Marcelo Bielsa et Hubert Fournier
Marcelo Bielsa et Hubert Fournier ont connu des hauts et des bas depuis la reprise, mais continuent d'encercler le PSG au classement | AFP

OM-OL : Bielsa-Fournier, deux méthodes, un choc

Publié le , modifié le

Marcelo Bielsa et Hubert Fournier, les entraîneurs des deux Olympiques qui s’affrontent ce dimanche soir (21h00) pour le choc du weekend en Ligue 1, ont déjà tout connu cette saison. Les louanges, les critiques et les doutes. Architectes des deux meilleures attaques du Championnat, leurs méthodes diffèrent à bien des niveaux.

Relation avec les joueurs : avantage Fournier

Après un début de saison compliqué (trois défaites lors des quatre premières journées de Championnat), Hubert Fournier a réussi à relever la barre pour désormais faire l’unanimité au sein du groupe rhodanien, principalement composé de jeunes joueurs formés au club. Si l’Olympique Lyonnais tient les rênes de la Ligue 1 depuis le début de l’année, c’est aussi grâce à l’ancien coach de Reims, discret et proche de ses joueurs. La "méthode Bielsa", tantôt adulée, tantôt décriée, a elle encore parfois du mal à passer au sein du collectif marseillais. Fin février, la tension était montée entre l’entraîneur argentin et André-Pierre Gignac. Le lendemain, à la suite d’un revers difficile à digérer contre Caen (2-3), les joueurs marseillais avaient remis en cause les procédés de leur coach, l’accusant de les assommer à l’entraînement et à grands coups de séances vidéo.

"Toutes les personnes qui ont en charge des êtres humains et qui voient que le résultat n’est pas là ont deux chemins: responsabiliser les gens qui l’exécutent ou réviser ses consignes, expliquera Bielsa par la suite. J’ai opté pour revoir les consignes, et j’ai ensuite écouté ce que ressentaient les joueurs". Concrètement, Bielsa a misé sur "l’autogestion du groupe" pour limiter l’usure mentale. Dans la foulée, l’OM avait concassé Toulouse (6-1). "L’échec, c’est de ne pas réussir les objectifs. Admettre qu’il faut changer, cela exige de diminuer une certaine estime de soi. Dans mon cas, elle était peut-être surestimée par la valorisation externe de mon travail", a admis ‘El Loco’ vendredi en conférence de presse.

Relation avec les dirigeants : match nul

Après son arrivée, Marcelo Bielsa n’avait pas tardé à mettre le feu aux poudres avec son président, Vincent Labrune, reprochant à ce dernier de n’avoir pas tenu ses promesses de recrutement dès le début du mois de septembre. "Le mode de fonctionnement du club me déçoit, avait-il lâché. La direction m’a menti". L’Argentin n’a jamais vraiment tourné la page de cet épisode, même si Labrune a répété à l’envi qu’il souhaite voir le coach de l’OM rempiler la saison prochaine.

L’ombre de Jean-Michel Aulas plane tout autant sur Hubert Fournier, obligé de remettre en place son président en conférence de presse la semaine dernière, en rappelant qu’il était celui "qui décide" de la composition de son équipe – 'JMA' avait, quelques jours plus tôt, retweeté un tweet déplorant la non-titularisation de Yoann Gourcuff contre Lille. "Nous nous sommes expliqué avec le président. Je ne veux pas revenir dessus. Il n'y a aucun souci avec (lui)", a promis Fournier, vendredi, afin d’étouffer les braises. 

Relation avec les fans : léger avantage Bielsa

Les supporters du club rhodanien, auteur d’une saison inespérée, n’ont rien à reprocher à Hubert Fournier qui tire le maximum de son collectif. Mais le soutien affiché par les fans marseillais envers Marcelo Bielsa est sans équivalent en Ligue 1. Avant même son arrivée, le virage sud du stade Vélodrome avait déployé un immense drapeau de l'Argentine avec un message, écrit en espagnol: "El Loco, fais nous rêver." La ferveur n’est jamais retombée depuis.

"L’une des choses que j’admire le plus dans ce club, c’est le mariage entre le stade et les supporters, déclarait le technicien en février. Personne ne peut rester indifférent au soutien de ces supporters et à leur amour pour l’écusson du club. Ce qui se passe au Vélodrome se reproduit dans très peu d’autres endroits dans le monde". Vendredi encore, une poignée de supporters s’est présentée aux abords de la Commanderie avec une banderole incitant Marcelo Bielsa à rester à l'OM l'an prochain.

Avenir dans le club : léger avantage Fournier

Les crispations supposées autour de l’avenir des deux entraîneurs sont-elles bien réelles ? Bielsa possède une clause libératoire lui permettant de quitter Marseille dès la fin de la saison, mais a toujours refusé de s’exprimer à ce sujet. Son président, lui, ne se cache pas : s’il l’a recruté cet été, c’est parce qu’il a "considéré que c’était à l’instant T la seule décision à prendre pour remettre le club dans le sens de la marche (…) L’apport de Marcelo est gigantesque. On a la volonté de continuer avec lui l’an prochain", a expliqué Labrune vendredi au Parisien.

Même son de cloche du côté d’Aulas, qui estime que les rumeurs de tensions entre lui et son coach sont "plus qu’une fausse information : de la manipulation dirigée contre l’OL". Pour ‘JMA’, Fournier est sous contrat et "ne partira pas". L’avenir des deux hommes sera quoi qu’il arrive suspendu aux résultats du club en fin de saison. Et pour l’instant, c’est toujours Lyon qui tient les commandes du Championnat.

A lire aussi : 
Le compte-rendu du match aller
Aulas espère au moins un nul

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer