Saint-Etienne Payet déception 102010
Dimitri Payet | AFP-Hache

Nice renverse les Verts

Publié le , modifié le

Depuis sa défaite initiale à Paris, St-Etienne n'avait plus connu la défaite. Elle est revenue lors de la 9e journée à Nice où les Aiglons ont profité de l'exclusion rapide et sévère de Bergessio pour s'imposer 2-1. Meilleur buteur de L1, Payet avait encore ouvert le score. A Lens, Rennes a fait le dos rond pour conserver son fauteuil de leader. Lorient s'est donné de l'air en dominant Valenciennes 2-1. En soirée, match choc entre Lyon et Lille.

Est-ce la fin de l'état de grâce pour l'ASSE ? On en est pas là même si les hommes de Galtier ont subi à Nice un petit coup d'arrêt. Le coach stéphanois y verra peut-être une certaine injustice puisque les Verts menaient 1-0 (penalty de Payet à la 11e minute) quand M.Thual décida d'exclure l'Argentin Bergessio pour jeu dangereux. L'attaquant forézien avait eu le tort de tacler le ballon avec trop d'engagement avant de glisser entre les jambes d'un Niçois. Mais on ne pénètre pas ainsi sur la pelouse azuréenne. Dominateurs dans le jeu mais subissant le punch stéphanois, les Niçois voyaient Payet trouver le poteau d'une superbe décroisée. Les Verts n'étaient pas encore fatigués mais ça allait venir. Trop vite selon Janot. L'OGCN rectifiait le tir après la mi-temps sur une reprise audacieuse de Mounier, seul sur son côté gauche (47e). Un missile ! La partie tournait alors en faveur du Gym. Et sur un mauvais dégagement d'Ebondo, Ben Saada tentait lui aussi une frappe en dehors de la surface. Contré par Bayal, le ballon trompait un Janot malheureux (2-1, 67e). St-Etienne jetait ses dernières forces dans la bataille mais c'est Nice qui manquait le KO par Mounier. Malgré cette défaite, l'ASSE reste 2e derrière Rennes qui a obtenu le nul 0-0 à Lens.

Dans le Nord aussi l'arbitrage a forcé sur le rouge. L'enclume est tombée sur le pauvre Doumbia, entré en jeu deux minutes plus tôt et qui avait devancé le Lensois Keita sur une intervention au milieu de terrain . Heureusement, cela prête moins à conséquence que dans la sud car on jouait le 84e minute. Jusque là, les Bretons avaient essuyé plusieurs orages sur leur but mais le marin Douchez avait fermement tenu sa barre. Bollaert avait notamment cru à l'ouverture du score sur une tête "facile" de Maoulida (65e) ou sur une autre à bout portant de Boukari (82e). Le Racing peut s'en vouloir d'autant qu'avec ce nouveau nul à domicile, il est toujours 19e de Ligue 1. En revanche, Lorient a retrouvé des couleurs face à Valenciennes. Malgré le but splendide de Danic sur une frappe des 35 mètres au bout de 4 minutes (avec une faute du Nordiste à l'origine), les Merlus ont renversé la vapeur en vingt minutes. C'est tout d'abord Gameiro qui égalisait sur penalty (13e) avant que Si. Diarra ne crucifie Penneteau sur une merveille de frappe enveloppée (25e).

REACTIONS

Eric Roy (entraîneur de Nice): "Nous avons bien maîtrisé la seconde période, mais il faut mettre un bémol car nous étions en supériorité numérique. Même s'il a fallu recadrer les choses à la pause car nous n'avions pas su profiter de ce rapport des forces favorables en fin de première mi-temps. L'objectif était d'utiliser toute la largeur pour essouffler les Stéphanois. Nous avons eu la chance de marquer un but exceptionnel au retour des vestiaires. Cela fait plaisir pour Antho (Mounier) qui rentabilise son bon début de saison et ses énormes investissements dans le travail. Les joueurs avaient à coeur de rebondir après la défaite à domicile contre Rennes, un résultat que tous avaient trouvé injuste. Cette victoire fait du bien avant les déplacements consécutifs à Lens et à Auxerre. L'expulsion de Bergessio! D'où je suis, elle peut paraître sévère, mais je pense que Payet commence à tomber avant que Pejcinovic ne le touche sur l'action à l'origine du but des Verts".

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Étienne): "Il y a eu deux voire trois matches dans cette rencontre. Vingt premières minutes durant lesquelles nous sommes bien en place et nous ouvrons logiquement la marque. Le deuxième avec l'expulsion de Bergessio. Jusqu'à la pause, nous avions encore les jambes et on aurait même pu alourdir le score. Puis enfin, après la pause et le magnifique but de Nice, c'est devenu alors beaucoup plus compliqué d'autant que Ben Saada nous a posé de gros problèmes entre les lignes. Nous avons alors manqué de maîtrise et nous nous sommes énervés. Un carton rouge, cinq jaunes: cela nous pénalisera pour les rendez-vous à venir. Je pense que le corps arbitral n'était pas en forme. Cela arrive parfois aux joueurs ou aux entraîneurs. Nous avons quand même 17 points même si notre belle série s'est interrompue à Nice".

Jean-Guy Wallemme (entraîneur de Lens): "C'est une première étape du chantier que nous avons mis en place depuis Sochaux. Même si on ne doit pas s'en contenter. C'est un point positif. Il y a des occasions de part et d'autre. Nous en avons deux ou trois franches. On aurait pu faire la différence. On a essayé d'apporter de la fraîcheur. L'équipe est encore craintive. Elle est restée défensive par moments parce qu'elle avait peur de prendre des buts. Je n'ai pas grand chose à reprocher aux joueurs pour leur abnégation. On a su contenir un milieu de terrain de qualité. Même si Rennes avait des carences offensives, nous avons nos priorité. C'est une première étape que j'espère valider contre Nice. C'est un soulagement. Le discours est validé par les actes. On doit se servir de ça".

Nicolas Douchez (Gardien de Rennes): "On est satisfait de prendre un point. On était venu pour plus. Maintenant, c'était un match très difficile. Lens nous a posé pas mal de difficultés et joué avec toute son âme. Le point est mérité. C'est toujours difficile de trouver un équilibre entre la défense qui fait notre force et la force offensive. On a des occasions à chaque match. On en a eu autant que Lens, ce soir (dimanche). C'est difficile d'être critiqué à ce niveau, mais bon.... La première place est anecdotique. Ce qui est bien, c'est de rester en haut du classement, de continuer à faire tourner le compteur (points, ndlr). On aurait pu perdre la première place. Nous n'étions pas maître de notre destin avec ce nul. Ce sont les autres qui ont eu du mal à nous passer devant. On va profiter une semaine de plus de cette première place".

Christian Gourcuff (entraîneur de Lorient): "On est satisfait des 3 points pris mais nous avons encore encaissé un but gag d'entrée. C'était un match que l'on contrôlait et j'ai le regret qu'on n'ait pas su mettre un troisième but. C'est peut-être aussi parce que l'on n'était pas dans un jour extraordinaire. Du coup on est resté sous la menace de Valenciennes jusqu'à la dernière minute".

Philippe Montanier (entraîneur de Valenciennes): "On a d'abord une pensée pour Arnold Mvuemba et sa famille (ndlr: la perte d'un enfant le week-end dernier). Il y a 10 à 12 minutes où tout a basculé quand Lorient a marqué ses deux buts. On a eu le mérite de revenir un peu plus calme après la pause. Je n'ai pas grand chose à reprocher aux joueurs. C'est une défaite difficile à digérer, les matches se jouent souvent sur de petits détails et en ce moment ça ne tourne pas en notre faveur".