José Anigo
José Anigo. | DAMIEN MEYER / AFP

OM: Anigo évite de se torturer

Publié le , modifié le

José Anigo, qui a pris la suite dans l'urgence d'Elie Baup évincé le 7 décembre et qui prépare la réception de Bordeaux dimanche (19e journée de L1), se voit bien prolonger son bail car "un troisième entraîneur en cours de saison, ce serait embêtant pour les joueurs".

Après la qualification contre Toulouse en Coupe de la Ligue, beaucoup de  joueurs onf fait part de leur satisfaction de vous voir rester à la tête de  l'équipe. Ca vous conforte donc ?
JA: "Je vais être franc, je ne lis pas grand chose et je n'écoute rien de ce  qui concerne l'OM ou de l'aspect sportif. Au début, quand j'ai commencé à  entraîner, ça a pu être parfois très déstabilisant. Après dix ans, ça glisse  sur moi. J'essaie de me mettre dans ce que je peux faire de mieux, j'essaie de  ne pas me torturer. Ce que les joueurs ont dit, je ne l'ai pas focément  entendu, ce qui compte c'est ce que je vis avec eux."
   
Ressentez-vous une adhésion à ce que vous leur demandez ?
JA: "Oui, ils sont prêts à se battre pour ce club où il y a un passé  magnifique. Quand on leur explique tout le parcours des grands joueurs dans ce  club... Dédé Gignac a grandi ici, il suffit de rappeler à certains cette  histoire. On n'a pas le droit de ne pas se battre, de lâcher. Je retiens un  cliché qui m'est resté après le match face à Toulouse: c'était un simple match  de Coupe de la Ligue, mais ce que j'ai vu dans le vestiaire, c'est un groupe  qui a aimé lutter et souffrir ensemble. Quand on est capable de faire des  efforts tous ensemble, déjà ça ressemble à une équipe."
   
Un troisième entraîneur cette saison, ça ne serait pas déstabilisant  pour les joueurs ?
JA: "C'est au président (Vincent Labrune) qu'il faut le demander.  Honnêtement, si après le 23 (décembre), il me demande de continuer le parcours,  je le ferai. Si entretemps il a trouvé quelqu'un, ça ne changera pas ma vie, je  reviendrai à la normale. Le président a pesé le pour et le contre de la  situation. Effectivement, avoir un troisième entraîneur serait embêtant pour  les joueurs, mais je ne suis pas maître de la situation."
   
Tactiquement, vous avez évoqué un passage à un 3-5-2, est-ce pour  bientôt ?
JA: "On y a pensé avec le staff. On a les joueurs pour, avec Mendes, Nkoulou  et Diawara. En plus ils ont le profil. Va-t-on le mettre en place ? On ne l'a  pas travaillé. Peut-être après la trêve. A trois défenseurs centraux, on  garderait des joueurs de couloir comme Mendy, Morel, Fanni ou Abdallah."