Ca discute dans les rangs olympiens
Didier Deschamps discute avec ses joueurs au Vélodrome | BORIS HORVAT / AFP

OM-PSG, choc tout en contraste

Publié le , modifié le

L’Olympique de Marseille reçoit le Paris-Saint-Germain à 21h pour le dernier match de la 15e journée. Un choc attendu entre une équipe phocéenne loin du podium, qui espère se relancer après ses échecs contre Montpellier et l’Olympiakos, et une équipe parisienne qui assure à l’extérieur (aucune défaite) mais qui vient de perdre contre Nancy. Lyon doit réagir à Auxerre pour éviter la crise. Lorient peut enfoncer Nice, bien mal en point(s).

Encore une fois, le fameux clasico vendu et revendu par Canal + ne constituera pas le choc au sommet du championnat ! La faute à Marseille cette fois, relégué à 12 longueurs de son rival avec plus d’un tiers des matches déjà disputés. L’équipe entraînée par Didier Deschamps pointe en 10e position seulement avant cette 15e journée en ayant concédé autant de défaites que de victoires (4, pour 6 nuls). Si la défense olympienne tient à peu près le coup (15 buts encaissés), l’attaque patine clairement (17 buts inscrits) et le fond de jeu reste médiocre. 

Antoine Kombouaré: "Je ne vais pas faire l'hypocrite: c'est le bon moment pour les prendre, je préfère les prendre aujourd'hui que s'ils avaient été premiers"

Paris favori

Le PSG, a contrario, réalise l’un des meilleurs débuts de saison de son histoire : 9 succès, 3 matches nuls et surtout deux échecs seulement, 26 buts marqués (2e derrière Montpellier) et seulement 12 encaissés, ce qui fait de Paris le meilleur verrou de Ligue 1. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si le club de la capitale n’avait pas perdu dimanche dernier au Parc des Princes contre Nancy, un candidat au maintien (1-0). Et si une embrouille entre Néné et Bodmer à l’entraînement n’était pas venu ternir une semaine sous tension.

Antoine Kombouaré: " Je connais trop ces OM-PSG ou PSG-OM pour savoir que quel que soit le classement, ce sont toujours des matches particuliers"

Sauf que par rapport au pataquès marseillais, cela ne semble pas bien grave. Entre les défaites enregistrées à Montpellier (1-0) samedi en huit, et face à l’Olympiakos mercredi en Ligue des champions (1-0), le champion de France 2010 balbutie son football. Pire, le clash survenu à l’entraînement entre Deschamps et André-Pierre Gignac, son attaquant en manque de temps de jeu, rappelle que la crise couve sur les bords de la Méditerranée. Et qu’elle sera effective si l’OM devait s’incliner face à son ennemi intime. Pour ce choc qui n’en est pas vraiment un, c’est bien Marseille qui a la pression et Paris qui vient pour frapper un grand coup. Mais dans ce genre de match, l’outsider réussit souvent à déjouer les pronostics. Tout le Stade Vélodrome l’espère sans y croire vraiment…

Dispositif de sécurité imposant

Le dispositif de sécurité autour du match Marseille-Paris SG dimanche, reste important malgré l'interdiction du déplacement des supporteurs parisiens. "Nous mettons en place le même dispositif que lorsque des supporteurs sont présents", a indiqué une porte-parole de la préfecture. Ainsi, quelque 200 policiers et CRS seront présents autour du stade, mais également en centre-ville et à la gare Saint-Charles. Par arrêtés, préfectoral et ministériel, "l'accès au stade ainsi que le stationnement et la circulation aux abords sont interdits de 12h00 à minuit (dimanche) aux supporters parisiens et à toute personne se prévalant comme tel", a indiqué la préfecture dans un communiqué. Le ministère de l'Intérieur avait annoncé le 10 novembre "ne pas autoriser le déplacement des supporters parisiens au Vélodrome à Marseille le 27 novembre et des supporters marseillais au Parc des Princes à Paris pour le match retour les 7 ou 8 avril 2012", comme lors de la saison passée.

Grégory Jouin @GregoryJouin