Kylian Mbappé avec le PSG face à Nice
Kylian Mbappé avec le PSG face à Nice | Martin BUREAU / AFP

Nice - PSG pour s'éveiller à l'Asie

Publié le , modifié le

"Notre notoriété est pour l'instant insuffisante": Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football (LFP), justifie ainsi la programmation de Nice-Paris SG dimanche à 13h00 ; un horaire inhabituel pour les joueurs, mais de grande écoute en Asie, plus particulièrement en Chine. Même si ce sera sans Neymar.

  • Un horaire inhabituel

"Ca me rappellera les matches de jeunes ou amateurs", sourit le défenseur de Nice Maxime Le Marchand, interrogé sur la perspective d'affronter le redoutable PSG en début d'après-midi. En France, les matches professionnels ont très rarement lieu avant 15h00. "Dimanche, tout sera avancé: le réveil, la causerie (de l'entraîneur, ndlr) sans doute à 9 heures, la collation trois heures avant le coup d'envoi... Mais ce n'est pas plus mal, la journée passera plus vite !"  "C'est différent, mais c'est une bonne heure pour jouer le match", observe l'entraîneur du PSG Unai Emery. "C'est une bonne chose de faire ce match à une heure où tout le monde peut le voir", en Asie notamment. Arnaud Souquet, le latéral de Nice, rappelle que "le derby milanais s'est joué aussi au tout début d'après-midi. Les Anglais, les Espagnols et les Italiens jouent déjà à cet horaire. C'est important de s'ouvrir au marché de l'Asie du Sud-Est, cela permet à nos actionnaires de vendre un peu mieux l'OGCN en Chine."

  • Des retards à rattraper

Comme le défenseur niçois le pointe, la Ligue 1 accuse du retard par rapport aux autres grands championnats, la Liga espagnole, la Premier League anglaise... Ne serait-ce qu'en terme de droits TV internationaux: ils sont pour la L1 de 80 M EUR annuels sur la période 2018-2024, contre 700 M EUR pour la Liga, et un milliard d'euros pour la Premier League! "On part de loin", observe auprès de l'AFP Didier Quillot, le directeur général de la LFP. Pour lui, la décision "exceptionnelle" de programmer Nice-PSG à 13H00 "s'inscrit dans la stratégie de développement international de la Ligue 1". "Plusieurs millions de personnes pourront voir le match" dimanche, affirme-t-il. La rencontre sera programmée chez les "deux diffuseurs habituels" de la L1 en Chine, "les plateformes (pay per view streaming, ndlr) OTT PPTV et Tencent qui comptent 700 millions d'abonnés" et sur "deux chaînes régionales importantes, Shanghaï TV et Guangzhou TV, qui sont reçues respectivement par 10 et 30 millions de foyers". Une autre chaîne régionale, Guangdong TV, la proposera en léger différé. En juillet dernier, Xing Hu, représentant du fonds d'investissement chinois entré au capital de l'Olympique lyonnais, avait déploré que "le grand public (chinois) ne connaisse pas Lyon, ni la Ligue 1". "C'est une question de diffusion. Comme (le championnat français) n'est pas diffusé de manière intensive, le grand public ne le connaît pas".

  • Sans Neymar, intérêt moindre

Or le potentiel du marché asiatique fait saliver le football européen, et notamment français. Mercredi, le PSG a annoncé avoir signé un accord "de plusieurs millions d'euros" avec Desports, une agence de marketing sportif, chargée de gérer ses droits de sponsoring et de licence en Chine et à Hong Kong jusqu'en juin 2021. L'absence sur blessure de la superstar brésilienne Neymar est toutefois le gros point noir sportif et marketing, pour cette initiative de la LFP. Philippe Demizieux, de l'agence de marketing digitale basée à Shanghai Mailman, explique que, "particulièrement en Chine, les fans suivent davantage un athlète qu'une équipe dans son ensemble." "Les gens adorent Neymar, donc (le fait de soutenir le PSG) ne se fait pas en raison du PSG mais de Neymar". Autre désavantage, pour le football français: l'élimination précoce du PSG en Ligue des champions, dès les huitièmes de finale. "La Ligue des champions est cruciale", dit-il, persuadé néanmoins que le football français pourrait rivaliser en terme de popularité avec la Premier League ou la Bundesliga en cas de performance européenne. Ce ne sera pas avant la saison 2018/19, lors de laquelle Didier Quillot envisage de programmer "deux ou trois" rencontres de championnat à 13h00. En attendant, le Nice-PSG de dimanche, "avec ou sans cette exposition inédite, c'est un gros match, une belle affiche pour nous", conclut Maxime Le Marchand.
 

AFP