Gignac
André-Pierre Gignac | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

OM: Gignac comprend les supporters

Publié le , modifié le

"Il ne faut pas commettre l'erreur de se projeter trop loin", estime l'attaquant marseillais André-Pierre Gignac, qui a pourtant retrouvé le sourire après la victoire contre Valenciennes, lors de laquelle il a marqué son dixième but de la saison.

La victoire contre Valenciennes est arrivée au bon moment?
A-P.G: "Je dirai que c'est un résultat qui compte. Nous l'attendions depuis trois matches, même s'il y a eu deux défaites hors championnat (NDLR: élimination en quart de finale de coupe de la Ligue à Lyon 1-2 et en seizième de finale de coupe de France face à Nice 4-5), cette victoire nous permet de nous relancer en championnat. De récupérer notre cinquième place pour remettre la pression sur Lille. Si l'on ne regarde que le championnat, nous avons gagné deux fois pour une défaite alors que les Lillois n'ont pris qu'un point. Nous nous accrochons."

La colère des supporteurs a fait son effet ?
A-P.G: "Leur colère était légitime. Nous nous sommes rencontrés et tout mis à plat entre nous. Nous leurs avons fait des promesses en soulignant que nous ne pouvions rien garantir au niveau des résultats. Nous les avons sentis derrière  ous contre Valenciennes. Et nous avons fait ce qu'ils nous demandaient en montrant un état d'esprit irréprochable où chacun a tout donné sur le terrain."

Comment vivez-vous vôtre nouveau statut?
A-P.G: "Je le vis bien. José Anigo m'a demandé de jouer un rôle de cadre dans l'équipe. C'est normal car je fais parti des plus anciens. Je joue ma quatrième saison à l'OM et après deux qui ont été compliquées pour moi, où je suis passé par des moments difficiles, je m'épanouis enfin depuis deux ans. Je me dois donc de mettre à profit mon vécu auprès des autres, notamment ceux qui viennent d'arriver."

La pelouse a été changée, quelles impressions vous laisse-t-elle?
A-P.G: "Elle était pas mal, même si parfois on sentait qu'elle se soulevait. Mais je pense que d'ici trois semaines, nous aurons quelque chose de bien".

Vous êtes-vous fixé une date pour rattraper Lille?
A-P.G: "Ce n'est pas parce que nous avons battu Valenciennes que c'est arrivé. Nous sommes là, à la cinquième place, en position d'attente. Il ne faut pas commettre l'erreur de se projeter trop loin. Avant de songer à autre chose, nous devons nous concentrer sur Toulouse. La victoire nous permet d'attendre de pied ferme".
   
Propos recueillis en conférence de presse

AFP