Loïc Rémy Marseille 032011
Loïc Rémy (Marseille) face aux Parisiens | AFP - MIGUEL MEDINA

OM-PSG : un choc post-traumatique

Publié le , modifié le

Pour Marseille et Paris, rien de tel qu'un bon vieux classique du championnat pour oublier les éliminations en Coupe d'Europe. Ce choc au sommet de la 28e journée de Ligue 1 tombe donc à point pour fermer la parenthèse et panser les blessures. S'il y a un perdant, ces dernières pourraient toutefois ne pas cicatriser... En première partie de ce dimanche, Caen-Arles-Avignon et Monaco-Nancy partageront l'affiche avec OM-PSG.

 Pour Marseille, la réception du PSG revêt un triple enjeu : se relancer après l'élimination en huitième de finale de la Ligue des Champions par Manchester United, prendre sa revanche sur un club qui l'avait battu au match aller, et distancer de six points ce même club en cas de victoire. Voilà pour le discours officiel. Le discours officieux est beaucoup plus simple : l'OM doit battre le PSG. Pas besoin d'autres justifications que l'antagonisme qui lie les deux clubs... Nicolas Dehon, l'entraîneur des gardiens, résume parfaitement la situation «C’est le match le plus médiatisé… même quand le PSG est mal classé. Les supporters peuvent passer sur beaucoup de choses mais pas sur ce match-là ».

L'OM cherche son rythme

La formation phocéenne, qui peut nourrir quelques regrets après sa confrontation avec Manchester en Coupe d'Europe, est à la recherche d'un second souffle. Les résultats sont loin d'être décevants mais le sentiment domine, alors que la fin du championnat n'est plus si loin, que l'OM n'a jamais réussi à trouver son rythme de croisière cette saison. Une victoire face au vieil ennemi pourrait lancer une dynamique intéressante en vue du sprint final. "Ils ne sont pas loin, l’OM n’a donc pas le droit à l’erreur", confirme Manuel Amoros, un ancien de la maison, sur le site du club. "Il faut désormais penser à bien récupérer et soigner les bobos. Mais avec un tel match, en cas de victoire, cela donnerait une énergie nouvelle au groupe".

Si l'OM se cherche, que dire du PSG si ce n'est qu'il est perdu depuis quelques semaines ? Le club de la capitale enchaîne les contre-performances, la dernière en date étant l'élimination de la Ligue Europa par Benfica, et le vestiaire a perdu de sa sérénité. La position même de Kombouaré semble fragilisée après les dissensions apparues entre les joueurs, le cas Nenê étant le plus symptomatique. Le déplacement à Marseille prend donc des allures de quitte ou double pour les Parisiens. En cas de victoire, outre le prestige qu'elle confère, le PSG se relancerait complètement en championnat et pourrait s'enorgueillir d'un deuxième succès face à l'OM en L1 après celui du match aller (2-1, buts de Hoarau et d'Erding contre un but de Lucho). 

On est attendus, il faudra répondre présent". Antoine Kombouaré

A l'inverse, une défaite en terre olympienne reléguerait les hommes de Kombouaré à six points du rival, et ce à dix journées de la fin. Un écart presque rédhibitoire dans la course au titre. Le PSG pourrait alors connaître une fin de saison morose, ou agitée, mais quoiqu'il en soit pénible. Le coach parisien n'envisage pas une telle hypothèse : "On a encore deux compétitions, il s'agit d'aller le plus loin possible:  garder notre trophée en Coupe de France, et en championnat, pour en avoir  discuté avec les joueurs, aller chercher mieux que la 5e place. Ça passe forcément par un grand match dimanche à Marseille. On est attendus, il faudra  répondre présent".

Monaco-Nancy : malheur au perdant !

Difficile d'exister dans l'ombre de cet OM-PSG géant. A 17 heures, ce sont pourtant deux autres rencontres cruciales qui ouvriront les hostilités. Caen doit profiter de la venue d'Arles-Avignon, déjà officieusement condamné à la descente,  pour assurer sa survie parmi l'élite tandis que Monaco-Nancy a tout du match "à six points". Le cliché est tenace mais il s'applique parfaitement à cette rencontre entre le 16e (Nancy) et le 17e (Monaco) du championnat.

Julien Lamotte