Ludovic Obraniak
Le milieu de terrain bordelais Ludovic Obraniak | AFP - NICOLAS TUCAT

Obraniak: "Le moment ou jamais"

Publié le , modifié le

Le milieu de terrain de Bordeaux, Ludovic Obraniak, sait que son équipe joue très gros lors de son déplaement vendredi à Marseille: "On va jouer des équipes juste devant nous, donc si on veut refaire notre retard ou grappiller quelques places, c'est le moment ou jamais." Et le Polonais veut toujours croire à un destin européen, via le championnat: "Il faut au minimum prendre quatre points sur six, c'est indispensable dans l'objectif que l'on s'est fixé. (...) Moi j'y crois."

- Vos droits à l'erreur s'épuisent en L1?
Ludovic Obraniak:
"Considérablement. Plus les journées passent, moins on a de chances de  revenir. L'avantage, c'est que l'on va jouer des équipes juste devant nous, donc si on veut refaire notre retard ou grappiller quelques places, c'est le  moment ou jamais. Après, vous connaissez la difficulté de se déplacer au  Vélodrome, même s'ils ont été plus efficaces à l'extérieur qu'à domicile cette  saison, c'est toujours un match particulier, notamment en raison de la rivalité  entre Bordeaux et Marseille. Ce sont toujours des matches tendus et très serrés à Chaban, ce sera le même type de match là-bas. Eux sont sacrément bien classés en championnat, ils ont la capacité de pouvoir accentuer leur avantage avec  cette 2e place et de revenir peut-être sur le Paris SG".

- Vous êtes surpris de leur classement, compte tenu qu'ils tournent à 13  ou 14 joueurs?
L.O.:
"Ça peut être surprenant, oui. Après, ils ont un effectif assez  homogène, ils ont recruté assez intelligemment, ils ont très bien commencé le championnat aussi, ce qui leur a permis de prendre quelques points d'avance. Je pense aussi que l'élimination en Ligue Europa a été plutôt bénéfique pour eux.  A notre décharge, nous avons puisé beaucoup d'énergie dans cette compétition.  Marseille a pu retrouver de la fraîcheur, ce qui leur a permis d'être beaucoup  plus performants ces derniers mois".

"Prendre quatre points sur six"

- Après Marseille, il y aura Montpellier. S'il n'y a pas beaucoup de  points pris, ce sera compliqué?
L.O.:
"Ça va compromettre nos chances, c'est certain. Il faut au minimum  prendre quatre points sur six, c'est indispensable dans l'objectif que l'on  s'est fixé. Après, ce n'est pas évident de prendre quatre points contre des  équipes comme celles-là mais c'est un passage obligé si on veut remonter la  pente".

- Vous pensez l'Europe encore jouable via le championnat?
L.O.:
"Moi j'y crois, je ne sais pas vous, le reste. Les supporteurs n'ont pas  l'air d'y croire non plus. J'ai vu des retournements de situations bien pires  que celui que l'on a à affronter. Il y a cinq, six points, ce n'est pas énorme.  Il reste quand même huit journées, ça laisse pas mal de points en jeu. Mais on  sera vite fixé car on joue des concurrents directs. Si on venait à ne pas  prendre les points, là c'en serait fini de nos chances de remonter vers les  places européennes, et on jouerait pour les places d'honneur".

- Le quart de Coupe de France contre Lens est-il déjà dans les esprits de  certains?
L.O.:
"Pas du tout. Pour l'instant on est focalisé sur le championnat, la  Coupe n'est que du bonus comme l'a été la Ligue Europa, c'est quelque chose qui  peut nous sortir du quotidien. Après, bien sûr, quand on est en quarts de  finale, on peut espérer, envisager, mais ce serait un faux alibi de se  consacrer dès maintenant à la Coupe de France en se disant que ça peut être une  échappatoire pour nous. Le championnat est notre pain quotidien et est beaucoup plus important pour la viabilité du club. Vu la conjoncture actuelle, la  moindre place gagnée n'est pas négligeable. Et puis on peut se faire éliminer à Lens, on ne peut pas tout miser là-dessus". 

AFP