Gignac OM OL
André-Pierre Gignac avait redonné espoirs à l'OM juste avant la pause. | PHILIPPE MERLE / AFP

OL-OM (2-2): Marseille arrache le nul

Publié le , modifié le

Une semaine après la nomination de José Anigo sur le banc de l'OM, les Phocéens ont arraché un nul inespéré du côté de Gerland (2-2) en clôture de la 18e journée de Ligue 1. Marseille, mené 2-0 par l'OL et longtemps loin du compte dans le jeu, y a cru jusqu'au bout pour repartir avec un point. Les deux équipes stagnent en première partie de classement.

Qui eût imaginé un tel résultat pour l’OM... Pas loin du néant pendant 80 minutes, dans le contenu notamment, l’OM a ramené un point miraculeux de Gerland (2-2) face à une équipe de Lyon qui a au contraire affiché une cohérence rarement vue dans le jeu cette saison (2-2). Marseille, qui retombe à la 6e place, reste à deux points du Top 4. L’OL, de son côté, reste scotché dans le ventre mou du classement, à quatre unités de son adversaire du soir. Une situation cruelle qui se répète au fil des semaines.

Lyon menait 2-0, et pourtant...

Dominateur, et très appliqué dans le jeu, Lyon a logiquement pris les devants après un quart d’heure. Lacazette, qui avait déjà buté à deux reprises sur Mandanda (9e, 12e), s'est joué de l’anticipation du portier de l’OM sur sa feinte de frappe avant de placer le ballon dans le but vide (1-0, 17e). Gomis, au terme d’une action emmenée par Bedimo depuis le flanc gauche, a doublé la mise juste avant la pause (2-0, 43e). Au bord de la rupture, Gignac a redonné dans la foulée espoirs à l’OM en trompant Vercoutre d’une frappe à rebond des 25 mètres (2-1, 45e+1).

Dépassés en première période, les Phocéens ont à peine fait mieux au retour des vestiaires. Ne devant leur salut qu’à leur capitaine Mandanda (53e, 55e) ou à l’imprécision d’un Lacazette omniprésent du côté de l’OL (63e). Mais comme Valenciennes (1-1) et Toulouse (1-1) avant lui, Marseille a pu compter sur l’incapacité chronique des protégés de Remi Garde à conserver un résultat favorable. Thauvin, sur un coup-franc détourné par Lacazette et Bedimo, en a profité pour lober Vercoutre loin d’être irréprochable sur sa ligne (2-2, 79e). Les Gones auraient même pu perdre ce match si l'ex-Lillois s'était montré plus en réussite sur deux opportunités (81e, 90e). Quoiqu'il en soit, l'OM se contentera de ce point. Aucun doute là-dessus.

Vidéo : Anigo, une histoire d'OM

Voir la video