasion devenir le troisième joueur à marquer cent buts dans deux des cinq grands championnats européens sur les vingt dernières saisons, après Zlatan Ibrahimovic (Serie A, Ligue 1) et Gonzalo Higuain (Liga, Serie A). Malgré quelques tentatives (Ciss 26e, Manceau 35e, Santamaria 37e), Angers retourne au vestiaire avec 3 buts de retard et la peur du score fleuve.

Au retour des vestiaires, Stéphane Moulin décide de sortir Pavlovic et Sunu afin de lancer Fulgini et Crivelli. Et Angers connaît alors un petit temps fort grâce au repositionnement légèrement plus haut de son bloc. Toko Ekambi oblige Aréola à se coucher sur une frappe au premier poteau (52e) avant que Fulgini ne déclenche une frappe qui rase le poteau parisien (59e). En vain. Dans la foulée, le serial buteur du PSG y va de son doublé. Servi dans l'axe sur une contre-attaque, Cavani est parfaitement lancé dans la profondeur par Draxler et n'a plus qu’à tromper une nouvelle fois Michel d’un pointu du droit (60e).

Le résultat en poche, Emery décide de faire tourner son effectif en faisant entrer Meunier, Lo Celso et Lucas en lieu et place d’Alves, Draxler et Cavani. Le PSG gère la fin de match, non sans que Mbappé alourdisse encore un peu plus le score (85e) et signe là un 15e match de suite sans défaite (8 victoires, 7 nuls) face à un SCO qui devra se relancer à Guingamp lors de la 13e journée de Ligue 1. Les Parisiens, eux, peuvent partir dans leurs sélections nationales avec le sentiment du travail bien fait : 10 victoires et 2 nuls pour 38 buts inscrits depuis le début de championnat, en attendant leur marathon de fin novembre (Nantes le 18, Glasgow le 22, Monaco le 26 puis Troyes le 29).

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti