PSG-Lyon
. | FRANCK FIFE / AFP

OL-PSG : attention, choc à enjeu !

Publié le , modifié le

Avec la victoire de Marseille samedi face à Toulouse, le choc entre Lyon et le Paris SG dimanche soir en clôture de la 36e journée de L1 a pris une autre ampleur : le PSG doit l'emporter pour être officiellement champion, l'OL aussi pour conforter sa position sur le podium continuer de rêver d’une 2e place.

Lyon va-t-il transmettre le témoin ? Une chose est sûre, un succès parisien donnerait immanquablement l'impression d'une informelle passation de pouvoirs, entre le meilleur club des années 2000 et celui qui, bâti à grand renfort de millions qataris, compte bien imposer sa propre hégémonie.

Mais gare au faux-pas. Car avec un nul ou une défaite, le PSG n'aurait alors plus que cinq ou quatre points d'avance sur Marseille et étirerait encore un peu plus le suspense. Le club de la capitale pourrait du coup décrocher le troisième titre de champion de son histoire le week-end suivant dans son Parc des Princes, face à Brest.

"Plus le titre est proche, plus il y a d'inquiétude"

Quel PSG se présentera à Gerland ? Très nerveux ces derniers  temps, entre péripéties disciplinaires (série d'expulsions et coup d'épaule de  Leonardo) et difficultés face aux "petits" (succès 1-0 contre Troyes et Evian,  nul 1-1 à domicile face à Valenciennes), Paris semble fébrile à l’approche de ce triomphe annoncé. "Plus le titre est proche, plus il y a un peu d'inquiétude, c'est normal,  parce qu'on pense qu'on a beaucoup travaillé, et qu'il manque un dernier effort", a tenté d’expliquer Carlo Ancelotti.

Côté lyonnais, l'équipe reste sur quatre matches sans défaite et se présente animée  d'un "autre esprit", selon les mots de Rémi Garde, que celui qui avait présidé à leurs  trois revers consécutifs, qui avaient permis à l'OM de prendre le large. Souvent en difficulté cette saison, Bafétimbi Gomis et Yoann Gourcuff reviennent en grande forme. "C'est un match  formidable d'enjeu, tel qu'on pouvait l'imaginer en début de saison, se félicite Jean-Michel Aulas. Peu de spécialistes croyaient en notre équipe. Il ne faut pas oublier que d'un côté il y a 350 millions d’euros de budget et de l'autre 120 millions d’euros. C'est donc déjà formidable que l'OL en soit là."

Une défaite lyonnaise dimanche soir, et les poursuivants menaceront. Un  nul, et l'OL serait relégué à six longueurs de l'OM et n'aurait donc plus son "destin entre (ses) mains", l'objectif édicté par Rémi Garde vendredi. Autant  dire qu’il n’y a pas qu’à Paris que l’on prie pour une victoire. 

Victor Patenôtre